Accueil général du site de Chr. Chomant

Travaux en sciences de l’éducation

Travaux en sciences cognitives

Travaux en anthropologie cognitive

Travaux sur les idées de « temps »

Écrits sur l’éducation

Littérature générale Chr. Chomant

Catalogue Christophe Chomant Éditeur

Écrire à Chr. Chomant

 

 

Christophe CHOMANT

Thèse de sciences de l’éducation

sous la direction de M. Jacques NATANSON

Université de Rouen, Année 2002-2003

 

Qu’est-ce qu’une école « juste » ?

Les éclairages de la neurobiologie cognitive dans les champs de la réussite scolaire, de la mobilité sociale et de la philosophie politique

 

 

ANNEXES

 

NOTE DE RECHERCHE

 

Volumes 1 & 2

 

BIOLOGIE GÉNÉRALE

(histoire de la vie et de la matière, évolutionnisme, éthologie,

génétique générale, neurobiologie générale)

 

 

 

 


Structure générale

 

I. Histoire de la vie et de la matière                                                                         

II. L’évolutionnisme, Darwin                                                                                 

III. Éthologie                                                                                                        

IV. Génétique générale                                                                                          

V. Génétique des populations                                                                                

VI. Neurobiologie générale                                                                                    

VII. Les valeurs et croyances hostiles aux sciences naturelles                                

 

 

 

Sommaire détaillé

 

Introduction, présentation, justification                                                                                         

I. Histoire de la vie et de la matière                                                                         

L'origine de la vie                                                                                                                         

Introduction                                                                                                                                 

Une tendance générale à l'assemblage des éléments et à la persistance des ensembles les plus solides

Des quarks aux protons                                                                                                                

Des protons aux premières particules                                                                                            

Des particules aux molécules élémentaires                                                                                     

Des molécules simples aux molécules complexes                                                                           

L'association des molécules élémentaires                                                                                       

Qu'est-ce qu'un "acide aminé" ?                                                                                                    

Apparition des macro-molécules                                                                                                    

Comment, concrètement, les acides aminés se lient-ils pour former une protéine ?                            

Des molécules complexes à la cellule vivante                                                                                 

De la cellule vivante à l'homme                                                                                                     

Conclusion                                                                                                                                   

L’évolution des espèces                                                                                                               

Introduction                                                                                                                                 

Pourquoi les espèces évoluent-elles ?                                                                                            

Précisions sur la "sélection naturelle"                                                                                             

Qu'est-ce que le "darwinisme social"                                                                                             

Histoire de l’homme                                                                                                                     

BEAUNE Sophie A. de, 1995, Les hommes au temps de Lascaux, 40.000-10.000 avant J.-C., Hachette, Civilisations et Sociétés, La vie quotidienne :                                                                                                    

Comment l’hominidé s’est séparé des panidés il y a 4 a 7 millions d’années dans la « Rift Valley »                   

L’apparition du premier représentant du genre homo, homo habilis, il y a 3 millions d’années                           

La théorie de l’origine africaine de l’homme moderne : extinction et transformation d’homo erectus en Neandertal en Europe, et homo sapiens sapiens en Afrique de l’Est                                                                                                              

Quelques notes sur Neandertal                                                                                                                                       

Apparition et typologie d’homo sapiens sapiens                                                                                                         

L’arrivée de l’homme moderne en Europe                                                                                                                      

Typologie de l’homme de Cro-Magnon                                                                                                                         

L’homme d’il y a 100.000 ans n’est pas plus différent de nous que ne le sont entre eux les différents hommes actuels           

La domestication du feu, effet d’une structuration mentale propre                                                                           

Quelques ordres d’idée sur l’effectif des êtres humains en Europe et en France au paléolithique supérieur     

Quelques pistes bibliographiques :                                                                                                                                 

La découverte de l’humanoïde « Millenium Ancestor », âgé de 6 millions d’années               

Des dents très humaines                                                                                                               

Le débat promis sur la place de Millenium ancestor dans la lignée humaine                                      

La thèse coppensienne de « l’East side story » revigorée, après les doutes occasionnés par « Abel » 

Paléoanthropologie/L’homme serait sorti d’Afrique il y a 52.000 ans                                       

Remarque : quid de « l’homme de Qafzeh » ?                                                                                                                

II. L’évolutionnisme, Darwin                                                                                 

Histoire de la biologie et des biologistes                                                                                     

BUICAN Denis, 1994, Histoire de la biologie, Hérédité-Evolution, Nathan université.                       

Pistes bibliographiques                                                                                                                                                     

Les grands auteurs de l'histoire de la biologie                                                                                                              

L’oeuvre et la critique de Charles Darwin                                                                                  

« Darwin » : dossier du Magazine Littéraire n°374, mars 99                                                     

Biographie et oeuvre de Darwin                                                                                                    

Darwin et la religion (par Michael Ruse)                                                                                        

La théorie de l’évolution issue de l’idéologie du progrès scientifique et moral                                                       

L’objection religieuse de Cuvier                                                                                                                                      

L’idée d’évolution n’excluait pas le déisme                                                                                                                   

Le déisme de Darwin                                                                                                                                                          

L’idée d’évolution comme conséquence de l’observation et du déisme de Darwin                                               

Trouver la cause de l’évolution                                                                                                                                       

L’inégalitariste Malthus utilisé par Darwin                                                                                                                    

Darwin ménage les religieux                                                                                                                                             

L’acceptation de l’idée d’évolution par les chrétiens                                                                                                  

Le réformisme meritocratique contre le féodalisme                                                                                                       

La théorie de l’évolution utilisée comme concurrente idéologique de l’Église                                                        

La récupération idéologique de Darwin par Spencer                                                                                                    

La réaction fondamentaliste                                                                                                                                             

1925 : le procès « Scopes »                                                                                                                                               

La résignation de l’Église                                                                                                                                                  

La promotion, la « sécularisation » et l’intégration dans le champ des sciences classiques, de l’évolutionnisme

La conciliation actuelle                                                                                                                                                      

De l’antagonisme entre « darwinisme dur » et christianisme                                                                                      

Rejet de l’évolutionnisme par la droite  fondamentaliste                                                                                             

Permanence du clivage                                                                                                                                                      

La religion et darwin (autre article)                                                                                                

La question des origines                                                                                                                                                   

Fondamentalismes islamique, juif et américain                                                                                                              

L’anti-darwinisme francais                                                                                                                                                

Les démarches juive et catholique de conciliation avec le darwinisme                                                                     

Darwin et les idéologies (par Gérard Molina)                                                                                 

Discernements nécessaires                                                                                                                                              

L’humanisme de Darwin                                                                                                                                                    

Démontrer l’ascendance animale de l’homme                                                                                                                

Utilisation par les libéraux ; Spencer                                                                                                                               

Huxley, anti-libéral                                                                                                                                                             

Émile Gautier : « darwinisme social » et dilemme socialiste                                                                                         

« Darwinisme social » : les individus, puis les peuples ; l’opposition des libéraux a l’utilisation ségrégationniste du darwinisme                                                                                                                                                                                        

Le darwinisme : un gage de scientificité convoité par toutes les idéologies                                                            

Interprétations sociologiques et idéologiques contradictoires d’une même théorie biologique                          

Exploitations idéologiques multiples du darwinisme                                                                                                    

L’ambivalence du darwinisme                                                                                                                                          

La théorie de Darwin est idéologiquement neutre mais touche à l’essentiel et au métaphysique chez l’homme ; elle tue le finalisme, en dépit de quoi les finalismes idéologiques cherchent à la récupérer                                                               

Darwin, Engels et Marx : un accord illusoire, un réel malentendu                                                     

Pistes bibliographiques :                                                                                                                                                   

Darwin et la morale (par Yvon Quiniou)                                                                                        

Le problème de la conduite morale                                                                                                

Sur l’origine de l’homme (par Claudine Cohen)                                                                              

La sociobiologie aujourd’hui (par François Balloux et Laurent Keller)                                              

La « sélection naturelle » n’est pas le fruit de la « domination » des « plus forts » ou des « meilleurs »           

Non finalisme de l’évolution                                                                                                                                            

Variabilité des tendances évolutives selon les variations de l’environnement au fil du temps                             

Accepter et « transcender » moralement les déterminismes génétiques                                                                   

La génétique a l’échelle des millénaires (par Pierre-Henri Gouyon)                                                 

Le partage des mêmes ancêtres                                                                                                                                       

Persistance millénaire de la diversité                                                                                                                               

Les croyances catholique et marxiste de « l’hérédité des caractères acquis »                                                         

« L’oubli » génétique                                                                                                                                                        

L’héritage génétique ancestral : une enveloppe vide                                                                                                   

François Jacob et Darwin, entretien                                                                                               

La résistance idéologique par rapport a l’introduction du darwinisme en France                                                   

Monod et Lwoff                                                                                                                                                                 

Ouvrir la culture générale sur la biologie                                                                                                                        

Sur la « sociobiologie »                                                                                                                                                     

Bibliographie concernant Darwin                                                                                                   

III. Éthologie                                                                                                        

L’adoption, la transmission et la contagion « culturelles » d’un procédé chez le chimpanzé : l’écrasement des fruits                                                                                                                                          

Remarque : parallélisme avec le phénomène de « culture » chez l’homme                                                                

Sciences & Avenir, 2001, Le point sur les différences et analogies entre l’homme et le singe, n° 647, janvier, pp. 50-55 ; extraits choisis et titrés ;                                                                                       

Une femelle gorille secourt un « petit d’homme »                                                                           

Pascal Picq : les barrières entre l’homme et le singe se rétrécissent régulièrement                            

Diversité de profils psychologiques chez les singes                                                                         

Comportement de simulation et de tromperie chez le singe ; capacité d’analyse de l’intention d’autrui

De l’humour chez les chimpanzés ; F. de Waal                                                                              

De la capacité « d’empathie » chez le singe                                                                                   

Empathie et décentration à l’égard d’une autre espèce : Kuni et l’étourneau                                    

L’espèce des bonobos, camouflet pour les « homo-différencialistes »                                               

La sexualité humanisante des bonobos                                                                                           

Remarque personnelle : le plaisir et l’émotion amoureux et sexuels se déclinent probablement le long d’un continuum parmi les différentes espèces : il n’y a pas de rupture en la matière entre les humains et les autres animaux               

L’acte sexuel pour régler les conflits                                                                                             

Le comportement « étrange » des chimpanzés à l’égard de la mort de l’un des leurs                         

Le langage : incapacité physiologique d’oraliser, mais capacités réflexives et grammaticales             

P. Picq : « le « propre de l’homme » est en redéfinition                                                                   

Séquencer le génome du chimpanzé, se différenciant de l’homme de 1,5 %, pour repérer les gènes distinguant l’homme du chimpanzé                                                                                                                          

La biographie et les prouesses du fameux bonobo Kanzi                                                                 

IV. Génétique générale                                                                                          

La génétique                                                                                                                                 

Introduction                                                                                                                                 

Les gènes : état des lieux                                                                                                              

Chromosomes et ADN                                                                                                                                                      

ADN et gènes                                                                                                                                                                     

Quantité d'information et dimension du support                                                                                                          

Le "message" génétique                                                                                                                                                   

Qu'est-ce qui constitue cet alphabet de quatre élément de l'ADN ?                                                                          

L'action de l'adn                                                                                                                           

Comment l'ADN fabrique-t-il une protéine ?                                                                                                                  

L'ADN, support du message et support du message exclusivement                                                                         

L'intermédiaire de commande : l'ARN messager                                                                                                            

Tout l'ADN n'est pas utile                                                                                                                                                

L'identification des codons de l'ARNm et leur correspondance à l'acide aminé par l'ARN de transfert               

Le "ribosome", atelier d'assemblage de la protéine                                                                                                      

Initialisation et fin de la fabrication                                                                                                                                 

Quand et pourquoi l'ADN se duplique-t-il pour fabriquer une protéine ?                                                                

Pourquoi les protéines sont-elles composées justement d'acides aminés et non d'autres corps ?                       

Pourquoi les protéines ont-elles une action sur l'organisme ?                                                                                    

La duplication de l'adn                                                                                                               

L'ADN se duplique                                                                                                                                                            

Comment l'ADN se duplique-t-il ?                                                                                                                                   

Pourquoi, dans la chaîne de l'ADN, s'associent toujours ensemble adénine et thymine d'une part, et guanine et cytosine d'autre part ?                                                                                                                                                                              

La génétique dans la reproduction des êtres vivants                                                                        

Le processus élémentaire : faire un enfant.                                                                                                                    

Mendel                                                                                                                                                                                 

Les mots et leurs sens                                                                                                                                                       

Le hasard                                                                                                                                                                             

"Génotype" et "phénotype"                                                                                                                                            

Les mutations                                                                                                                                                                     

Caractères élémentaires et caractères complexes                                                                                                          

Le processus collectif : structure et succession des générations.                                                                             

Une "loi" célèbre : la loi de Hardy-Weinberg                                                                                                                

Familles "touchées" et familles "saines"                                                                                                                        

Où nous retrouvons le hasard : dérive et effet de fondateur.                                                                                     

Un élément essentiel des transformations des populations : les migrations.                                                           

Dans la loterie mendélienne, les chances ne sont pas égales : la sélection naturelle.                                             

Vers la transformation orientée du patrimoine génétique.                                                                                           

Génétique et éthique                                                                                                                     

L'avertissement vaut pour les deux camps idéologiques                                                                                             

V. Génétique des populations                                                                                

CAVALLI-SFORZA Luca, 2000, Entretien sur la génétique des populations, paru dans Sciences Humaines n° 109, octobre, pp. 38-41 ;                                                                                                      

Hétérogénéité de distribution des groupes sanguins parmi la population humaine                               

Différences génétiques et échelle de temps                                                                                    

Les origines africaines d’Homo sapiens, puis d’Homo sapiens sapiens                                             

L’homme de Qafzeh avait un langage semblable au nôtre                                                               

Colonisation de l’Europe par hss il y a 40.000 ans                                                                           

L’élevage et l’agriculture développés au néolithique sous la pression de saturations démographiques et de perturbations climatiques, au Moyen-Orient, en Chine et au Mexique                                                              

L’anthropologie génétique montre que l’agriculture s’est répandue par migration des agriculteurs      

VI. Neurobiologie générale                                                                                    

Neurobiologie : note de recherche 1995                                                                                      

Introduction                                                                                                                                 

Le cerveau : état des lieux                                                                                                            

Le rôle du cerveau                                                                                                                                                              

L'aspect du cerveau                                                                                                                                                           

Les différentes parties du cerveau humain et leurs fonctions essentielles                                                               

Où se situent ces différentes parties ?                                                                                                                            

A quoi servent ces différentes parties ?                                                                                                                         

Le cortex ("l'écorce")                                                                                                                                                         

Composition du cortex : neurones, axones, synapses, neurotransmetteurs                                         

Genèse du cortex                                                                                                                         

La construction des neurones                                                                                                                                         

Après les neurones, les synapses :                                                                                                                                 

L’activité du cortex                                                                                                                      

L'importance vitale des sens                                                                                                                                            

Où se localisent au sein du cortex les différentes activités de l'homme ?                                                                 

Comment se manifeste la dynamique de la pensée à l'intérieur du cortex ?                                                              

Gènes et cerveau                                                                                                                         

Quelques pathologies cérébrales                                                                                                    

Les pathologies d'origine chromosomique                                                                                       

Les trisomies                                                                                                                                                                       

Les délétions chromosomiques                                                                                                                                       

Les anomalies concernant les chromosomes sexuels                                                                                                   

les pathologies d'origine génique                                                                                                    

Les mécanismes des maladies génétiques                                                                                                                     

Guérir les maladies génétiques                                                                                                                                         

La lissencéphalie                                                                                                                                                                

L'hypothyroïdie congénitale                                                                                                                                            

La phénylcétonurie                                                                                                                                                            

La maladie d'Alzheimer                                                                                                                                                      

Pourquoi, dans le cas de la maladie d'Alzheimer, les enzymes sectionnent-ils l'APP de chaque côté de la BA ?

La chorée de Huntington                                                                                                                                                  

La maladie de Parkinson                                                                                                                                                    

La craniosténose                                                                                                                                                                

Les maladies "psychiatriques"                                                                                                       

La psychose maniaco-dépressive                                                                                                                                   

La schizophrénie                                                                                                                                                                

L'autisme                                                                                                                                                                              

Conclusion                                                                                                                                   

Lexique des termes utilisés en génétique                                                                                        

Note de lecture : Changeux Jean-Pierre, 1994, Raison et Plaisir, O. Jacob :                          

Neurobiologie et sciences de l’homme                                                                                           

La décérébralisation des sciences humaines                                                                                   

Réunir cerveau et sciences humaines                                                                                            

Richesse des communications interneuronales                                                                                

Barlow et Hebb : « neurone grand-mère » ou populations de neurones dispersées ?                          

Posner & Raichle : déchiffrer le code neural pour établir une « anatomie de la sémantique »             

Matérialité du cerveau                                                                                                                  

Complexité architecturale                                                                                                             

Possibilités et limites de la technique d’imagerie médicale                                                               

Trois niveaux d’évolutions de la représentation du monde                                                                

Diderot et la biologie                                                                                                                     

Le biologisme de Sigmund Freud                                                                                                   

Gall : la phrénologie et l’idée de spécialisation fonctionnelle de zones corticales                                

D’Empédocle et Lucrèce à Diderot puis Darwin                                                                            

Cuvier et les fossiles                                                                                                                     

Lamarck et l’évolutionnisme                                                                                                         

Lamarck et l’hérédité de l’acquis                                                                                                  

Le pessimisme des conceptions darwiniennes et diderotiennes                                                         

La découverte de l’adn et l’exploration des protéines                                                                   

Gènes et cerveau                                                                                                                         

Broca : première localisation corticale d’un comportement                                                              

Utopie sociale généreuse et science                                                                                              

Nécessité de prudence et de débat éthique                                                                                     

Broca, le système limbique, les émotions et le virus de la rage                                                         

La recherche, au XIX° siècle, de causes morphologiques aux troubles mentaux                                

Jackson : maladies mentales et « dissolution de l’évolution »                                                            

La matérialité de l’esprit                                                                                                               

Le fonctionnement du mental                                                                                                        

Le cerveau, « machine » évolutive                                                                                                 

Biologie de l’apprentissage, de la mémoire, de la conscience, de la culture                                       

« Anthropologie »                                                                                                                         

La capacité de se représenter « l’autre »                                                                                       

Quelques pistes bibliographiques sur la biologie de la pensée :                                                        

VII. Les valeurs et croyances hostiles aux sciences naturelles                                

GRUHIER Fabien, 2000, « L’inconnue de la bosse », article déniant et dénigrant le caractère neurobiologique de la cognitivité au nom de motifs moraux et idéologiques, TéléObs, novembre, p. 51 ;   

F. Gruhier : la phrénologie était une « foutaise », analogue aux chimères des cogniticiens actuels     

Question : la phrénologie se résumait-elle à une « foutaise » ? N’avait-elle que des vices ?                              

F. Gruhier : les cogniticiens sont péremptoires et coûtent cher au contribuable                                

Remarque : une société progressiste doit-elle se passer de la recherche fondamentale ?                                    

F. Gruhier : des parties du cerveau s’activent sous l’effet « d’opérations débiles »                          

Question : les opérations soumises au sujet lors des expériences de cognitivité sont-elles « débiles » ?        

Les expériences cherchent à montrer une innéité des facultés de dénombrement                            

Observation : ce dont a peur le journaliste                                                                                                                  

F. Gruhier : ces expériences sont « stupides » et n’ont pas de rapport avec les mathématiques        

F. Gruhier : les soustractions ne sont pas des mathématiques                                                         

F. Gruhier : les mathématiques sont un art, dont l’aptitude n’a rien à voir avec les neurones mais avec les conditions environnementales                                                                                                                 

Remarque : environnementalisme du journaliste et association de la neurobiologie cognitive au fascisme     

NAU Jean-Yves, 2001, « Les avancées de la biologie estompent la frontière entre le singe et l’homme », Le Monde, 25 août, p. 16 ;                                                                                                           

Les travaux d’éthologie sont « inquiétants »                                                                                  

Les avancées en matière de manipulation animale se font dans un « contexte américain particulier »

La biologie va vouloir ré-explorer l’inné et l’acquis                                                                        

La croyance en des « gènes spécifiquement humains » renvoie à un « racisme biologique »             

Le comportement moral demeure et demeurera inaccessible à la connaissance neurobiologique       

LYSSENKO Trofim, in Pour la Science, numéro spécial « Jean Rostand », mai-août 2001, pp. 64-67 ;   

La foi de Lyssenko                                                                                                                     

Mitchourine, le précurseur                                                                                                           

La persécution de Vavilov et des généticiens classiques                                                                

L’important impact du lyssenkisme à l’étranger, sous l’impulsion des communistes français, Aragon en tête          

Intellectuels bernés ; scientifiques lucides                                                                                     

Les biologistes marxistes, complaisants                                                                                        

Le lyssenkisme en France : Jean Champenois                                                                              

Louis Aragon : le bénéfique prométhéisme du lyssenkisme                                                            

Laurent Casanova : « sciences prolétarienne » et « science bourgeoise »                                       

Marcel Prenant : une critique publique humiliante, malgré une complaisance                                   

Doctrine officielle en URSS jusqu’en 1965                                                                                   

Pensées de Jean Rostand sur la science, la biologie et le marxisme                                                

 


Introduction, présentation, justification

 

Il était important, étant considéré la dimension pluridisciplinaire (et quelque peu sensible) de notre sujet, de collecter un grand nombre de matériaux ‑ fiables et référencés ‑ parmi diverses disciplines, matériaux toujours relatifs, bien entendu, au sujet de recherche. Par ailleurs, il est difficile pour l’esprit d’un seul homme d’arriver à penser simultanément (pour les connecter) des données appartenant à divers champs. Aussi semblait-il utile de collecter et ordonner tous ces savoirs, de façon à ce que le chercheur ‑ mais aussi le lecteur ‑ puisse les concevoir avec clarté dans son esprit, avant manipulation en vue d’une réflexion et production synthétique. Enfin, toutes les connaissances utiles à la rédaction d’une thèse ne peuvent pas y être introduites. C’est pourquoi le chercheur doit collecter, sélectionner, hiérarchiser, classer et stocker ces connaissances dans un espace intermédiaire, une sorte de « sas » (de purgatoire ?) entre le monde et le document universitaire final.

Les trois « notes de recherche » ici présentées ‑ la première en biologie (ou sciences naturelles), la seconde en histoire et sciences sociales, et la troisième en sociologie de la connaissance et philosophie politique ‑ sont le produit de lectures. Ces lectures ont été choisies ; leur contenu a été trié, sélectionné et titré ; les fragments obtenus, enfin, ont été répartis au sein d’une structure thématique, dans laquelle le lecteur (ou le chercheur !) pourra se repérer. Une telle « note de recherche », parce qu’elle est un patchwork de différents fragments choisis de connaissance, ne constitue bien évidement pas ce qu’on appelle un travail « abouti ». Je crois néanmoins qu’elle constitue un outil intellectuel important (sinon indispensable) pour le chercheur, qui peut venir y puiser des références précises (qu’il connaît déjà bien puisqu’il les a au préalables lues, sélectionnées et ‘saisies’[1]). Ces connaissances et références précises nous semblent indispensables à la rédaction de mémoires de Dea ou d’une thèse de doctorat.

Il nous a paru utile de proposer au jury de Dea l’examen de ces notes de recherche, comme annexes du mémoire. Ces notes constituent l’inventaire (non exhaustif !) des connaissances nécessaires à l’élucidation de la question de recherche. Elles constituent enfin un rôle d’outil intellectuel pour une future thèse de doctorat, qui les verra probablement s’enrichir et s’épaissir encore.

L’examen de ces notes exigerait bien sûr de longues heures de travail. La simple lecture de la table des matières et des titres de fragments, en début de document, permet, nous l’espérons, de se faire une idée déjà relativement précise de leur contenu.


I. Histoire de la vie et de la matière

L'origine de la vie

Introduction

L'homme, les animaux et la matière sont. Distinctement. L'homme ne saurait s'abaisser à n'être que simple animal ; le monde vivant ne saurait s'abaisser à n'être que matière.

Longtemps l'homme a cru ‑ et croit toujours parfois ‑ que la matière, la vie, les animaux et l'homme ont été créés par un "dieu".

L'homme s'est un peu détaché de l'hypothèse déiste. Cela ne l'empêche pas de croire parfois que la vie, que les organismes vivants ou que la pensée humaine sont autre chose que pure matière.

Ce chapître a pour objet de rappeler au lecteur, de nous rappeler, que de l'apparition du premier quarks aux mécanismes de la pensée humaine d'aujourd'hui, la chaîne est continue, sans rupture aucune, sans intervention divine ni métaphysique.

 

La Terre est vieille de quatre milliards et demie années, l'univers de quinze milliards d'années. On considère généralement qu'au début de l'univers ne s'agitait qu'une matière "morte", non-vivante, cependant que s'agitent aujourd'hui des "êtres" "vivants". Entre la "matière" et la "vie", quels phénomènes se sont-ils déroulés ?

Une tendance générale à l'assemblage des éléments et à la persistance des ensembles les plus solides

D'une façon générale, au cours de l'histoire de l'univers, des entités infiniment petites se sont associées entre elles pour en former de grosses.

Les quarks se sont trouvés associés pour former des atomes, puis des molécules ‑ de plus en plus grosses ‑ puis des cellules vivantes, puis des êtres vivants. Ces entités n'ont jamais décidé de s'associer entre elles. Seul le hasard et des phénomènes physiques extérieurs les ont associées.

La nature n'a retenu que les entités qui survivaient et se reproduisaient mieux que les autres. On sait cela pour ce qui concerne les espèces animales. Mais c'est vrai aussi pour les corps physiques : par le biais indirect de la vie, la nature n'a retenu que ‑ ou a privilégié ‑ les molécules non-vivantes susceptibles de participer à cette vie : les molécules d'acides aminés, de sucres et d'alcool, les protéines et, bien sûr, les bases nucléiques comme l'ADN et l'ARN, autant de molécules matérielles "de vie" dont nous verrons le mode d'apparition au cours de l'histoire de la Terre.

Des quarks aux protons

Il y a quinze milliards d'années environ est supposé se créer l'univers dans lequel nous vivons. L'homme connait encore mal ce qui pouvait exister avant cette date présupposée de création, le religieux semblant être à peu près la seule réponse possible à ceux que cette question préoccupe.

Le "Big-bang", donc, cette création supposée de l'univers, aurait généré les toutes premières micro-particules que sont les photons, les électrons et les quarks.

En l'espace d'une micro-seconde, ces quarks se seraient associés par trois pour former des neutrons et des protons, le proton constituant déjà le futur noyau de l'hydrogène.

Au cours des premières minutes succédant au Big Bang, s'unissent les protons et les neutrons pour former les particules d'hydrogène (deux protons), d'hydrogène lourd (trois) et d'hélium (quatre) (voir figure).

Des protons aux premières particules

Des particules élémentaires telles que l'hydrogène, l'oxygène, l'azote et le carbone (voir figure) se forment.

Des particules aux molécules élémentaires

Les caractéristiques physiques de l'hydrogène, de l'oxygène, de l'azote et du carbone les rendent capables de se lier avec, respectivement, une, deux, trois et quatre autre(s) particule(s). Les atomes d'hydrogène, d'oxygène, d'azote et de carbone s'associent donc pour former :

- un oxygène et deux hydrogènes, H2O : de l'eau ;

- un azote et trois hydrogènes, NH3 : de l'ammoniac ;

- un carbone et quatre hydrogènes, CH4 : du méthane.

(voir figure).

Ces corps constituent les premières "molécules" apparues[2]. Les molécules d'eau, nées dans les débris d'étoiles explosées, sont déposées sur les grains de poussière interstellaires puis enfermées dans la masse des planètes.

Des molécules simples aux molécules complexes

Il y quatre milliards et demi d'années environ est supposé se créer le système solaire, parmi lequel la planète Terre. Sa surface est d'abord constituée de magma en fusion puis, en se refroidissant, de volcans en activité permanente. Le centre de la Terre renferme de l'eau, du méthane et de l'ammoniac. Ces corps, peu à peu, s'échappent du centre sous forme de vapeur et vont constituer une atmosphère, des nuages, puis, à mesure du refroidissement de l'astre, des océans d'eau. C'est la juste température de la Terre qui a permis l'extraction de son eau puis sa rétention, à la surface, sous forme liquide.

L'association des molécules élémentaires

Les océans et l'atmosphère terrestres primitifs contiennent, notamment, de l'eau (H20), du méthane (CH4) et de l'ammoniac (NH3), premières particules élémentaires, nous l'avons vu. Ils ne contiennent, en revanche, pas d'oxygène. Sous l'effet des rayons ultra-violets, de la chaleur et des décharges électriques occasionnées par de violents orages, ces molécules simples se fragmentent et s'associent pour donner de nouvelles molécules. Ces nouvelles molécules sont le formaldéhyde (COH2) et l'acide cyanhydrique (CNH).

A leur tour, ces deux types de molécules s'associent pour former des acides aminés (le plus simple en est la glycine, C2NO2H5), des sucres (dont le ribose C5O5H10 et le glucose C6O6H12), des alcools, des acides gras et des bases azotées (comme l'adénine C5N5H5)[3]. Notons que ces molécules contiennent entre une dizaine et une trentaine d'atomes (voir figures p.).

Ces molécules ne peuvent toujours pas être qualifiées de "vivantes" mais sont dotées néanmoins de qualités physiques qui leur permettront de constituer et de faire "fonctionner" des êtres vivants.

Cette genèse des premières molécules a été découverte et vérifiée en laboratoire : un circuit gazeux simulant l'atmosphère terrestre originelle et soumis à un arc électrique intense comme celui des éclairs d'orage génère ces types de molécules[4].

Qu'est-ce qu'un "acide aminé" ?

Un acide aminé est un corps qui, comme son nom l'indique, renferme une fonction "acide" et une fonction "amine". Un acide est tout corps susceptible de libérer des ions hydrogène (H+). "Amine" provient de "ammoniac" (NH3). Un amine consiste en tout corps (hydrocarboné) auquel est greffé un ammoniac (ou plutôt NH2 seulement, l'un des hydrogènes de l'ammoniac ayant disparu pour laisser l'atome d'azote (N) se greffer sur son corps d'accueil). Les acides aminés renferment donc toujours à la fois (et à chacune de leurs extrémités) les corps COOH et NH2.

Apparition des macro-molécules

Au cours des premières centaines de millions d'années ‑ et en présence d'argile vraissemblablement ‑ se poursuivent les associations (non intentionnées) de ces molécules relativement simples (contenant quelques dizaines d'atomes) en molécules beaucoup plus complexes, pouvant dépasser le million d'atomes, comme les protéines (ou "chaînes polypeptidiques"), qui sont des suites d'acides aminés, et les bases et acides nucléiques (comme l'ADN et l'ARN), principaux constituants des futurs êtres vivants. Ces très grosses molécules ‑ ou "macro-molécules" ‑ s'accumulèrent d'abord dans ce le biologiste Haldane intitula la "soupe primitive".

Comment, concrètement, les acides aminés se lient-ils pour former une protéine ?

Chacun des vingt acides aminés est borné par une partie acide (COOH) d'un côté et par une partie amine (NH2) de l'autre. Or, ces deux parties sont susceptibles de réagir entre elles, non pas au sein d'un même acide aminé, évidemment, mais entre deux acides aminés distincts. La réaction entre l'acide de l'un et l'amine de l'autre provoque la formation d'une molécule d'eau (un oxygène et un hydrogène de la partie acide s'associant à l'un des deux hydrogènes de la partie amine) et soude l'un à l'autre les deux acides aminés par une liaison dite "peptidique". Une chaîne d'acides aminés ainsi associés est dite "chaîne polypeptidique" ou encore "protéine".[5]

Des molécules complexes à la cellule vivante

Il faudra que s'associent plus d'un million de ces molécules géantes, c'est-à-dire un total de plusieurs millions de milliards d'atomes, pour voir naître (toujours de façon non intentionnée) la première cellule vivante, c'est-à-dire un corps aux caractéristiques physiques lui permettant de se dupliquer, de se reproduire... de "vivre".

Comment une telle cellule a-t-elle pu apparâitre ? Des molécules organiques se seraient associées, repliées en micro-sphère, isolées par une membrane et auraient inauguré des absorbtions, des synthèses et stockages de substances, et des échanges énergétiques avec leur environnement. La molécule centrale d'échange energétique des cellules avec l'environnement est l'adénosine triphosphate (ATP), composée de l'adénine que nous avons vu apparaître plus haut et de phosphate.

Comment les "micro-gouttes" ont-elle évolué vers de véritables cellules ?

La nature n'aurait retenu des mcro-gouttes que celles qui survivaient, puis se reproduisaient le mieux, jusqu'à voir apparaître une micro-goutte relativement complexe pour être suffisamment tenace : la "cellule" vivante à proprement parler. On a évalué l'apparition de cette première cellule vivante à environ sept cent millions d'années après la constitution de la Terre.

 La toute première cellule vivante ne se différencie pas encore de façon animale ou végétale. Des traces, datées autour de huit cent millions d'années après la création de la Terre, ont révélé la présence de bactéries et d'algues bleues : le végétal et l'animal, alors, s'étaient distingués l'un de l'autre.

De la cellule vivante à l'homme

On sait que les cellules vivantes s'associeront à leur tour, par le truchement de la "sélection naturelle", pour constituer des êtres de plus en plus complexes et de plus en plus puissants[6]. Des êtres vivants sortent de l'eau il y a cinq cent millions d'années, qui génèrent les primates simiens il y a trente millions d'années. "L'être humain" ("Lucy"), se dresse sur ses jambes il y a trois millions d'années et se dote de notre cerveau et de notre morphologie actuels (ceux de l'homme de Cro-Magnon) il y a environ trente mille ans (voir figure), c'est-à-dire il y a une vingtaine de secondes si la Terre s'était créée il y a un an.

Conclusion

On le voit, depuis les quarks jusqu'à l'homme et sa "conscience", en passant par les acides aminés, aucun autre phénomène n'est intervenu dans la création et l'évolution de la vie que ceux de mécanismes purement matériels.

L'idée d'une pure matérialité du phénomène vivant ainsi que de l'esprit humain ‑ des "décisions", de la "conscience", des "émotions", des "sentiments" ‑ a de quoi heurter nombre de nos esprits, nous en convenons volontier.

Il s'agit toutefois, nous le pensons, de rester attentif à l'égard de notions qui se trouvent confirmées un peu plus chaque jour par les avancées de la biologie ‑ et de la neurobiologie notamment ‑ et de se départir de discours "humanistes" qui, quoique se prétendant "athées" ou "matérialistes", comprennent encore une certaine idée de magie, d'immatérialité, dans les phénomènes de la vie ou de la pensée humaine, idée qui n'est pas toujours exempte, en arrière-plan, de vanité d'être humain.

L’évolution des espèces

Introduction

Pourquoi s'intéresser à l'évolution des espèces lorsqu'on se pose la question (au premier abord sociologique) de la possibilité ou non d'une réduction des inégalités sociales ?

Nous voyons là deux types d'intérêt :

Le premier est qu'il nous semble bon, quand on s'intéresse à l'homme, de connaître un peu l'origine de cet homme ‑ depuis trente ans, depuis cinq siècles, depuis vingt mille ans, et aussi depuis trois cent millions d'années... La connaissance de l'histoire

Le second est qu'il nous paraît important de clarifier la notion de "sélection naturelle" (qui s'effectue dans le long terme et n'est pas intentionnée) ainsi que celle de "darwinisme social" (qui attise les fantasmes des différents camps idéologiques).

 

Darwin choqua lorsqu'il prétendit que l'homme était le fruit d'une longue évolution de la vie : on croyait jusque-là  ‑ idée narcissiquement préférable ‑ que l'homme avait été la création directe d'un "dieu".

Le mécanisme d'évolution des espèces, quand il est accepté, est encore bien souvent mal compris : on croit parfois que les girafes ont rallongé leur cou pour se nourrir ou ont éliminé leur rivales au cou plus court. On retrouve là encore cette même croyance d'intention ou de conscience, d'animisme, dans la nature. L'esprit humain a encore du mal à concevoir que l'évolution des espèces soit le fruit du pur hasard (la mutation accidentelle d'une base azotée sur un brin d'ADN), favorisé ou défavorisé par des détails imperceptibles de l'environnement au long de millions d'années.

Pourquoi les espèces évoluent-elles ?

Le matériel génétique se reproduit sans faille, de façon rigoureusement identique, d'une génération à l'autre. Mais il arrive que des phénomènes extérieurs troublent cette duplication. Des rayonnements, par exemple, comme les rayons cosmiques qui bombardent en permanence la surface de la Terre ou la radio-activité, peuvent altérer, en la brisant, une molécule d'ADN. Le message que cet ADN transporte s'en trouve altéré ; il n'est plus le même. On assiste alors, à la génération suivante, à une mutation. L'être nouvellement créé présente des caractéristiques que ses parents ne lui ont pas transmis (un cou plus long, des jambes plus agiles...).

L'environnement va jouer dans un sens favorable ou défavorable à ce mutant. S'il joue dans un sens défavorable (des arbres élevés pour un cou rapetissé), ce mutant atteindra moins facilement l'âge de reproduction, se reproduira moins que ses "congénères" et disparaîtra au fil des générations. Au contraire, si l'environnement favorise le mutant (des arbres élevés pour un cou allongé), ce dernier se portera bien, se reproduira en grand nombre et supplantera, au fil des générations, ses "congénères" qui n'ont pas muté.

C'est la "sélection naturelle", suggérée par Darwin.

Précisions sur la "sélection naturelle"

La "sélection naturelle" ne consiste en aucun cas en un parti-pris qui déciderait que certains des êtres d'une espèce sont les "meilleurs" et qu'il serait bon d'éliminer les autres. La "sélection naturelle" n'est pas un parti-pris ni une opinion. La sélection naturelle est un phénomène naturel (comme l'évaporation de l'eau ou la conductivité des métaux). Elle se déroule sur des milliers de générations, à l'insu de l'espèce elle-même et échappe donc complètement au pouvoir de cette espèce. Dusse-t-elle être apprivoisée par les moyens techniques d'une espèce qu'elle en perdrait simultanément son sens. La "sélection naturelle", par définition, est étrangère à une "sélection artificielle", à l'eugénisme.

Darwin était un scientifique, observateur neutre du réel, et non pas un militant politique ségrégationniste, élitiste ou eugéniste comme il est souvent colporté.

Réalité scientifique et parti-pris idéologique constituent deux dimensions complètement indépendantes l'une de l'autre. Reconnaître le phénomène de fission de l'atome n'a rien à voir avec l'opinion personnelle concernant l'opportunité de la bombe atomique. Réalité scientifique et parti-pris éthique sont deux phénomènes indépendants et irréductibles l'un à l'autre.

Qu'est-ce que le "darwinisme social"

Dans le langage courant des sciences humaines, l'appellation "darwinisme social" désigne une volonté politique d'éliminer les individus jugés les "moins aptes" socialement ou, tout au moins, de légitimer, de justifier les inégalités sociales.

Or, qu'est-ce que signifie "darwinisme social" ?

Il signifie une transposition de la théorie darwinienne du champ général des espèces à celui plus restreint du genre humain. De la même façon que les espèces animales entre elles ou que les différents individus d'une même espèce auraient lutté pour survivre, ne laissant se pérenniser que les lignées favorisées par les mutations génétiques, les hommes entre eux lutteraient pour obtenir les meilleures places ‑ d'argent, de pouvoir, de prestige ‑ laissant s'exprimer au travers des strates sociales des "inégalités" principalement intellectuelles.

On voit bien ce qui ici peut froisser pour qui serait épris de fraternité et d'égalité humaine :

- Il y aurait des hommes qui "vaudraient" mieux que d'autres, comme s'il existait un rapport entre des supposées inégalités d'intelligence et la "valeur" des individus[7].

- La tentation semble grande d'intervenir sur le genre humain pour le sélectionner artificiellement de façon à favoriser les "lignées" les plus "intelligentes", présupposées "meilleures" que les autres.

- Le darwinisme social "légitimerait" la domination d'une catégorie d'hommes sur les autres, comme si le constat d'une fuite d'eau pouvait légitimer qu'on ne la répare pas ou aggraver ses effets.

 

Quoiqu'il en soit, nous nous trouvons ici confronté au même problème qu'en ce qui concerne le darwinisme "non-social" : il y d'une part des faits réels ‑ qu'il s'agit d'infirmer ou de confirmer scientifiquement ‑ et d'autre part un point de vue politique, éthique, philosophique ‑ qui échappe au vrai et au faux et regarde chacun. Les deux dimensions sont là aussi complètement indépendantes l'une de l'autre.

On le voit, le "darwinisme social" doit être précisé et ramené à son juste sens avant que d'être "débattu" : s'agit-il d'un phénomène scientifiquement vérifiable échappant au débat éthique ou d'un fantasme de militants égalitaristes ?

 

Il nous semble que le "darwinisme social" devrait avoir pour signification l'étude objective des mécanismes ‑ psychologiques, physiologiques, neurobiologiques ‑ de la ségrégation sociale, de façon à mieux comprendre ces mécanismes. On le voit, l'étude de ce "darwinisme social" est étrangère à l'idéologie et la connaissance tirée de cette observation pourrait servir tout aussi bien l'un des deux camps ‑ élitiste ou anti-élitiste ‑ comme l'autre. On peut d'ailleurs supputer, sans prendre trop de risques, qu'une meilleure connaissance du "darwinisme social" servirait plutôt le camp anti-élitiste, qui trouverait là justement de quoi forger des armes de combat contre la ségrégation sociale. On peut donc se demander au passage si le rejet courant, par le camp égalitariste, de l'idée de "darwinisme social" est vraiment raisonnable et judicieux.

 

Remarque : ce n'est peut-être pas parce qu'on pense que les "plus forts" éliminent les "plus faibles" qu'on est nécessairement "de droite".

Histoire de l’homme

BEAUNE Sophie A. de, 1995, Les hommes au temps de Lascaux, 40.000-10.000 avant J.-C., Hachette, Civilisations et Sociétés, La vie quotidienne :

Épigraphe :

«  - Et si l’on vous demandait tout simplement : à quoi sert la préhistoire ? La république a-t-elle besoin de préhistoriens ?

- A mon avis, oui. Certainement. Parce que l’homme du futur est incompréhensible si l’on n’a pas compris l’homme du passé. Je crois que tout ce qu’il y a de possibilités, de virtualité dynamique dans l’espèce humaine demande à être saisi depuis sa base et suivi paisiblement jusqu’à son développement final. »

André Leroi-Gourhan, Les racines du monde.

Entretiens avec Claude-Henri Rocquet.

1982, Belfond, Paris.

Comment l’hominidé s’est séparé des panidés il y a 4 a 7 millions d’années dans la « Rift Valley »

p.16 :

« (...) Notre branche s’est séparée de celle des pongidés (famille des orangs-outangs) il y a 20 à 25 millions d’années, puis des Panidés (famille des gorilles et chimpanzés), nos plus proches « cousins », il y a 4 à 7 millions d’années. A cette époque, le continent africain était couvert d’une immense forêt s’étendant de l’Atlantique à l’océan Indien. Le relèvement de ses bords aurait profondément perturbé le régime des précipitations sur la bande de terre longeant l’océan Indien. A l’ouest de la faille, les conditions climatiques seraient restées inchangées, et les animaux n’auraient pas vu se modifier leurs conditions de vie. En revanche, l’est de la faille aurait vu sa forêt se réduire et son paysage se dégager. Les Primates vivant à l’ouest, dans un environnement humide et boisé, auraient continué à mener une vie insouciante, mi-terrestre mi-arboricole. Ceux de l’est auraient été condamnés à s’adapter pour pouvoir survivre dans un environnement de plus en plus sec et déboisé. Les premiers seraient les ancêtres des gorilles et des chimpanzés, les seconds, ceux des Australopithèques et des hommes. Telle est du moins la fort séduisante hypothèse de Yves Coppens, la seule actuellement qui explique qu’on n’ait pas identifié un seul fragment osseux attribuable à un ancêtre de chimpanzé ou de gorille parmi les centaines de milliers d’ossements de Vertébrés découverts à l’est de la Rift Valley.

L’apparition du premier représentant du genre homo, homo habilis, il y a 3 millions d’années

p.19

« (...) Homo habilis, le plus ancien représentant du genre Homo, apparaît il y a environ 3 millions d’années en Afrique orientale, où il semble qu’il dérive des Australopithèques graciles. Il avait une capacité crânienne d’environ 800 cm3 et était encore petit (de 1,30 à 1,40 m) mais le développement spectaculaire de son neurocrâne autorise à le classer dans le genre Homo. Sa marche bipède était pratiquement semblable à la nôtre et il n’utilisait pas ses membres antérieurs dans la locomotion. Il était omnivore. Ajoutons que les caractéristiques de son endocrâne, l’anatomie de la base de son crâne et de sa mandibule permettent de supposer qu’il avait peut-être un langage.

Il s’agirait donc de l’homme le plus ancien connu et, en l’absence de fossiles humains comparables ailleurs dans le monde, on suppose que l’Afrique de l’Est constitue le lieu de naissance de l’homme sensu stricto.

La théorie de l’origine africaine de l’homme moderne : extinction et transformation d’homo erectus en Neandertal en Europe, et homo sapiens sapiens en Afrique de l’Est

p.22 :

(...) A [la] théorie de l’évolution multirégionale de l’homme, s’oppose celle de l’origine africaine de l’homme moderne. Selon celle-ci, les Homo erectus se seraient éteints il y a 500.000 à 200.000 ans, sauf dans deux régions : en Europe, où ils auraient donné naissance à un Homo sapiens particulier, l’homme de Neandertal, et en Afrique de l’Est, où ils auraient donné naissance à l’homme tel que nous le connaissons aujourd’hui, l’Homo sapiens sapiens. Les tenants de cette théorie s’appuient sur le fait que les Homo sapiens sapiens les plus anciens, découverts au Proche-Orient et datés d’environ 100.000 ans, semblent se rattacher à des hommes un peu plus archaïques d’Afrique de l’Est. C’est là en effet, notamment à Florisbad, Omo et Laetoli, qu’on a découvert des formes archaïques d’Homo sapiens, appelées pré-sapiens pour les distinguer des formes d’Homo sapiens sapiens « achevées », vieilles de 100.000 à 200.000 ans. De plus, selon les données génétiques, la différenciation entre les hommes actuels ne semble pas remonter à plus de 100.000 ou 200.000 ans, ce qui rend improbable le surgissement très ancien d’hommes modernes en différents points de la planète, à partir de rameaux d’Homo erectus déjà différenciés.

Qu’il y ait ou non existé plusieurs branches d’Homo sapiens descendant de plusieurs Homo erectus différents, il est en tout cas certain que les Homo sapiens sapiens venus peupler l’Europe il y a environ 40.000 ans arrivaient du Proche-Orient.

Quelques notes sur Neandertal

p.24 :

(...) Les Neandertaliens de Shanider (Irak), il y a 80.000 ans, puis ceux de Kébara (Israël), il y a 60.000 ans, ont probablement côtoyé les premiers hommes modernes, déjà installés au Proche-Orient.

(...) Commencée il y a 40.000 ans, l’extinction des Neandertaliens, dont on ignore encore les causes, fut lente et progressive puisqu’ils ne disparurent définitivement qu’il y a 34.000 à 35.000 ans, peut-être plus tard encore dans certaines régions reculées.

Apparition et typologie d’homo sapiens sapiens

p.25 :

(...) La forme actuelle du crâne humain a probablement commencée à se dessiner il y a environ 400.000 ans et a acquis ses traits définitifs il y a au moins 100.000 ans. Ne se produisirent ensuite que de légères modifications telles que l’allégement des structures osseuses, une gracilisation du squelette, des variations liées à l’adaptation au milieu. Ces modifications sont restées à l’intérieur d’un cadre morphologique bien établi : le crâne est volumineux (1450 cm3 en moyenne), il a une voûte élevée, un frontal redressé, un occipital arrondi, une face réduite et placée sous la partie frontale du crâne cérébral.

Les premiers Homo sapiens sapiens ont été trouvés, on l’a vu, au Proche-Orient. Ce sont les Proto-Cro-Magnons. Les plus anciens, les hommes de Skhul et de Qafzeh (Israël) datent de 92.000 ans. A partir de 80.000 ans et pendant au moins 30.000 ans, les deux types humains ‑ Homo sapiens sapiens et sapiens neanderthalensis ‑ ont cohabité pacifiquement au Proche-Orient, en partageant la même culture, dite moustérienne, mais sans se métisser, semble-t-il. Il est possible que ces hommes, contemporains pendant plusieurs dizaines de millénaires, n’aient pas été interféconds. Si c’était le cas, il ne s’agirait pas de la même espèce.

L’arrivée de l’homme moderne en Europe

p.26 :

(...) La présence des hommes modernes, Homo sapiens sapiens, en Europe n’est attestée qu’à partir de 40.000 ans. Ils venaient du Proche-Orient où ils avaient mis au point, un peu plus tôt, de nouvelles techniques de travail de la pierre et de l’os qui ont favorisé leur expansion. Ils sont ensuite partis à la conquête de nouveaux territoires, vers l’ouest, et ont occupé l’Europe centrale où les plus anciennes traces de ces nouvelles techniques, appelées aurignaciennes, sont antérieures à 40.000 ans. Ainsi, à Bacho Kiro et Temnata en Bulgarie, comme à Istallöskö en Hongrie, l’occupation aurignacienne la plus ancienne date de 38.500 à 45.000 ans selon les cas. Ce sont sans doute les porteurs de cette industrie qui sont arrivés peu de temps après en Europe occidentale. Ils se glissent, en quelques siècles, à travers les territoires de l’homme de Neandertal, avec lesquels ils ont des contacts, pour atteindre la région cantabrique et le sud-ouest de la France.

Typologie de l’homme de Cro-Magnon

p.27 :

Le type classique de l’homme de Cro-Magnon a vécu il y a 30.000 à 35.000 ans, au début du Paléolithique supérieur, en Europe occidentale. (...) Il était très grand, en moyenne 1,80 m pour les hommes, 1,66 m pour les femmes. Avec un squelette robuste, une puissante musculature et des jambes plus développées que les nôtres, il était parfaitement adapté à un mode de vie de chasseurs de grand gibier et en particulier à la marche en terrain accidenté. Sa capacité cérébrale était équivalente à la nôtre, voire supérieure pour certains individus, mais son crâne très allongé avait une voûte relativement basse et un occipital souvent saillant. En Europe centrale, les Cro-Magnons « orientaux » sont légèrement différents, avec des reliefs crâniens plus accusés, un front plus fuyant et une face plus haute. Les hommes de Cro-Magnon sont dolichocéphales, alors que les hommes du Mésolithique, qui leur succèdent il y a environ 10.000 ans, sont brachycéphales. Mais il existe aujourd’hui encore des populations dolichocéphales et ce caractère n’est en rien une preuve d’archaïsme.

L’homme d’il y a 100.000 ans n’est pas plus différent de nous que ne le sont entre eux les différents hommes actuels

Malgré sa variabilité, l’homme actuel apparaît comme une espèce étonnamment homogène pour l’espace qu’il couvre. Or, les variations entre les hommes actuels et l’homme qui commence à apparaître il y a 100.000 ans, quelque part en Afrique de l’Est ou au Proche-Orient, ne sont pas plus importantes que celle que l’on peut observer entre un Asiatique, un Africain et un Européen par exemple. On peut donc considérer ce premier homme moderne comme faisant partie de l’humanité actuelle.

La domestication du feu, effet d’une structuration mentale propre

p.53 :

(...) La domestication du feu, due à Homo erectus, est sans doute le premier acte à avoir résolument distingué l’homme des autres primates. L’Australopithèque avait à sa disposition tous les éléments nécessaires pour domestiquer le feu, mais sa structure mentale ne lui permettait pas de franchir ce pas. Par cet acte, l’homme commençait à se rendre maître de la nature et modifiait ses conditions de vie matérielle et culturelle.

p.244 :

(...) L’adolescent inhumé à Qafzeh il y a 92.000 ans : c’est la plus ancienne sépulture bien datée.

Quelques ordres d’idée sur l’effectif des êtres humains en Europe et en France au paléolithique supérieur

p.269 :

(...) Le nombre de sites connus permet de penser que la densité de population à l’Aurignacien pour toute l’Europe centrale et orientale était compris entre 0,1 et 0,2 habitants au kilomètre carré. (...) D’après des estimations anciennes, la population vivant sur le territoire français devait être de 50.000 personnes durant le Paléolithique supérieur et aurait atteint 200.000 à 300.000 à la fin des temps glaciaires, soit une densité de six individus au kilomètre carré. (...) On s’accorde aujourd’hui à penser que ces nombres sont beaucoup trop élevés. Se fondant essentiellement sur un décompte des sites connus, un auteur obtient pour le territoire français, 3.000 à 4.000 habitants au Moustérien ; 8.000 à 10.000 au Châtelperronien et à l’Aurignacien ; 9.00 au Périgordien supérieur et au Solutréen, se répartissant en 300 campements dont il établit la composition par comparaison avec des Eskimos ; 15.000 à 20.000 au Magdalénien. Un autre auteur estime que 14.000 à 16.000 personnes auraient peuplé l’Europe au Magdalénien supérieur dont 8.000 à 10.000 pour la France ; plus tard, le même auteur publie que la population de l’Europe comptait 24.000 personnes au Madgalénien supérieur, dont 14.000 pour le territoire français, ce qui souligne la relativité de ces estimations, dépendant pour une large part du nombre de sites considérés.

Remarque : la faible population au Magdalénien réduisait le partage du travail et donc la stratification sociale

La population couvrant le territoire français au Magdalénien équivalait à celle d’une bourgade d’aujourd’hui. Cette population n’était pas réunie « en bloc » comme dans une bourgade, mais était morcelée en tribus autonomes et indépendantes, comptant chacune peut-être une centaine d’individus. Quid alors de la « stratification sociale », des inégalités ? Celles-ci devaient exister, certes, mais de façon relativement sommaire par rapport aux nôtres ‑ où la division du travail concerne plusieurs dizaines de millions d’individus.

Quelques pistes bibliographiques :

SAHLINS M., 1972 (rééd. 1976), Âge de pierre, âge d’abondance. L’économie des sociétés primitives, Paris, Gallimard ;

COPPENS Y., 1983, Le singe, l’Afrique et l’homme, Paris, Fayard ;

COPPENS Y., 1988, Pré-ambules. Les premiers pas de l’homme, Paris, Odile Jacob ;

HUBLIN J.-J. & TILLIER A.-M. (dir), 1991, Aux origines d’Homo sapiens, Paris, Puf ;

PERLES C., 1977, Préhistoire du feu, Paris, Masson ;

PIGEOT N., 1987, Magdaléniens d’Etiolles. Économie du débitage et organisation sociale, Paris, éd. du CNRS ;

La découverte de l’humanoïde « Millenium Ancestor », âgé de 6 millions d’années

(in Sciences & Avenir n° 647, janvier 2001, pp.7-9, par Rachel Fléaux)

 

« Plus vieux que Lucy, mais aussi plus proche de l’espèce humaine, voici Millenium ancestor, âgé de 6 millions d’années, tout juste exhumé au Kenya. (...) Après la découverte le 13 octobre, par la Kenyane Evalyne Kiptalam, d’une première phalange, les trouvailles n’ont cessé de se succéder : deux fragments de mandibules, trois fémurs, un humérus, une poignée de dents isolées ont ainsi été mus au jour sur trois sites différents par une équipe de chercheurs du Collège de France et du Community Museum du Kenya. Les ravins du district de Baringo, à 250 kilomètres au nord-ouest de Nairobi ont ainsi livré les restes d’au moins cinq individus, mâles et femelles. Le tout, sur des gisements clairement datés de six millions d’années par deux équipes différentes. (...) Ses fémurs sont au moins un tiers plus longs que ceux de Lucy, l’Australopithecus afarensis, et suggèrent qu’il s’était déjà familiarisé avec la marche.

Des dents très humaines

p.8

(...) Mais c’est encore la mâchoire de Millenium ancestor qui est la plus parlante : ses dents le rattachent clairement à la lignée humaine. Leur émail épais laisse à penser que ce primate était déjà un omnivore, probablement friand de fruits à écorce dure, qui pouvait ajouter occasionnellement un peu de viande à son menu. (...) [Martin Pickford :] « Sa troisième molaire supérieure est également très raccourcie, ce qui suggère que sa face était déjà aplatie et qu’il n’était pas pourvu d’un museau allongé comme les singes ».

Le débat promis sur la place de Millenium ancestor dans la lignée humaine

p.9

(...) Quelle place Millenium ancestor occupe-t-il dans notre arbre généalogique ? Brigitte Senut et Martin Pickford, qui préparent une première publication à l’Académie des sciences (Paris) pour Noël, s’attendent à ce que « le statut de Millenium ancestor donne lieu à de vifs débats ».

La thèse coppensienne de « l’East side story » revigorée, après les doutes occasionnés par « Abel »

La découverte, dans la vallée du Rift, du plus vieux primate jamais exhumé apporte enfin, selon Brigitte Senut, un soutien bienvenu à la thèse de l’East side story, très décriée ces derniers temps. Selon cette hypothèse, la crise tectonique qui a déchiré l’Afrique il y a huit millions d’années a joué un rôle prépondérant dans l’émergence des premiers hominidés : en favorisant l’assèchement progressif des forêts, faisant place à la savane, elle aurait libéré un territoire idéal pour qui voulait s’essayer à la bipédie.

En 1995, toutefois, de nouveaux ossements venaient faire trébucher ce beau scénario : Abel, âgé de 3 à 3,5 millions d’années est exhumé au Tchad... à 2500 kilomètres à l’ouest de cette Rift Valley dont le paléontologue Yves Coppens fait le lieu originel de la lignée humaine. Du même coup, ses détracteurs enterrent allègrement l’East side story... Un peu trop vite. Car si des préhumains, tel Millenium, cavalaient, dès -6 millions d’années, dans l’est de l’Afrique... rien n’empêche qu’un petit nombre d’entre eux se soit déployé, trois millions d’années plus tard, à la conquête de l’ouest. (...) Yves Coppens, du Collège de France, est persuadé que les gisements très prometteurs des collines Tugen n’ont pas fini de livrer des fossiles. Et peut-être même des hommes plus anciens encore. »

Paléoanthropologie/L’homme serait sorti d’Afrique il y a 52.000 ans

(in Sciences & Avenir n° 647, janvier 2001, p.25)

« L’ADN mitochondrial a parlé : l’homme moderne est bien sorti d’Afrique. Ulf Gyllensten, de l’université d’Uppsala, en Suède, et ses collègues ont analysé le génome mitochondrial de 53 personnes d’origines géographique et ethnique variées. Toutes possèdent une origine commune africain qui remonterait à il y a 52.000 ans, date à laquelle se serait produit la fameuse sortie d’Afrique. Cette date s’oppose à celle, plus couramment admise jusqu’à présent, de 100.000 ans. »

Remarque : quid de « l’homme de Qafzeh » ?

La question qui se pose est alors la suivante : quid de « l’homme de Qafzeh », trouvé en Israël et dont la sépulture est datée de 92.000 ans ? S’agit-il d’un homo sapiens sapiens ?


II. L’évolutionnisme, Darwin

Histoire de la biologie et des biologistes

BUICAN Denis, 1994, Histoire de la biologie, Hérédité-Evolution, Nathan université.

"Le hasard fut postulé par certaines assertions d'Empédocle d'Agrigente (483-423). Selon ce philosophe, à la fois médecin pratiquant des dissections et thaumaturge, la vie trouverait son origine dans le limon, chauffé par un feu intérieur, qui donnerait naissance à des segments d'être vivants et des organes épars comme, par exemple, des membres isolés, des yeux sans tête, des têtes de boeuf sans cornes, etc. Ces fragments de corps pourraient former ‑ par associations fortuites ‑ des agrégats hétéroclites allant jusqu'à des monstres étranges comme, par exemple, des hommes à tête de boeuf et des boeufs au visage humain... Les êtres viables sont obtenus par l'association accidentellement favorable des fragments initiaux."

"Empédocle attribue au hasard la formation de combinaisons plus ou moins monstrueuses, d'entre lesquelles persistèrent et se propagèrent seules les viables. Cette idée que le hasard fut le grand ouvrier du monde vivant, et que l'harmonie organique résulte simplement d'un choix opéré par la mort entre des combinaisons fortuites, est appelée à jouer un rôle primordial dans l'histoire des doctrines transformistes." (Jean Rostand)

"Anaxagore de Clazomènes (500-428), postulant que le monde est régi par un esprit sui generis qu'il appelle "Noûs", fut accusé ‑ avant Socrate ‑ d'impiété envers les dieux d'Athènes et banni de cette cité d'adoption pourtant dédiée à la déesse de la sagesse, malgré l'amitié d'un Périclès, alors en déclin."

"Il semble être un adepte du préformisme quand il suppose que les semis de plantes et les oeufs d'animaux contiennent, en petit, toutes les parties de l'être futur."

"Ce philosophe grec est un précurseur de certaines hypothèses actuelles quand il soutient que la vie sur la terre est apparue grâce aux germes que la pluie peut apporter du ciel."

"L'atomisme de Leucippe et de son élève Démocrite d'Abdère (460-360) devait poser des germes fertiles pour plus tard ; Démocrite se penche vers les sciences naturelles quand il écrit des essais comme : Sur la Nature ou Sur le nature de l'homme et Causes concernant les semences, plante et fruits... Il semble reconnaître comme seule réalité le vide et les atomes dont les combinaisons aboutissent à la variété des objets et des être vivants."

"Il semblerait que pour Démocrite, "le hasard n'est que la forme complexe des lois de la nature que nous ignorons.""

"Tout comme Empédocle, il affirme que les animaux ayant la meilleure constitution, plus aptes à vivre dans certaines circonstances du milieu, ont la plus grande chance de survivre."

"La plus importante oeuvre de naturaliste de l'Antiquité romaine reste celle d'un poète, Lucrèce (98-55), qui partage avec le philosophe grec Epicure (341-270) l'idée de hasard comme base de l'édifice de la vie."

""Aussi, encore une fois, ce nom de mère que la terre a reçu, elle le garde à juste titre puisque d'elle-même elle a créé le genre humain et produit pour ainsi dire à la date fixée toutes les espèces animales qui errent et s'ébattent sur les hautes montagnes, en même temps que les oiseaux de l'air aux aspects différents. Mais, comme sa fécondité doit avoir un terme, la terre cessa d'enfanter, telle une femme épuisée par la longueur d'âge." (Lucrèce)."

"Lucrèce fit également figure de précurseur dans le domaine de l'hérédité corpusculaire : "Parfois aussi il peut se faire que les enfants ressemblent à un aïeul, parfois même ils reproduisent les traits d'un bisaïeul, car le corps des parents renferme une quantité d'éléments divers provenant de la souche primitive, et transmis de père en fils." Avec de telles paroles, le poète-naturaliste se révèle plus proche de la science actuelle que beaucoup de biologistes, il n'y a encore pas si longtemps."

"Dès 1211, le concile de Paris défend d'enseigner la physique d'Aristote ; le légat du pape, Robert de Courçon, en donnant, en 1215, ses statuts à l'université de Paris, tout en permettant les livres logiques et éthiques d'Aristote, défend de lire la Métaphysique et la Philosophie naturelle." (BREHIER Emile, Histoire de la philosophie, I. Antiquité et Moyen Age, PUF, 1981, Quadrige.)"

"Albert le Grand (1193-1280), docteur universel."

"Léonard de Vinci (1452-1519), suprême fleuron de la Renaissance, ouvre des voies nouvelles non seulement en peinture, mais aussi en sciences, devenant l'initiateur de la paléontologie et de l'anatomie comparée."

"Linné met l'homme dans le groupe des primates, avec les anthropoïdes, les singes inférieurs, les lémuriens et les chauves-souris... Ainsi, le célèbre fixiste n'isole guère notre espèce, en la laissant à sa place parmi les autres animaux."

"Buffon, dans les trois premiers volumes de l'Histoire Naturelle parus en 1749, discutait de la formation de la terre et des planètes et de l'origine de la vie...

Ce fut trop sans doute pour le dogmatisme ecclésiastique ; la Faculté de théologie de la Sorbonne censura, par une adresse du 15 janvier 1751, pas moins de quatorze propositions jugées contraires à la religion."

ROSTAND Jean, Esquisse d'une histoire de la biologie, Gallimard, 1945.

"Selon Diderot, les organismes naissent spontanément, même les quadrupèdes, par des combinaisons fortuites de molécules. Cependant, ces être vivants supérieurs, comme l'homme d'ailleurs, sont sortis de la matière, tels quels, sans qu'il y ait une évolution à partir de l'inférieur vers le supérieur."

"Diderot conçoit l'idée d'une dynamique évolutive des grands règnes de la nature : "Le règne végétal pourrait bien être et avoir été le source première du règne animal, et avoir pris la sienne dans le règne minéral, et celui-ci émane de la matière universelle hétérogène."

""La nature extermine l'individu en moins de cent ans. Pourquoi les espèces animales ne seraient-elle pas, elles aussi, exterminées par les nature dans une plus longue succession de temps ?" (Diderot)."

"Tout comme Bacon, le philosophe des Lumières considère que la cause finale n'est qu'une vierge stérile et que la véritable science n'est pas compatible avec la recherche de la finalité."

"Diderot ne peut pas comprendre comment on peut nier les différences de nature, innées, que les hommes ont en commun avec les autres êtres vivants, par exemple les chiens : "On ne donne pas du nez à un lévrier, on ne donne pas la vitesse du lévrier à un chien couchant ; vous aurez beau faire, celui-ci gardera son nez, et celui-là gardera ses jambes." Or, "l'homme est aussi une espèce animale [...], et dans la carrière des sciences et des arts il y a autant d'instincts divers que de chiens dans un équipage de chasse."

"Diderot remarque également que la différence entre l'homme et les autres animaux est due à leur organisation différente. Si l'on reconnaît de surcroît que chaque race de chiens est diversement apte au dressage et à l'apprentissage de certaines tâches, Diderot ne comprend guère pourquoi l'on admet les différences d'organisation pour expliquer les différences de l'homme au chien ou d'un chien à l'autre, et non "lorsqu'il s'agit des variétés d'intelligence, de sagacité d'esprit d'un homme à un autre homme". Notre philosophe-naturaliste considère que l'enfant manifeste des penchants naturels, précoces, irrésistibles, des aptitudes et des inaptitudes contre lesquelles l'éducation peut rester impuissante : en effet, la "nature" résiste à la "leçon". Ainsi, montre Diderot, nolens volens, les machines humaines sont différentes : "Si différentes que, si chaque individu pouvait se créer une langue analogue à ce qu'il est, il y aurait autant de langues que d'individus ; un homme ne dirait ni bonjour ni adieu comme un autre." Car "tous les hommes sont des "originaux".""

"Pour l'époque où elle fut émise, l'idée de Diderot (...) contribua (...) à ranger le phénomène, encore mystérieux, de l'apparition de la vie dans le domaine des causes naturelles."

"L'hypothèse du transformisme généralisé, formulée par Maupertuis, est sans doute redevable à l'existence naturelle de certaines mutations, voire de certaines monstruosités accidentelles : "Ne pourrait-on pas expliquer par là comment de deux seuls individus la multiplication des espèces les plus dissemblables aurait pu s'ensuivre ? Elles n'auraient dû leur première origine qu'à quelques productions fortuites, dans lesquelles les parties élémentaires n'auraient pas retenu l'ordre qu'elles tenaient dans les animaux pères et mères ; chaque degré d'erreur aurait fait une nouvelle espèce ; et à force d'écarts répétés serait venue la diversité infinie des animaux que nous voyons aujourd'hui, qui s'accroîtra peut-être encore avec le temps, mais à laquelle peut-être la suite des siècles n'apporte que des accroissements imperceptibles.""

"Il n'est pas dépourvu d'intérêt de noter que la première édition du Système de la nature fut publiée en 1751 à Erlangen, sous le pseudonyme de M. Baumann, comme étant une thèse de doctorat présentée en latin ; une seconde édition non datée donne une version française, et une troisième ‑ seulement dans la variante française ‑ paraît en 1754 et a pour titre Essai sur la formation des corps organisés. (...) Le souci de la tranquillité l'a empêché de signer (...) de son propre nom (...) ce livre révolutionnaire pour l'époque."

"Lamarck, déjà botaniste chevronné, devait faire ‑ pour occuper une chaire au Muséum d'Histoire Naturelle ‑ une conversion tardive à la zoologie qui lui permit d'étudier les fossiles, témoins irréfutables des changements des espèces pendant les périodes anciennes."

"Réputé ‑ à tort ou à raison ‑ athée, Lamarck, malgré les références de circonstance à un Dieu créateur présentes dans son oeuvre, ne devait sans doute pas être en odeur de sainteté pour un Empereur qui aurait ordonné aux savants : "Ne touchez pas à ma Bible !"..."

"Si le transformisme de Lamarck paraît dater aujourd'hui, c'est à cause de sa conception des facteurs de l'évolution ou, pour être plus précis, des mécanismes de l'évolution, qui reposent intégralement, selon lui, sur l'hérédité de l'acquis."

"Les exemples cités par Lamarck en faveur de ses "lois" pourraient, même aujourd'hui, emporter la conviction du profane non averti dans le sens de l'hérédité de l'acquis."

"(Darwin ): "Si tous les êtres étaient coulés dans le même moule, la beauté n'existerait plus. Si toutes nos femmes devenaient aussi belles que la Vénus de Médicis, nous serions pendant quelque temps sous le charme, mais nous désirerions bientôt de la variété et, dès qu'elle serait réalisée, nous voudrions voir certains caractères s'exagérer un peu au-delà du type commun."

"On peut parfois rencontrer un néo-lamarckisme social qui, à partir de l'influence du milieu sur l'hérédité, veut améliorer l'espèce et la société humaine. Un tel néo-lamarckisme, exacerbé et soutenu par de graves truquages expérimentaux, devait mener aux aberrations du "darwinisme créateur soviétique". Si le darwinisme social partait de la sélection pour améliorer l'hérédité humaine et, par voie de conséquence, la société, le néo-lamarckisme comme le lyssenkisme considéraient que le milieu pouvait modifier l'hérédité et ainsi, donc, la société humaine."

"Charles Richet, ancien Prix Nobel de biologie, se montre un sélectionniste mécontent du système social actuel qui assure en faveur des héritiers une inégalité de chances que la plupart ne méritent pas : "Il y a surtout un élément qui pervertit tout : l'inégalité des conditions à la naissance. Les enfants d'un millionnaire, quelque faible que soit leur intelligence, quelque imparfaite que soit leur constitution physique, quelque désagréable que soit leur aspect extérieur, sont mieux lotis, somme toute, que les enfants d'un rustre, de sorte que dans la bataille qui s'engage, ils seront les vainqueurs, alors que, livrés à leurs propres forces, ils eussent été des vaincus." (RICHET Charles, La Sélection humaine, Librairie Félix Alcan, 1919).

"En plaidant pour l'égalité des chances ‑ seule compatible avec une sélection sociale équitable ‑, Jean Rostand devait également écrire : "Est-il besoin de dire que l'inégalité intellectuelle native des humains ne correspond pas à l'inégalité de leurs apparences, encore moins à la hiérarchie sociale. Dans une société comme la nôtre, où règne une si flagrante disparité de moyens d'éducation et de genres de vie, il est impossible de comparer équitablement les individus. L'Homme naît différent de l'Homme, c'est vrai, mais tant que l'Homme ne sera toujours pas traité comme l'Homme, tant que la concurrence des gènes ne s'exercera pas dans des conditions relativement loyales, nous serons mal venus à attribuer les différences manifestes à des différences originelles." (ROSTAND Jean, L'Homme, Gallimard, Idées, 1970.)

"Le dogme de l'hérédité de l'acquis fut en France ‑ après la redécouverte de la génétique en 1900 et jusqu'à sa consolidation en 1945 par la création de la chaire qui lui fut consacrée à la Sorbonne ‑ le principal obstacle au développement normal de la science de l'hérédité."

"La biologie eut même le triste privilège de connaître en France ‑ bien avant l'affaire Lyssenko et le suicide de l'Autrichien Kammerer, accusé de truquages expérimentaux destinés à prouver l'hérédité de l'acquis ‑ un néo-lamarckisme expérimental [Lucien Daniel & Louis Blaringhem]."

"En s'opposant au néo-darwinisme et à la génétique classique, ce lamarckisme tardif et hyper-tardif, inexistant en d'autres pays de développement intellectuel comparable, prépara, avec le dogme persistant de l'hérédité de l'acquis, la voie à cette fausse science que Lyssenko devait appeler, non sans emphase sectaire, le darwinisme créateur soviétique."

"Le zoologiste Flemming (...) appelle "chromatine" les bâtonnets colorables du noyau que Waldeyer (1888) devait baptiser "chromosome".

"D'origine assez humble, Claude Bernard put ‑ grâce à ses seuls mérites ‑ monter fort haut dans l'échelle des découvertes scientifiques exceptionnelles. Au commencement de sa carrière, il gagne sa vie comme pharmacien, mais rêve d'art dramatique et compose même une pièce de théâtre. Pour la faire connaître, il se rend à Paris où un critique avisé lui donne un bon conseil : "Apprenez la médecine, vous écrirez à vos heures..." Ainsi, en 1834, à vingt et un an, Claude Bernard entre à l'Ecole de médecine et rencontre au Collège de France un professeur (...) qui s'intéresse aux phénomènes physiques de la vie. Se découvrant ainsi une vocation, il suscite l'envie de son protecteur qui le bannit alors du Collège de France, où il devait revenir ensuite pour lui apporter la gloire."

"De surcroît, le savant [Cl. Bernard] est un philosophe de sa propre science, un épistémologue qui, à la différence de tant d'autres ‑ d'hier et, surtout, d'aujourd'hui ‑, sait de quoi il parle... Et qui ‑ chose encore plus rare ‑ sait se détacher de la gangue de toute théorie, y compris la sienne : "Le grand principe expérimental est donc le doute, le doute philosophique qui laisse à l'esprit sa liberté et son initiative, et d'où dérivent les qualités les plus précieuses pour un investigateur en physiologie et en médecine."

"Il vaut mieux ne rien savoir que d'avoir dans l'esprit des idées fixes appuyées sur des théories dont on cherche toujours le confirmation en négligeant tout ce qui ne s'y rapporte pas."

""Pasteur se heurtera à l'ignorance la plus opiniâtre, celle des savants, à la mesquinerie dogmatique des officiels, à toute la malignité professionnelle et humaine ; il n'imposera ses idées qu'au prix des plus rudes combats, mais il aura enfin la fortune, si souvent refusée à l'initiateur, de voir sa Vérité devenir celle de tous ; et, avant de s'endormir pour jamais, il sentira monter vers lui, en récompense, le frémissement de la reconnaissance humaine." (ROSTAND Jean, Hommes de vérité, Stock, 1968.)"

"Les lois de Mendel peuvent rendre compte, il est vrai, de la répartition statistique des facteurs héréditaires à travers les hybridations et les générations successives, et non, bien entendu, du mécanisme de l'évolution. Toutefois, loin de s'opposer à la théorie de l'évolution, elles montrent la transmission des mutations héréditaires ‑ qui sont à la base du processus évolutif ‑ dans une population génétique."

"La mutation représente un phénomène réel et essentiel pour la génétique et l'évolution.

Le généticien américain Morgan, l'initiateur de la théorie chromosomique de l'hérédité, vérifia le phénomène de mutation en utilisant comme "cobaye" la drosophile, la mouche du vinaigre. Au commencement de notre siècle, il était un adversaire du mendélisme, dont les explications lui apparaissent comme une sorte de "jonglerie supérieure", mais ‑ épris de la vérité scientifique ‑ il sut s'incliner devant l'observation factuelle. Ainsi, en 1910, un de ses étudiants, Bridges, trouva dans une lignée de drosophiles un mutant à yeux blancs (les mouches du vinaigre ont d'habitude les yeux rouges). Morgan fit s'accoupler ce mâle mutant à yeux blancs avec une femelle normale à yeux rouges et constata que leurs descendants, en première génération avaient tous les yeux rouges. Cette uniformité des hybrides à la première génération était conforme aux lois de Mendel et montrait que le rouge était un facteur dominant. En deuxième génération hybride, on obtint, par des croisements réciproques des drosophiles uniformes de la première, pour une mouche à yeux blancs, trois à yeux rouges. Cette ségrégation des caractères suivait également la proportion statistique prescrite par le mendélisme. Tirant la conclusion qui s'imposait, Morgan devint un adepte des lois de Mendel, en montrant que la transmission d'une mutation les suit avec une régularité statistique."

"Avec la théorie de Morgan, la cytogénétique précisa que les gènes ‑ disposés dans les chromosomes comme les perles d'un collier ‑ représentaient les facteurs supposés des lois de Mendel.

"De surcroît, la génétique chromosomique explique certaines "aberrations" apparentes par rapport aux lois de Mendel. Ainsi, après l'uniformité phénotypique de la première génération hybride, quand le génotype contient la même proportion de facteurs paternels et maternels, a lieu, conformément aux lois de Mendel, la ségrégation à partir de la deuxième génération, lorsque les facteurs héréditaires se comportent comme des billes d'une coloration différente qui tombent, d'une manière aléatoire, sur la surface d'un jeu de hasard. Si ces facteurs héréditaires, c'est-à-dire les gènes contenus dans les chromosomes, ne se séparent et ne se recombinent pas toujours selon les lois de Mendel, il ne s'agit que de certaines exceptions qui ne font que confirmer la règle. Ainsi, l'école de Morgan montra que des cas de crossing-over (provoqués par des migrations de morceaux d'un chromosome à l'autre) ou de linkage (enchaînement de plusieurs gènes sur une partie de chromosome) peuvent expliquer certaines de ces dérogations par rapport aux lois de Mendel."

"Le phénomène de mutation dont fit état Hugo de Vries devient un fait expérimental. La production artificielle des mutations pas Muller (1927), obtenue en irradiant des drosophiles avec des rayons X, devait ouvrir un nouveau chapitre de la science de l'hérédité, celui de la radiogénétique."

"Les accidents positifs ‑ considérés sur de très longues périodes de temps ‑ peuvent, accumulés par la sélection naturelle, constituer une base indispensable à l'évolution des espèces."

"L'homme possède moins d'ADN dans le noyau cellulaire que les grenouilles, crapauds ou salamandres..."

"Les bases pyrimidiques ‑ cytosine (C) et thymine (T) ‑ et puriques ‑ adénine (A) et guanine (G) ‑, (...) quatre bases, appelées nucléotides."

"Du point de vue cybernétique, il s'agit de la traduction d'un texte écrit avec quatre lettres en un autre transcrit avec vingt lettres."

"Chaque acide aminé est engendré par une séquence de trois de ces bases qui forment un codon, ou triplet de nucléotides."

"Dans le génome humain, certains chercheurs estiment à plus de 80 % la quantité d'ADN non codant."

"Certains chercheurs attribuent (...) à des périodes géologiques exceptionnelles ‑ pendant lesquelles la radioactivité se trouvait à un degré fort élevé ‑ des mutations essentielles qui auraient déclenché le processus de l'évolution et, auparavant, l'apparition de la vie."

"La naissance de la radiogénétique peut être située en 1927, quand Muller, collaborateur de Morgan, obtient, en utilisant des rayons X, des mutations chez la mouche drosophile. Stadler confirme l'existence de ces mutations artificielles dans le règne végétal, chez le maïs. Depuis lors, de nombreuses mutations dues aux radiations peuvent être enregistrées."

"La théorie synthétique de l'évolution privilégie les micro-mutations comme matériel de base pour la sélection naturelle. Il est à noter qu'en disposant d'un énorme facteur temps, on peut finir par passer de mutations d'ordre génique à des changements chromosomiques. Il ne faut cependant pas négliger l'effet macroscopique remarquable des simples mutations géniques, donc des micro-mutations, qui ont abouti par exemple, à de nouvelles espèces de drosophile, pour ne pas parler d'autres êtres vivants."

"Certaines enzymes ‑ appelées "enzymes de restriction" ‑ peuvent être utilisées pour couper la molécule d'ADN en un point déterminé. Cette méthode permet d'ouvrir un chaînon d'ADN, d'enlever un morceau ‑ avec un ou plusieurs gènes ‑, de le remplacer par un autre et de recoller cette coupure avec un autre enzyme appelée ligase. Cette technique de plus en plus perfectionnée reste à la base de toute manipulation génétique."

"Actuellement, on peut obtenir par la transformation des plasmides une superbactérie capable de métaboliser les principaux hydrocarbures du pétrole. Sans doute une telle superbactérie pourrait-elle permettre dans l'avenir un combat efficace contre les marées noires."

"En regardant le comportement des poules devant l'abreuvoir ou devant une écuelle de maïs, on trouve que les oiseaux qui vivent dans le même groupe, et qui donc se connaissent, ont une certaine hiérarchie sociale. Cette hiérarchie est établie par des combats antérieurs et le vainqueur garde le "droit" de frapper d'un coup de bec l'individu vaincu, qui est ainsi éloigné de la source d'eau et de nutrition.

Ces combats de poules ne sont généralement pas sanglants et constituent une sorte de test de force qui fixe une hiérarchie, parfois pour de longues années. Cette hiérarchie est loin d'être linéaire, c'est-à-dire loin de permettre une classification de A à Z où une poule A serait "supérieure" à toutes les autres et où une poule Z serait "inférieure" au reste du groupe. En réalité, il arrive que la première ou celles qui se trouvent dans les premiers rangs soient devancées par l'une des dernières. Et souvent, on rencontre le cas où A est plus fort que B et C, mais est battu par D qui est pourtant en infériorité par rapport à B et C, etc."

"Ainsi, une vieille poule peut garder dans des conditions habituelles son "autorité" sur sa couvée, même lorsque celle-ci parvient à son tour à maturité. L'abondance de nutrition semble préserver le statu quo, tandis qu'une situation de pénurie alimentaire peut provoquer des troubles, les poules affamées ne se laissant pas éloigner avec la même facilité nutritive."

"Il est presque impossible qu'un coq, même plus faible, laisse un autre terminer tranquillement une copulation avec une poule sans qu'il se jette, pendant l'accomplissement de cet acte, contre son congénère pour empêcher la fécondation, même si le coq dérangé, s'il est plus fort, se met après à le pourchasser."

"Des observations faites sur un troupeau de cynocéphales tendent à prouver que si les mâles de haut rang copulent rarement, ils préfèrent pour cette activité reproductrice les jours fertiles du cycle des femelles. De cette manière, ces mâles "supérieurs" évitent de s'exposer trop souvent aux "crocs" des rivaux et d'autres inconvénients liés à l'accouplement. Les cynocéphales d'un rang moyen, en revanche, copulent souvent, mais avec des chances de reproduction beaucoup plus faibles."

"Si la différence génétique qui sépare l'homme du reste des espèces biologiques est essentielle, il ne faut pa considérer cette discontinuité héréditaire comme un gouffre au-dessus duquel on ne peut jeter aucun pont de communication ; les animaux, notamment les primates les plus proches de l'homme, peuvent offrir de remarquables points de vue sur l'espèce humaine."

"La théorie synthétique a emprunté au darwinisme classique son noyau stable ‑ la sélection naturelle ‑ en l'enrichissant des nouvelles données de la génétique ‑ qu'il s'agisse de la génétique chromosomique ou de celle des populations, de la biogéographie, de la paléontologie, et enfin de la systématique du règne animal et végétal, de l'écologie, de l'éthologie, etc."

"La théorie synthétique a suivi Darwin sur la voie d'une évolution due à une variabilité héréditaire à petit pas (...) par des micro-mutations passées au crible de la sélection naturelle des phénotypes."

"Un tel modèle d'explication peut apparaître aujourd'hui trop étroit pour rendre compte de toute la complexité du processus évolutif et, surtout, du passage d'un ordre ou d'une classe biologique à une autre : comme par exemple des reptiles aux oiseaux...

D'ailleurs, il n'est point étonnant que des difficultés d'explication surgissent du côté de la paléontologie... où l'on retrouve, dans le long passé de la biosphère, la macro, voire la méga-évolution. Car le darwinisme classique, comme la théorie synthétique, ne peuvent rendre compte ‑ dans des conditions scientifiques satisfaisantes ‑ que de la micro-évolution, c'est-à-dire de l'apparition de variétés et d'espèces voisines. Il s'agirait donc, plutôt, d'un transformisme limité et non de l'évolutionnisme général allant de l'apparition des premiers brins de vie sur la Terre ‑ probablement sous la forme d'ARN, des acides ribonucléiques ‑ jusqu'à l'homme."

"Les espèces biologiques ressuscitées en effigie par la paléontologie ne représentent pas, loin de là, la totalité des espèces qui ont vécu dans les biosphères passées, car beaucoup restent perdues, à jamais dans la poussière ou dans les cendres des éruptions volcaniques comme dans les eaux intra et intercontinentales... Le matériel paléontologique, qui sert de référence à Gould et aux autres chercheurs, est, forcément, incomplet."

Pistes bibliographiques

BUICAN Denis, Biognoséologie, Evolution et révolution de la connaissance, Kimé, 1993.

GROS F., Regards sur la biologie contemporaine, Folio Essais, Gallimard, 1993.

MAYR E., Populations, espèces et évolution, Hermann, 1974.

ROSTAND J., Science fausse et fausses sciences, Gallimard, 1958.

ROSTAND Jean, Hommes de vérité, Stock, 1968.

ROSTAND Jean, L'Homme, Gallimard, Idées, 1970.

WILSON E.O., La Sociobiologie, Ed. du Rocher, 1987.

CHRISTEN Y., Marx et Darwin, Albin Michel, 1981.

CHRISTEN Y., L'Homme bioculturel, Ed. du Rocher, 1986.

COCUDE M., L'Homme biologique, PUF, 1993.

MAYR, Histoire de la biologie, Fayard, 1989.

ROSTAND J., Esquisse d'une histoire de la biologie, Idées, Gallimard, 1968.

Les grands auteurs de l'histoire de la biologie

(à mettre en annexe dans une thèse, et de la même façon pour les termes biologiques, les schémas moléculaires et les théories sociologiques)

ANAXIMANDRE DE MILET (Anaximandros), philosophe et savant de l'école ionienne, Milet 610-546, De la Nature explique l'univers en faisant de la matière infinie et éternelle le principe de tous les éléments et de tous les êtres finis. Il y a un pressentiment de transformisme dans sa théorie de la genèse des êtres vivants.

HERACLITE D'EPHESE (Hêrakleitos), philosophe grec de l'école ionienne, Ephèse 576-480, philosophe de l'éternel devenir où les contraires s'opposent et s'unissent tour à tour et dont le principe premier est le feu.

ANAXAGORE DE CLAZOMENES (Anaxagoras), philosophe et savant grec de l'école ionienne, Clazomènes 500-428. Enseigna à Athènes auprès d'Archélaos, Périclès et peut-être Socrate. Exilé ensuite pour impiété. Biologiste. Aurait pratiqué des dissections. Matérialiste et mécaniste.

EMPEDOCLE (Empedoklês), philosophe grec, Agrigente 490-435, De la Nature de l'Univers, Purifications (400 vers), tentative de synthèse éclectique, théorie matérialiste des quatre éléments confondus dans l'unité du tout ; idée que tout être vivant, que l'homme, est composé d'éléments matériels.

LEUCIPPE (Leukippos), philosophe grec, 460-370, théorie atomiste selon laquelle l'Univers est composé d'atomes et de vide ; atomes en nombre infini, tous de même substance et homogènes, indestructibles et inaltérables.

DEMOCRITE D'ABDERE (Dêmokritos), philosophe grec atomiste, Abdère, Thrace, 460-370, précise et développe la théorie atomiste de Leucippe, première physique franchement matérialiste qui exclut l'intervention des dieux dans son explication de l'univers. Elle affirme que les qualités sensibles (couleur, odeur, etc.) sont purement subjectives et que les vrais principes des choses sont le vide et les atomes, particules insécables, éternelles dont les propriétés sont la grandeur, la forme et le mouvement. Cette physique s'accompagne chez Démocrite d'une morale qui prescrit à l'homme la modération dans ses désirs.

ARISTOTE DE STAGYRE (Aristotelês), philosophe grec, Stagire, Macédoine, 384-322). Condamné pour impiété par l'Aéropage. D'une intelligence encyclopédique, Aristote voit dans la philosophie la totalité ordonnée du savoir humain. Théoricien du syllogisme, analyste des différentes parties et formes de discours et, à ce titre, père de la logique. Naturaliste : la "Physique" est l'étude des êtres naturels dans leur devenir. Physique, Du ciel, De la génération et de la corruption, Histoire des animaux, Les Parties des animaux, De la génération des animaux, De l'âme. Observations et expériences sur les animaux. Description des habitudes. Ebauche d'une classification. Pour rendre compte de leur structure et de leur fonctionnement, il fut amené à distinguer, en tout être, une "matière" (être en puissance) et une "forme" (Entéléchie, être en acte), qui, contrairement à l'Idée platonicienne, est un principe immanent d'organisation de la matière. La conception aristotélicienne de la Nature est finaliste : chaque être est organisé et tend vers sa perfection (forme) ; et il y a un ordre hiérarchique des espèces animales jusqu'à l'homme, être doué de raison. Egalement des études sur la création et les genres littéraires.

LUCRECE (Titus Lucretius Carus), poète latin, Rome 98-55, de natura rerum (De la nature). Se propose d'éliminer la crainte des dieux, poison mortel pour l'esprit humain, en fournissant de l'univers physique une explication matérialiste : les objets et les êtres vivants sont constitués par la combinaison d'atomes de matière qui s'assemblent en vertu d'une déviation fortuite (le clinamen), et d'amener ainsi l'âme à acquérir la paix qui réside dans l'ataraxie (délivrance des troubles passionnels). Réalisme de l'imagination et enthousiasme persuasif.

MARIOTTE, abbé Edme, physicien français, Dijon 1620-1684. Dans son essai De la végétation des plantes (1679), convaincu de la nature physique de la vie, il exposa les premiers éléments d'une théorie atomiste de la génération et du développement.

LINNE Carl von, naturaliste suédois, 1707-1778, formula une classification des espèces en botanique, puis en zoologie, adoptant une nomenclature binaire (chaque être vivant étant caractérisé par son genre et son espèce). Bien que fixiste, il fut amené à nuancer légèrement ses positions. Systema Naturae, Fundamenta botanica et Genera plantarum.

BUFFON, Georges Louis Leclerc, Comte de, naturaliste et écrivain français, Montbard 1707-1788, Histoire naturelle, Epoques de la nature. Critiqua le caractère selon lui trop systématique de la classification des espèces de Linné. Croyant en la génération spontanée, il expliqua la genèse des espèces (38 types originels) à partir de "molécules organiques". Semble avoir admis un transformisme limité, en particulier sous l'influence du milieu, de la nourriture et de la domestication.

MAUPERTUIS Pierre Louis Moreau de, mathématicien, savant et essayiste français, Saint-Malo 1698-1759, introduisit le newtonianisme en France en 1730. Dans le domaine de la biologie, où il reprit la thèse atomiste de Mariotte, il exprima un transformisme intégral (Essai sur la formation des corps organisés) et pressentit la "mutation" des biologistes modernes. Il élabora la notion d'hérédité particulaire (particules séminales).

DIDEROT Denis, écrivain et philosophe français, Langres 1713-1784, matérialiste athée dans Lettre sur les aveugles à l'usage de ceux qui voient (1749), oeuvre qui entraîna son emprisonnement à Vincennes pour quelques mois. S'intéressant aux sciences expérimentales (De l'interprétation de la nature, 1753), Diderot s'oppose au matérialisme mécaniste (Réfutation de l'homme d'Helvétius). Persuadé que l'homme éprouve du bonheur à être bon, que bonheur et vertu sont liés, il prône une morale sociale où le bonheur individuel et le bien général coïncident.

DARWIN Erasmus, médecin et poète anglais, grand-père de Charles Darwin, 1731-1802. Sa Zoonomia ou Lois de la vie organique (1794-1801) en fait un précurseur du transformisme. Ouvrage critiqué par Brown.

LAMARCK Jean-Baptiste de Monet, chevalier de, naturaliste français, Bazentin, Picardie 1744-1829. Recherches sur l'organisation des espèces (1802), Philosophie zoologique (1809). Elabora la "première théorie positive de l'évolution des êtres vivants". A partir des infusoires, êtres vivants primitifs, apparus, selon lui, par des "générations directes et spontanées", se sont formés progressivement des organismes de plus en plus complexes. Les deux causes principales de ces transformations sont une tendance spontanée de la matière vivante vers le perfectionnement et d'autre part l'influence des circonstances extérieures. L'adaptation au milieu, au mode de vie, entraîne une modification des besoins, créant chez l'animal de nouvelles habitudes qui à leur tour engendrent des transformations dans l'organisme (l'usage ou le défaut d'exercice d'un organe entraînant son développement ou, au contraire, son atrophie). Lamarck soutient l'hérédité des caractères acquis, bien que celui-ci n'ait pu être prouvée. La théorie de Lamarck, combattue par Cuvier, influença fortement Darwin.

CUVIER Georges, baron, zoologiste et paléontologiste français, Montbéliard 1769-1832. Ses nombreuses observations sur les groupes d'animaux les plus divers l'amenèrent à formuler les principes anatomiques fondamentaux de la subordination des organes (toute modification dans une partie de l'organisme se répercute dans les autres) et de la corrélation des formes. A partir de ces principes, il tenta d'établir une classification zoologique (vertébrés, articulés, mollusques et radiés) et put reconstituer les vertébrés fossiles, prouvant l'existence d'espèces disparues et fondant la paléontologie. Ses travaux servirent de base aux théories transformistes, bien que lui-même ait été partisan de la théorie de la préformation et du fixisme et qu'il ait combattu les idées de Lamarck et de Geoffroy Saint-Hilaire. Cuvier est à l'origine de la biologie moderne, structurale et fonctionnaliste. Leçons d'anatomie comparée (1800-1805), Recherches sur les ossements fossiles (1812-1813), Le Règne animal distribué selon son organisation (1816-1817), Histoire naturelle des poissons (1828).

GEOFFROY SAINT HILAIRE Etienne, naturaliste français, Etampes 1772-1844, montra le rôle de l'embryogénie pour comprendre l'organisation de l'être vivant. Amené par ses recherches à soutenir contre Cuvier la théorie de l'épigenèse et le transformisme, affirmant que les modifications des espèces sont dues à l'influence directe du milieu. Philosophie anatomique (1818-1822), Principes de philosophie zoologique (1830).

MALTHUS Thomas Robert, économiste anglais, 1766-1834. Sa doctrine (malthusianisme) est fondée sur l'idée que la population croît plus vite (progression géométrique) que les subsistances (progression arithmétique), provoquant ainsi un déséquilibre qui conduit l'humanité vers la famine. Pour ramener l'équilibre, il distingue des moyens destructifs (le déséquilibre finissant par entraîner épidémies, guerres, etc.) et préventifs (restriction volontaire de la natalité). Ses idées influencèrent la formation du concept de sélection naturelle chez C. Darwin.

DARWIN Charles, naturaliste anglais, 1809-1882, De l'origine des espèces au moyen de la sélection naturelle (1859), De la variation des animaux et des plantes domestiques (1868), De la descendance de l'homme (1871), Effets de la fécondation directe et de la fécondation croisée dans le règne végétal (1876). Géologue, biologiste, psychologue, Darwin fut surtout un des principaux théoriciens du transformisme. Ayant constaté la variabilité des espèces, il l'explique par l'action directe ou indirecte du milieu, l'usage ou le défaut d'exercice des organes (idées déjà exprimées par Lamarck qui exerça sur Darwin une grande influence) et par l'action des petites variations brusques et spontanées sur lesquelles joue le mécanisme de la sélection naturelle. Cette idée lui fut suggérée par la pratique de la sélection artificielle et surtout par la théorie de Malthus. Il définit la sélection naturelle comme "la persistance du plus apte à la conservation des différences et variations individuelles favorables et à l'élimination des variations nuisibles". Ainsi, dans la "lutte pour la vie", la sélection naturelle, par la mort différenciatrice, maintient l'équilibre entre l'espèce et son milieu. La théorie de Darwin (darwinisme) eut l'appui de nombreux savants (T.H. Huxley), mais fut longtemps violemment combattue dans tous les milieux conservateurs et religieux, indépendamment de tout motif scientifique.

POUCHET Archimède, biologiste français, 1800-1872. Théoricien de la génération spontanée, qu'il pensait avoir prouvée expérimentalement.

PASTEUR Louis, chimiste et biologiste français, Dole 1822-1895. Ses études sur les fermentations lui permirent de découvrir les micro-organismes qui les provoquent, de critiquer, après des expériences minutieuses, la théorie de la génération spontanée (alors défendue par Pouchet).

MENDEL Jan Rehor, dit Gregori, botaniste et homme religieux morave, 1822-1884. Fondateur de la génétique, il hybrida méthodiquement des lignées pures (homozygotes) de variétés du pois. Il constata, comme Naudin, l'uniformité de la première génération d'hybrides, semblables à celui des parents qui porte le caractère dominant (loi de dominance) et le polymorphisme de la suivante, dont les individus se répartissent statistiquement en homozygotes dominants (25 %) et récessifs (25 %) et hétérozygotes dominants (50 %). Enfin, il établit que les différents couples de caractères (allélomorphes) se transmettent indépendamment les uns des autres. D'abord méconnues, les lois de l'hybridation (ou lois de Mendel) furent vérifiées simultanément par H. de Vriès, Correns et E. Tschermak.

DE VRIES Hugo, botaniste hollandais, 1848-1935. A la suite de nombreuses observations méthodiques sur une plante de la famille des Onagrariés (Oenothéra Lamarckiana), il découvrit l'existence de variations brusques, discontinues et héréditaires, qu'il nomma mutations. Il en conclut que celles-ci sont le moteur essentiel dans l'évolution (mutationnisme). Si les études génétiques confirmèrent l'existence de mutations et en précisèrent le mécanisme, leur valeur pour l'évolution a été discutée. Théorie de la mutation (1900-1903), Espèces et Variétés, leur naissance par mutation (1908). Il vérifia les lois de l'hérédité de Mendel.

MITCHOURINE Ivan Vladimirovitch, agronome russe, 1855-1935. Auteur des premières expériences de sélection artificielle en Russie, il affirma que l'influence du milieu est capable de modifier les caractères héréditaires des hybrides. Ses idées furent développées par Lyssenko.

MORGAN Thomas Hunt, biologiste américain, 1866-1945. Avec ses élèves, C.B. Bridges, A.H. Sturtevant et H.J. Muller, il fit faire des progrès considérables à la génétique. Utilisant comme matériel d'expérience la mouche du vinaigre (drosophila melanogaster), ils décelèrent en quelques années et sur des centaines de milliers de mouches quatre cent mutations. En les combinant méthodiquement deux à deux, ils montrèrent qu'elles se répartissent en quatre groupes se transmettant solidairement et correspondant à des gènes situés sur le même chromosome. Ils purent ainsi établir la carte de répartition des gènes sur les chromosomes. La Génétique de la drosophile (1925), La Théorie des gènes (1926), Embryologie et Génétique (1933). Prix Nobel de médecine en 1933.

BRIDGES Calvin Blackmann, généticien américain, 1889-1938. Contribua à l'étude de la localisation des gènes sur les chromosomes et de la détermination chromosomique des sexes.

MULLER Hermann Joseph, biologiste américain, 1890-1967, a étudié les phénomènes de "linkage" (groupes de liaison de chromosomes) et de "crossing-over" (entrecroisement des chromosomes), les gènes létaux, la fréquence des mutations. Prix Nobel de médecine en 1946.

LYSSENKO Trofime Denisovitch, botaniste et généticien soviétique, 1898-1976. Par ses travaux sur la vernalisation du blé, il s'opposa à la théorie du gène, support invariant de l'hérédité et affirma, après I.V. Mitchourine, l'influence du milieu et l'hérédité des caractères acquis comme facteurs de l'évolution des espèces. Il fut comblé d'honneurs en U.R.S.S. Puis ses théories, vivement critiquées, furent abandonnées.

L’oeuvre et la critique de Charles Darwin

« Darwin » : dossier du Magazine Littéraire n°374, mars 99

pp 17‑71

Biographie et oeuvre de Darwin

(pp.24-28)

(par Daniel Becquemont, professeur à l’université de Lille III ; 1991, Darwin, darwinisme, évolutionnisme, Kimé)

« Charles Darwin naquit à Shrewsburry le 12 février 1809. (...) Darwin sentit l’insuffisance de la théorie de la création, et envisagea l’idée d’une évolution des espèces. Son père Robert lui conseillait de passer ses doutes sous silence, car à cette époque les thèses évolutionnistes de Lamarck et d’autres étaient fort impopulaires : mises en cause d’un point de vue scientifique, elles étaient suspectessur le plan social, où toute idée de relativiser la stabilité des espèces, par analogie, pouvait être considérée comme une atteinte à un ordre social dicté par la nature. Elles étaient, enfin, hostiles à la religion, non pas tellement parce qu’elles contredisaient la lettre de la Bible, mais parce qu’elles tentaient d’expliquer la « production » d’espèces par des lois naturelles, alors que la « Création » d’espèces, dans la vision religieuse traditionnelle, n’appartenait qu’à Dieu.

(...) Ses premiers carnets de notes commencés dès 1837 aboutirent très vite à un court résumé d’une vingtaine de pages écrit en 1842 [il a 33 ans], puis à un essai de deux cents pages en 1844 [il a 35 ans], que Darwin ne destinait pas à la publication. Pendant vingt ans, il accumula des données et remodela se théorie. En 1856 [à 47 ans], il commença à rédiger un traité sur le sujet, qui ne fut jamais achevé.

(...) Darwin se hâta de rédiger ce qu’il considérait comme un résumé de son traité, lequel parut en 1859 sous le nom de L’Origine des espèces. Dans cet ouvrage, Darwin commençait par mettre l’accent sur les différences individuelles entre membres d’une même espèce : aucun n’était semblable à un autre ; ces différences étaient évidentes chez les espèces domestiques, mais existaient également à l’état de nature.

(...) Transposant les lois de Malthus en les appliquant à l’ensemble de la nature, Darwin supposait que, en période de compétition intense, une « lutte pour la vie » favoriserait la survie des êtres présentant les variations les plus infimes en les adaptant mieux à leurs conditions de vie. Ces variations seraient transmises à la descendance et, en s’accumulant graduellement au cours de très longues périodes de temps, mèneraient à la formation de nouvelles espèces. Si l’on ajoutait que les espèces tendaient à diverger pour « occuper un grand nombre de places dans l’économie de la nature », alors leur transformation ne connaîtrait plus de limites. Ce processus, Darwin l’appela, par analogie avec la sélection artificielle pratiquée par les éleveurs, sélection naturelle.

L’évolution des espèces était ainsi le fruit de petites variations individuelles, fortuites, héréditaires. Dans l’équilibre provisoire constitué par la lutte pour la vie (lutte entre individus d’une même espèce, entre espèces, entre les espèces et leur milieu), la plus petite variation favorable dans des circonstances données pouvait se propager par sélection naturelle. Les êtres vivants, issus d’un petit nombre de formes initiales, avaient divergé en plusieurs lignées, dont certaines s’étaient éteintes, remplacées par d’autres plus aptes, grâce à une accumulation de variations favorables, à occuper une place dans l’économie de la nature.

(...) L’opposition que suscita la parution de son ouvrage est bien connue. L’hostilité ne provenait pas seulement des milieux religieux ‑ un certain courant fondamentaliste le récuse encore de nos jours ‑, mais de nombreux savants et intellectuels hostiles par principe à l’idée d’une explication de l’origine des espèces par des lois naturelles.

(...) L’ouvrage [L’Origine des espèces] fut contamment remanié pour parer aux objections avancées, de sorte que les deux tiers des phrases du texte original furent remaniées entre les première et la sixième édition.

(...) Il exprima ses propres vues en 1871 dans La descendance de l’homme. L’ouvrage est souvent anecdotique, et les digressions sur le rapprochement entre comportement animal et comportement humain fort nombreuses. Tout comme les organes biologiques humains avaient évolué à partir de formes inférieures, instincts sociaux et qualités morales et intellectuelles de l’homme s’étaient développés. Certes, ajoutait-il, ce développement des instincts sociaux ‑ et en particulier de l’instinct de « sympathie » ‑ entravait le cours de la sélection naturelle chez l’homme, de sorte que les éléments les plus faibles de la société se propageaient, ce qui était nuisible. Mais il précisait immédiatement que l’homme ne saurait aller contre ce cours des choses sans porter atteinte à la partie la plus noble de sa nature.

(...) A partir des années 70, Darwin se consacra à des travaux plus limités. Il publia L’expression des émotions chez l’homme et les animaux (1872), où il tentait de répertorier le langage du corps, les expressions de colère, d’étonnement, de crainte, d’amour, de dégoût, d’hostilité, liant comportement humain et comportement animal.

(...) Lorsque Darwin mourut, de nombreux naturalistes tentaient d’expliquer l’évolution par la sélection naturelle. Mais dans un milieu plus large se propageait plutôt l’idée d’une évolution générale, souvent orientée vers des fins dernières par une force de progrès, s’étendant parfois à l’ordre cosmique et à la société (d’où l’appellation trompeuse de « darwinisme social »).

(...) Darwin mourut le 19 avril 1882 [à l’âge de 73 ans]. »

 

NOUVEL Daniel : docteur en biologie et en philosophie, attaché de recherche en philosophie des sciences à l’Université Denis Diderot Paris 7.

Darwin et la religion (par Michael Ruse)

(pp.29-34)

(par Michael RUSE, professeur à l’université de Guelph, Ontario, Canada ; 1996, Monad to man : the concept of progress in evolutionary biology, Harvard University Press, London, Cambridge)

La théorie de l’évolution issue de l’idéologie du progrès scientifique et moral

p.30

« (...) L’évolution est enfant du progrès. Le XVIII° siècle, siècle des Lumières, fut celui des penseurs et des révolutionnaires dans tous les grands pays d’Europe ‑ en Angleterre, en France, et surtout en Allemagne ‑ tous de plus en plus enthousiasmés à l’idée que les hommes pouvaient par eux-mêmes accéder à une meilleure compréhension du monde qui les entourait, et pouvaient donc ainsi améliorer les conditions sociales et culturelles de l’humanité tout entière.

Tous, l’un après l’autre, se mirent à affirmer que le monde était en progrès, que les hommes étaient mieux informés, et que leurs efforts et leur travail ne pouvaient qu’améliorer leur situation. Aveuglés par cette idéologie, de plus en plus de chercheurs se penchèrent sur le monde du vivant. Ils arguaient que, de même que sur le plan social et intellectuel l’humanité était en progrès, le monde des animaux et des plantes avait lui aussi connu une évolution similaire : une même progression incessante les avait menés de la forme la plus simple, de la « monade », à la forme la plus complexe et la plus élaborée, qui n’était autre que l’homme, bien sûr.

Erasmus Darwin, grand-père de Charles, lui-même éminent médecin britannique, ami de nombreux industriels, participait de ce mouvement de pensée. L’idée de progrès culturel l’enthousiasmait, et il croyait retrouver ce même mouvement chez les animaux et les plantes. Et pour conclure, la biologie évolutionniste semblait confirmer à son tour ses conceptions progressistes. En France, le plus important des évolutionnistes avant Darwin, Jean-Baptiste de Lamarck, auteur de la Philosophie zoologique (1809), était également proche des milieux philosophes. Il croyait au progrès, à un progrès également décelable dans le monde organique. (...)

L’objection religieuse de Cuvier

Les objections religieuses de Cuvier étaient doubles. D’abord, l’évolutionnisme était, du point de vue de la religion révélée, de la foi, en contradiction avec la doctrine chrétienne de la Providence. En tant que croyant, Cuvier ne pensait pas l‘homme sans Dieu capable d’aucun accomplissement. Le changement et le salut n’étaient possibles que par la grâce (providentielle) de Dieu. Pour Cuvier, et bien d’autres intellectuels croyants, penser que l’homme peut améliorer sa condition de manière significative sans l’aide de Dieu (c’est-à-dire, l’évolutionnisme), c’était commettre à la fois une erreur et une hérésie. Enfin, du point de vue de la religion naturelle, c’est-à-dire du sentiment religieux auquel on parvient rationnellement, Cuvier se servait de sa philosophie pour étayer sa foi : si les évolutionnistes négligeaient entièrement d’expliquer le miracle du fonctionnement et de l’agencement de l’organisme vivant, c’était parce qu’il révélait précisément le grand dessein de Dieu. La loi aveugle et erratique du système évolutionniste était une absurdité : une telle loi menait au hasard et au chaos, et non à l’organisme vivant. Une telle loi insultait la puissance et la gloire divines.

Cuvier décrit les évolutionnistes comme des infidèles en route vers l’athéisme. (...)

L’idée d’évolution n’excluait pas le déisme

p.31 :

(...) Les évolutionnistes étaient-ils vraiment athées (...) ? Pas du tout ! Tout nous porte à croire qu’Erasmus, Darwin, Lamarck et d’autres évolutionnistes étaient, à leur manière, tout aussi croyants que les autres. Ils s’étaient, il est vrai, éloignés de la religion traditionnelle. (...) Les évolutionnistes (comme beaucoup d’autres d’ailleurs) avaient opté pour une conception « déiste » : ils croyaient en un Dieu qui avait engendré le monde et s’était ensuite retiré. Un dieu qui laissait le monde et s’était ensuite retiré. Un dieu qui laissait le monde se déployer, de manière automatique, comme une horloge poussée par la puissance d’une loi aux ramification infinies. Aux yeux des évolutionnistes, cette conception de Dieu comme moteur premier conduisait tout naturellement à l’idée d’évolution.

Le déisme de Darwin

p.32 :

Darwin abandonna ses premières conceptions théistes et se dirigea vers une forme de déisme. Il ne s’agissait plus pour lui de chercher dans le monde qui l’entourait une preuve de l’existence de Dieu. C’était bien plutôt dans la présence d’une loi infinie ‑ c’est-à-dire d’une loi qui préside à la création progressive du monde dans son ensemble ‑ que Darwin percevait le signe le plus révélateur de la puissance et de la bonté divines.

L’idée d’évolution comme conséquence de l’observation et du déisme de Darwin

En 1835, le Beagle s’arrêta sur les îles Galápagos dans l’océan Pacifique. (...) Darwin (...) découvrit avec stupéfaction qu’on trouvait différentes espèces d’oiseaux et de reptiles (notamment de tortues géantes) sur des îles séparées par dix kilomètres à peine. L’évolution naturelle des espèces était la seule explication qui restât en accord avec l’idée d’une loi divine. (...) En réalité, Darwin devint donc évolutionniste du fait de ses convictions religieuses et non malgré elles.

Trouver la cause de l’évolution

Darwin était diplômé de l’université de Cambridge, que fréquenta également le grand Isaac Newton, père de la loi de la gravitation universelle. Darwin savait pertinemment que les sciences n’ont pas simplement pour but de décrire mais aussi d’expliquer, d’assigner des causes aux effets. Dans l’espoir de devenir le Newton de la biologie, Darwin passa 18 mois à s’interroger sur les causes de l’évolution. A la fin de l’année 1838, il découvrit enfin le principe qui allait le rendre célèbre, celui de la sélection naturelle. Darwin comprit qu’une croissance continue dans un espace limité dont les ressources sont également limitées conduisait à une « lutte pour survivre ». Cette lutte entraînait un processus de « triage » ou de sélection naturelle de certains êtres vivants, ancêtres de tous les membres de l’espèce. Tout cet enchaînement formait un processus graduel d’évolution.

L’inégalitariste Malthus utilisé par Darwin

(...) Alors qu’il cherchait toujours une explication au phénomène de la sélection naturelle, Darwin lut les écrits politiques très conservateurs du révérend Thomas Robert Malthus, autre ecclésiastique anglican. Malthus prêchait contre tout système de protection sociale, jugé non seulement inutile mais dangereux : nourrir les pauvres, c’était s’assurer qu’on en aurait encore plus à nourrir à la génération suivante. Un tel système menait inévitablement à l’affrontement et à une lutte dans merci pour survivre. Il était donc préférable de ne pas envenimer la situation en tentant maladroitement de venir en aide aux pauvres. Darwin s’empara de ces théories, qu’il élargit aux animaux et aux plantes pour démontrer que la nature était définie par cette lutte constante pour survivre. Puis, renversant en quelque sorte la perspective de Malthus, Darwin montrait que ce processus était une version naturelle de la technique si efficace des éleveurs et des agriculteurs. Ainsi, les théories de Malthus sur la providence divine, censée vouer à l’échec toute tentative humaine d’organisation sociale, servaient chez Darwin à expliquer la chaîne continue de l’évolution et le phénomène de la sélection naturelle des espèces.

De même que le déisme l’avait mené à l’idée d’évolution, les conceptions « théistes » le menaient à celle de sélection naturelle. Et aussi difficile que cela puisse paraître, Darwin parvenait ainsi à allier de façon cohérente déisme évolutionniste et théisme anti-évolutionniste. (...)

Darwin ménage les religieux

(...) Dans les dix ou vingt dernières années de sa vie, Darwin devint agnostique. (...) Darwin affirme (...) que si la théorie de l’évolution et de la sélection naturelle des espèces est (...) présentés comme un défi lancé au traditionalisme chrétien, il n’en est aucunement responsable. Darwin multiplie au contraire les allusions à la Création divine. Certains disent qu’il ne parsemait ses théories scientifiques de telles considérations que pour calmer la fureur de ses détracteurs. Je pense plutôt qu’il était sincère.

L’acceptation de l’idée d’évolution par les chrétiens

p.33 :

(...) Après De l’origine..., la théorie de l’évolution fut presque unanimement acceptée du jour au lendemain. Les chrétiens, entre autres, se rallièrent à une vision transformiste des origines du vivant. Les preuves avancées par Darwin étaient tout simplement irréfutables. Il est vrai que beaucoup se sentaient moins à l’aise avec le principe de sélection naturelle. Ceux-ci accommodèrent leur vision de l’évolution à divers principes annexes, comme celui de l’intervention guidée du Créateur. C’est ce que fit le botaniste Asa GRAY, grand champion du darwinisme en Amérique du Nord. Presque tous insistaient sur l’exception humaine et, en particulier, sur l’origine divine de l’âme humaine. Mais la notion d’évolution en tant que telle devint monnaie courante. Et si on s’en était arrêté là ‑ d’autant plus que la question de l’âme humaine ne relevait pas du domaine des sciences ‑ personne aujourd’hui n’associerait étroitement révolution darwiniste et guerre des sciences et de la religion.

Le réformisme meritocratique contre le féodalisme

Mais (...) les scientifiques qui défendaient Darwin dans la deuxième moitié du XIX° siècle, comme Huxley et ses amis, entendaient réformer la société anglaise. Ils se battaient pour une société méritocratique, où la réussite serait liée au talent et au travail, où l’école serait laïque, où les fonctionnaires seraient bien formés et promus selon leurs résultats, où l’armée ne serait plus aux mains d’aristocrates indifférents à leurs inférieurs, où toutes ces choses et bien d’autres encore seraient enfin possibles. Bref, Huxley et ses amis voulaient transformer les structures féodales héritées du XVIII° siècles en structures modernes et industrielles du XX° siècle.

La théorie de l’évolution utilisée comme concurrente idéologique de l’Église

Pour ce faire, ils comprirent qu’il ne suffisait pas d’aller de l’avant. Il fallait aussi combattre les forces réactionnaires de l’arrière-garde. Et, en particulier, l’église d’Angleterre (l’église anglicane), en qui ils voyaient leur plus puissant ennemi. S’ils la considéraient comme moribonde intellectuellement, ils savaient que, sorte de dinosaure sociale, elle pouvait devenir dangereuse si elle se sentait menacée. Les réformistes étaient donc à la recherche d’une idéologie alternative, d’une fois séculière en quelque sorte, qui puisse les aider à promouvoir et à justifier leur combat. L’évolution était un vecteur idéal. Comme nous l’avons vu, cette théorie était depuis toujours fortement teintée d’idéologie, empreinte d’une foi en l’idéologie du progrès. Cette idéologie fut reprise, modernisée, agrémentée de nouveau éléments et présentée comme une nouvelle vision du monde, une vision scientifique, moderne, résolument antireligieuse et antivieilleries.

La récupération idéologique de Darwin par Spencer

(...)  Darwin ne s’intéressait qu’à l’aspect scientifique de la question, et ne se préoccupait pas de trouver une nouvelle foi séculière, [et] son oeuvre (et De l’origine en particulier) ne satisfaisait pas pleinement aux exigences des réformistes (...). Mais un autre personnage était prêt à pallier les imperfections de Darwin : son compatriote britannique Spencer. Dans de très nombreux ouvrages d’une longueur toute victorienne, Spencer défendait avec ardeur un évolutionnisme progressiste, qui exigeait de ses adeptes un comportement moral tout en les maintenant dans l’attente d’un paradis au bout du chemin. Certes, ce paradis était un paradis terrestre, mais c’était après tout un salut comme un autre.

Ainsi donc, dans les années qui suivirent De l’origine, l’évolutionnisme fut récupéré pour servir d’ennemi au traditionalisme chrétien. Ces réformistes s’intéressaient moins à la théorie scientifique qu’à l’idéologie séculière. Le « darwinisme social », qui détournait jusqu’au nome de Darwin, et qui prônait en général un individualisme à tous crins, était devenu la nouvelle panacée capable de guérir tous les maux de la société.

La réaction fondamentaliste

La colère de nombreux chrétiens, et en particulier des plus conservateurs, était bien sûr prévisible, et ne manqua pas de se faire sentir, surtout aux États-Unis. Le fondamentalisme, forme particulièrement virulente du protestantisme, se développa alors dans ce pays. Cette religion affirmait que l’essence du christianisme ne pouvait se trouver que dans la Bible, dont les révélations étaient à prendre au pied de la lettre. Tous les éléments étaient donc réunis pour qu’éclate le grand conflit des sciences contre la religion, de Darwin contre Dieu.

1925 : le procès « Scopes »

p.34 :

(...) On en arriva en 1925 au fameux procès Scopes : un jeune professeur à Dayton, dans le Tennessee, fut poursuivi en justice pour avoir enseigné à ses élèves la théorie de l’évolution. Accusé par William Jennings Brown, qui fut par trois fois candidat aux élections présidentielles, et défendu par Clarence Darrow, célèbre libre-penseur agnostique, Scopes fut jugé coupable. Le procès eut cependant pour effet de refroidir bien des fondamentalistes et de desservir la cause des anti-évolutionnistes. L’Amérique et le monde entier se gaussèrent de ces réactionnaires qui prenaient la Bible au pied de la lettre.

La résignation de l’Église

(...) Les religions chrétiennes assouplirent, sans pour autant capituler, leurs positions sur l’évolutionnisme. En particulier celles qui prenaient les sciences au sérieux se rendaient bien compte qu’il leur fallait intégrer le concept d’évolution, et même celui de sélection naturelle. Un travail qu’elles auraient d’ailleurs volontiers accompli plus tôt, si Huxley et les évolutionnistes ne les avaient contraintes au rôle d’ennemies.

La promotion, la « sécularisation » et l’intégration dans le champ des sciences classiques, de l’évolutionnisme

Après le procès Scope, dans les années trente, un certain nombre de scientifique reprirent le flambeau de l’évolutionnisme avec la ferme intention de lui rendre le statut de science universitaire qui lui revenait de plein droit et de la débarrasser de son rôle idéologique. Grâce en particulier aux efforts de Sir Ronald Fisher en Angleterre et de l’Américain d’origine russe Theodosius Dobzhanky, l’évolution devint une branche reconnue de la biologie, obéissant aux même critères scientifiques que d’autres sciences, comme la physique ou la chimie. Au fur et à mesure que leur science acquérait ses lettres de noblesse et se dépolitisait, les évolutionnistes eux-mêmes cessèrent de se mêler d’éthique et de religion. Même s’ils étaient progressistes, ils veillaient désormais à ne pas laisser transparaître leurs convictions dans leurs écrits scientifiques. L’évolutionnisme se fit ainsi nettement moins menaçant et le conflit qui l’opposait à la religion perdit peu à peu de son sens.

La conciliation actuelle

Aujourd’hui, la plupart des scientifiques et des chrétiens parviennent à concilier science et religion. Une attitude que d’ailleurs Jean-Paul II adopte quand il écrit que la perspective chrétienne ne condamne pas l’évolutionnisme. Mais l’harmonie n’est cependant pas totale. La biologie évolutionniste continue à susciter bien des critiques, à l’intérieur comme à l’extérieur des universités. Car, en fin de compte, cette science propose bien une histoire des origines qui semble contredire (respectueusement) la version chrétienne.

De l’antagonisme entre « darwinisme dur » et christianisme

Certains évolutionnistes sont d’ailleurs prompts à saisir toutes les occasions pour raviver le conflit, comme par exemple Richard Dawkins, chercheur en psychologie sociale à l’université d’Oxford. Militant du darwinisme « pur et dur », il ne cesse de souligner dans ses écrits que ces théories rendent intenable toute position religieuse et accuse ceux qui recherchent le compromis d’avoir un « cerveau ramolli ». A ses yeux, le darwinisme, qui ne parle que de survie des plus forts et d’adaptation parfois ignoble ‑ comme celle des parasites qui vivent sur leur proie ‑ n’est en aucun cas compatible avec l’idée d’un Dieu plein d’amour et d’attention. Entre darwinisme et christianisme, il faut donc choisir. Les fondamentalistes avaient peut-être tort, mais eux seuls ont su reconnaître qu’il fallait choisir entre deux maîtres.

Rejet de l’évolutionnisme par la droite  fondamentaliste

De la même façon, (...) renaissent les écoles d’interprétation littérale des textes bibliques. Nombre de chrétiens de la droite évangélique, principalement protestants mais aussi catholiques, condamnent non seulement le darwinisme « pur et dur » mais toute théorie évolutionniste quelle qu’elle soit.

Permanence du clivage

(...) D’un côté, les « ultras » de l’évolutionnisme, qui s’acharnent contre les religions, et contre la doctrine chrétienne en particulier. Et de l’autre les croyants, chrétiens évangélistes surtout, qui s’acharnent contre les découvertes scientifiques, et contre l’évolutionnisme en particulier. (...) A la veille du deuxième millénaire, il serait bien naïf de croire que le conflit qui oppose sciences et religions, le darwinisme et le christianisme, n’est plus que de l’histoire ancienne. (...) »

(traduit par Ninon Vinsonneau)

La religion et darwin (autre article)

(pp.35-37)

(par Jacques Arnould, Dominicain, docteur en théologie ; 1996, Darwin, Teilhard de Chardin et Cie : l’Eglise et l’évolution, Desclée de Brouwer ; 1998, La Théologie après Darwin, Cerf)

La question des origines

p.35

« (...) Qu’il prétende sortir de la cuisse de Jupiter, descendre d’Adam et d’Eve ou avoir un singe pour cousin germain, l’homme a toujours eu le sentiment que, de ces affirmations, dépendent les fondements-mêmes de son existence, tant personnelle que sociale, culturelle, politique. « A peine le fis-tu moindre qu’un dieu ; tu le couronnes de gloire et de beauté » affirme, en parlant de l’homme, l’auteur du livre biblique des Psaumes ; une origine quasiment divine qui lui confère le pouvoir de dominer sur toute l’oeuvre créée par Dieu : « tout fut mis par toi sous tes pieds ». (...) Raconter une histoire (tous les éducateurs le savent) est parfois la meilleure façon de calmer une angoisse, expliquer une situation, faciliter un choix moral ou, tout simplement, consolider son emprise sur ceux qui l’écoutent. Ce sont bien là les fonction du mythe.

p.36

(...) Les mythes, comme l’a montré Dominique Lecourt, sont de retour, intercesseurs indispensables entre les progrès des sciences et des techniques et le commun des mortels, témoins d’un malaise de ces derniers à l’égard des chemins que leur font emprunter les premiers.

(...) Nombreux (...) sont ceux qui entendent avec terreur Richard Dawkins affirmant que nous sommes les avatars de nos gènes, le meilleur moyen qu’ils aient pu inventer pour se reproduire.

Fondamentalismes islamique, juif et américain

(...) Pour le monde islamique et, plus largement, arabe, les idées de Darwin et de ses successeurs ont en effet constitué, depuis le début du XX° siècle, un élément important des luttes engagées pour moderniser la pensée et la société, celles-là que poursuivent aujourd’hui certains universitaires de l’Université d’Al-Azhard du Caire, mais qui suscitent l’opposition des autorités religieuses et l’accusation d’anarchie. La situation est sensiblement analogue dans la sphère juive : des courants religieux juifs orthodoxes rejettent catégoriquement toutes les affirmations scientifiques qui conduisent à douter de la création de l’univers par Dieu et de celle de l’être humain directement à l’âge adulte. Ains, en 1988, l’Association des Scientifiques Juifs Orthodoxes a publié un recueil d’articles intitulé : Challenge. Torah Views on Science and its Problems, dans lequel l’âge de l’universe est scientifiquement estimé à 5735 années, auxquelles il convient d’ajouter les six Jours de la Création.

(...) En 1981, les Etats de Louisiane et d’Arkansas adoptent une loi en faveur du traitement équivalent de la « science évolutionniste » et de la « science créationniste », dans l’enseignement public. Mais la victoire est de courte durée : le 5 janvier 1982, à l’issue d’un procès qui n’est pas sans rappeler celui qui s’est déroulé en 1925 et que l’on désigne sous le nom de « procès du singe », l’Act 590, réglant l’application de la loi du balanced tratment pour l’Arkansas, est abrogé à cause de son caractère anticonstitutionnel : les propos créationnistes, déclare le juge, ne constituent en fait qu’une doctrine religieuse et l’Act 590 une tentative visant à introduire un propos religieux au sein de l’enseignement public.

(...) Pat Buchanan, en 1996 : « Vous pensez sans doute descendre du singe. Moi, je pense que vous êtes une créature de Dieu ».

L’anti-darwinisme francais

p.37

(...) Il est peut-être (...) étonnant de trouver en France, patrie de Lamarck et gardienne de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, des courants créationnistes et antidarwinistes ; ils existent pourtant. Je pense ainsi au Cercle d’Etude Historique et Scientifique (C.E.S.H.E.), fondé en 1971 et annonçant 600 membres. Ceux-ci affirment rejeter « toutes les thèses actuelles ou à venir explicitement hostiles à la Bible, comme l’évolutionnisme, les chronologies longues dans l’histoire des hommes et dans celle de la Terre.

(...) Ce n’est pas le cas de tous les antidarwinistes français et il serait mal venu de voir dans tous ceux qui mettent en cause la valeur des théories héritées de Darwin des intégristes, des traditionalistes ou des défenseurs du retour à un ordre moral plus ou moins inspiré du christianisme.

(...) Il paraît difficile à ceux écrivent Le Darwinisme ou la fin d’un mythe (Rémy Chauvin), préfacent Le Darwinisme en question (Anne Dambricourt-Malassé, pour la traduction du livre de Philip Johnson, un antidarwiniste américain), publient L’évolution a-t-elle un sens ? (Jean Staune, pour la traduction du livre de Michael Denton, un autre antidarwiniste) de nier une tentative de trouver, voire de prouver l’existence de Dieu, au travers de l’observation scientifique du vivant.

Les démarches juive et catholique de conciliation avec le darwinisme

(...) Les débats autour de la question des origines de l’humanité n’en ont pas pour autant perdu de leur virulence, au point d’en oublier le travail, peut-être plus discret, de ceux qui cherchent à instaurer, au lieu d’une opposition bornée ou d’un concordisme ravageur, un dialogue entre les différentes manières de répondre à cette quête des origines. Ce fut le cas du Congrès Juif Américain, de l’Union des Congrégations Juives Américaines et du Comité Juif Américain qui ont officiellement soutenu le groupe des scientifiques dans le procès de l’Arkansas en 1982. Ou encore du pape Jean-Paul II, dans un discours devant l’Académie Pontificale des Sciences, en octobre 1996, qui, loin de réhabiliter Darwin (qui n’en avait nullement besoin, puisque l’Eglise catholique ne l’avait jamais condamné personnellement, comme l’avait été Galilée), a invité les catholiques à admettre les faits de l’évolution, à prendre au sérieux les théories évolutionnistes, en restant clairvoyants sur leurs possibles conséquences idéologiques ou politiques, philosophiques ou théologiques, et en se refusant à toute forme de réductionnisme qui diminuerait la valeur de la personne humaine. »

Darwin et les idéologies (par Gérard Molina)

(pp.38-41, par Gérard Molina, professeur agrégé de philosophie à l’IUFM de Paris ; 1996, collab., Dictionaire du darwinisme et de l’évolution, PUF)

Discernements nécessaires

p.39 :

« (...) Dans la nature, la survie est éthiquement neutre, n’impliquant pas une valeur supérieure mais la détention d’une variation fortuitement plus utile.

Il existe plusieurs façons de « sociologiser » Darwin : on peut prétendre que sa théorie est un produit de la culture de son temps (Malthus, la théologie naturelle, l’économie politique...) ou bien qu’elle incorpore une idéologie au sein d’une biologie (le « darwinisme social ») ou encore qu’elle fournit une clef pour comprendre des phénomènes culturels et physiques (de la morale à l’émergence du cerveau). Chaque question doit être étudiée pour elle-même.

(...) Il faut faire le départ entre les illusions d’une matrice universelle et le caractère heuristique de certains énoncés telles que « la sélection », « la lutte pour la vie » ou « le milieu » pour des puissances réelles agissant dans l’histoire.

L’humanisme de Darwin

(...) Lors du voyage du Beagle, Darwin (...) dénonce l’esclavage et la « guerre d’extermination » menée contre les Indiens et les Aborigènes : « Qui pourrait croire qu’à notre époque il se commet autant d’atrocités dans un pays chrétien et civilisé ? » (Voyage, I, p.113).

(...) Il souligne, à propos des Fuégiens et des Noirs qu’il a côtoyés, « combien ils nous ressemblent au point de vue du caractère et de la plupart des facultés intellectuelles » (Descendance de l’homme, p.76 et 195).

Démontrer l’ascendance animale de l’homme

(...) L’ascendance animale de l’homme lui semble démontrable en s’appuyant sur la psychologie associationniste (les états mentaux supérieurs dérivent des perceptions) et l’observation éthologique (la vie émotionnelle est semblable chez l’enfant et les animaux). Plus tard, grâce à A.R. Wallace, il comprend comment la sociabilité intrinsèque de l’homme résulte de traits préservés à travers les mécanismes de l’évolution.

(...) De nombreux traits humains sont dus aux (...) mécanismes de l’évolution comme la sélection sexuelle (qui (...) n’implique pas l’élimination, seulement l’incapacité de s’accoupler).

L’universalité du sens moral qui nous fait regarder tout homme comme notre semblable est un produit de l’évolution, non pas un don divin ou une essence.

(...) Alors que L’Origine des espèces est un « long raisonnement », La Descendance de l’homme contient « beaucoup d’idées d’un ordre spéculatif » et une pesée d’opinions livrées à la critique. (...) Suivant les passages, le lecteur privilégie la compétition ou la coopération, la conservation ou le changement, l’évolution par sélection ou par adaptation au milieu, l’accent mis sur l’individu, la race, le sexe, la nation ou même la classe. Darwin veut avant tout naturaliser l’apparition de l’homme à qui il ôte sa prérogative de créature divine.

p.40 :

(...) Darwin reste circonspect car les bévues et les méprises sur son concept biologique le préoccupent avant tout.

Utilisation par les libéraux ; Spencer

Les premiers acteurs d’un usage social du darwinisme sont donc des scientifiques et intellectuels libéraux, engagés dans la reconnaissance de leur professionnalisme, soucieux de marquer la place de la science dans le progrès de la civilisation. A l’inverse, les conviction religieuses des conservateurs au pouvoir en Europe les empêchent d’accepter que la société soit gouvernée par des lois naturelles impitoyables de compétition, d’élimination des inaptes et de tri des meilleurs. Mais lorsque l’essor de la société industrielle heurtera les situations acquises et renforcera la menace des « classes dangereuses », on aura besoin de légitimations biologiques à l’inégalité sociale, à la concurrence économique ou au nationalisme.

Herbert Spencer, installé à l’interface du physiologique et du social, illustre un de ces chassés-croisés. Il rejette dès 1851 (Social statics) les législations d’Etat protégeant les « incapables » que la compétition élimine en vue d’un progrès supérieur ; mais l’idée que la faim est un aiguillon du travail date des débats anglais de la loi sur les pauvres (1795-1834).

Huxley, anti-libéral

(...) Quant à Huxley, une conversion l’atteint au soir de sa vie. Savant honoré et conseiller du gouvernement, il tire le darwinisme vers une nouvelle philosophie de la nature. (...) Il nie « que la doctrine de l’évolution puisse fournir une fondation à la morale » car le prétendu « plus apte » peut être le pire sur le plan éthique. Contre Spencer il dénonce « le nihilisme administratif » des politiques libérales.

Émile Gautier : « darwinisme social » et dilemme socialiste

Si le socialiste français Emile Gautier invente, en 1879, l’expression péjorative de « darwinisme social, c’est à la suite du 50° Congrès des naturalistes allemands où Haeckel, Nägeli et Virchow s’affrontent sur le sens politique du darwinisme (justification des inégalités ou aliment du socialisme). L’éclat en Europe de cette controverse fait d’ailleurs écrire à Darwin : « Quelle idée stupide semble prévaloir en Allemagne au sujet des rapports entre le socialisme et l’évolution par sélection naturelle » (lettre du 26 déc. 1879 au Dr Scherzer). Mais Gautier est lui-même pris dans un dilemme : comme la théorie sociale moderne doit reposer sur une science vraie, il affirme que l’évolution a produit une civilisation reposant désormais sur le dépassement des antagonismes au profit de l’association pour survivre ensemble.

« Darwinisme social » : les individus, puis les peuples ; l’opposition des libéraux a l’utilisation ségrégationniste du darwinisme

L’étude académique du « darwinisme social » a voulu séparer deux périodes. D’abord, la rationalisation (explication et justification) de l’individualisme libéral : marché concurrentiel et victoire des meilleurs. Ensuite, vers 1900, dominerait une vision collective dans laquelle la compétition oppose plutôt les classes, les nations ou les races, et validant la colonisation, l’impérialisme ou l’eugénisme. Alors, des libéraux protestent contre l’abus sociologique tandis que des réformateurs sociaux s’approprient le darwinisme pour défendre une régulation gouvernementale.

Le darwinisme : un gage de scientificité convoité par toutes les idéologies

Mais cette tentative de délimiter deux corps de doctrines fixes se heurte à la profusion kaléidoscopique des emprunts. Dans les deux décennies suivant L’Origine des espèces, la plupart des thèmes idéologiques associés au darwinisme sont énoncés et critiqués : du libéralisme compétitif au socialisme d’Etat, de l’oligarchie au solidarisme. Protéiforme et fragmentée, plastique et multivalente, la référence à Darwin vise souvent l’obtention à bon compte d’un gage de scientificité. Quand la cité savante célébra à Cambridge le centenaire de Darwin, le seul conférencier français, le philosophe Célestin Bouglé, résuma ainsi le demi-siècle écoulé : « Pessimistes et optimistes, aristocrates et démocrates, individualistes et socialistes se battront durant des années en se jetant à la tête des morceaux de darwinisme ».

Interprétations sociologiques et idéologiques contradictoires d’une même théorie biologique

p.41 :

Une théorie biologique ne contient pas une option idéologique obligée. Lorsque Weismann sépara strictement les caractères somatiques (modifiables) du plasma germinatif (immuable et seul transmissible), le sociologue Lester F. Ward craignit que « l’éducation n’ait aucune valeur pour l’avenir de l’humanité et ne bénéficie qu’à la génération qui le reçoit » (1891). Or, Weismann, s’il niait l’hérédité de l’acquis, rejeta l’application du déterminisme génétique à la culture en insistant sur l’autonomie des processus sociaux. Inversement, les défenseurs de l’hérédité lamarckienne comme Spencer ou Haeckel prétendaient disqualifier l’aide aux inadaptés. Le lamarckisme social figeait les classes et les métiers car le poids des habitudes transmises sur des centaines de générations fonctionnait comme une prédestination professionnelle, un fatum de l’acquis incorporé (au contraire l’hérédité weismannienne redonne ses chances à chaque génération).

Exploitations idéologiques multiples du darwinisme

L’essence d’une idéologisation sociale à fondement scientifique est de contaminer de multiples ordres de discours. Le darwinisme se révéla traduisible dans une pluralité d’idiomes sociopolitiques, il « fournit une lingua franca versatile capable d’exprimer une variété presque infinie d’opinions sur les sujets publics ». C’est pourquoi les paralogismes abondent. Ainsi chaque idéologue désigne par avance les vainqueurs de la compétition vitale à qui il faudrait accorder les avantages que pourtant seul la survie reproductrice peut donner. On demande la restauration des lois naturelles que les vainqueurs de la lutte n’ont plus à subir. A ceux qui déplorent que les classes inférieures, pus prolifiques, empêchent une vraie sélection, on répond que leur surfécondité est justement la preuve de leur meilleure adaptation. D’autant que l’ordre bourgeois protège les rentiers oisifs, les héritiers débiles et oblige les femme à choisir un mari selon le rang et l’argent, non pas selon sa valeur propre. Contre le malthusianisme occidental, on brandit le métissage créateur de « variabilité » régénérante, etc.

L’ambivalence du darwinisme

Même pour ses interprètes sociaux, le darwinisme contient des messages équivoques. Comme théorie de l’évolution, il semble valider soit le changement imprévisible, soit le progrès d’ensemble. En tant qu’explication fondée sur la sélection d’individus variants, il exalte la différence et le combat commun. Une ambivalence ressentie par les défenseurs de l’ordre établi : expliquer l’histoire par la lutte pour l’existence permet de justifier la victoire de la bourgeoisie mais prophétise aussi la montée d’une classe plus nombreuse et mieux organisée. Inversement, pour les socialistes, le darwinisme motive l’exigence de transformation sociale mais de façon graduelle, sans rupture. On continuera encore à se demander si le darwinisme donne des raisons d’espérer ou de craindre l’avenir, justifie ce qui est ou appelle le changement, maintient la hiérarchie sociale par nécessité ou permet d’améliorer les qualités d’ensemble de l’humanité...

La théorie de Darwin est idéologiquement neutre mais touche à l’essentiel et au métaphysique chez l’homme ; elle tue le finalisme, en dépit de quoi les finalismes idéologiques cherchent à la récupérer

De minutieux exégètes du darwinisme l’ont déjà dit : bien qu’elle établisse sa validité dans le domaine limité de l’histoire des êtres vivants, la théorie darwinienne se confronte indirectement avec des questions aussi fondamentales que le système de la nature, la place de Dieu et l’essence de l’homme. Darwin postule une nature dépourvue de finalité interne ou de tendance au progrès, gouvernée par des processus opportunistes laissant le hasard des variations et l’inflexibilité des adaptations, toujours précaires, décider de la possibilité de survivre et se reproduire. Ni ordre spontané, ni arrangement planifié, ni bienveillance protectrice. Exprimé dans le registre d’une philosophie de l’aléatoire et de la précarité qui heurte de front les conceptions impliquant une normativité sous-jacente, la sélection naturelle énonce un nouveau paradigme : la vie n’a pas de signification mais une sanction, l’aptitude à laisser une descendance. L’homme n’est plus cet être unique maîtrisant son destin grâce à sa proximité avec le divin ou la possession d’une quiddité. Croire que ce message aurait pu passer inaperçu ou laisser indifférent relève de la naïveté. (...) L’ensemble protéiforme de masques et de langages que prit (ou qu’on projeta sur) le darwinisme au sein des discours idéologiques traduit l’effort pour prendre la mesure de cette révolution. »

 

Quelques références de l’article :

HOFSTADTER Richard, 1955, Social darwinism in american thought ;

BELLOMY Donald C., 1984, « Social darwinism revisited », Perspectives in american history, 1.

Darwin, Engels et Marx : un accord illusoire, un réel malentendu

(pp. 42-44, par Dominique Lecourt, professeur de philosophie à l’Université de Paris 7 Denis Diderot ; (dir.), 1999, Dictionnaire d’histoire et de philosophie des sciences, PUF)

p.43 :

« Le 24 novembre 1859, paraît à Londres L’Origine des espèces. Un mois ne s’est pas écoulé qu’Engels, qui s’est remis à l’étude des sciences et médite déjà un grand livre de philosophie de la nature, écrit à Marx qui vient de décider de publier la Contribution à la critique de l’économie politique, parue le 1er juin de la même année. Il lui fait part de son enthousiasme : « Ce Darwin, que je suis en train de lire, est tout à fait sensationnel. Il y avait encore un côté par lequel la téléologie n’avait pas été démolie : c’est maintenant chose faite. En outre, on n’avait jamais fait une tentative d’une telle envergure pour démontrer qu’il y a un développement historique dans la nature, du moins jamais avec un pareil bonheur. »

Il s’écoule près d’un an avant que Marx ne fasse écho à cette lettre. Mais c’est en termes consonants. Il surenchérit même sur l’enthousiasme de son ami : « Malgré le manque de finesse bien anglais dans le développement, c’est dans ce livre que se trouve le fondement historico-culturel de notre conception ». Opinion répercutée à Lassalle deux mois plus tard : « Le livre de Darwin est très important et me convient comme base de la lutte historique des classes. Malgré toutes ses insuffisances, c’est dans cet ouvrage que, pour la première fois, un coup mortel est porté à la « téléologie » dans les sciences de la nature.

(...) A partir de 1862, toutefois, l’enthousiasme se nuance d’une réserve.

p.44 :

(...) [Il y a] deux versant, celui d’un accord scientifique fondamental supposé entre marxisme et théorie de l’évolution, celui d’un désaccord idéologique secondaire portant sur le contenu même du concept de « sélection naturelle ». Trofim Denisovitch Lyssenko, lorsqu’il voudra établir les fondements philosophiques de la nouvelle science (« prolétarienne ») de l’hérédité, qu’il fit triompher en 1948 de la « génétique morgano-mendélienne », n’aura qu’à puiser dans cette histoire pour se présenter comme le véritable héritier tout à la fois de Darwin et de Marx.

On sait le prix de sang que dut payer la communauté des biologistes soviétiques de cette « erreur » ; on ne peut plus ignorer le désastre humain qui résulta de l’application des méthodes de l’agrobiologie sur les immenses domaines agricoles issus de la collectivisation des terres. »

Pistes bibliographiques :

CHRISTEN Y., 1981, Marw et Darwin, Albin Michel ;

HAECKEL E., 1879, Les preuves du transformisme, trad. Soury, Reinwald ;

LECOURT D., 1995, Lyssenko, histoire réelle d’une « science prolétarienne », rééd. Quadrige/Puf ;

MARX K., ENGELS F., 1973, Lettres sur les sciences de la nature, Editions Sociales ;

NACCACHE B., 1980, Marx critique de Darwin, Paris.

Darwin et la morale (par Yvon Quiniou)

(pp.49-51, par Yvon Quiniou, professeur de philosophie ; 1993, Nietzsche ou l’impossible, Kimé ; 1995, Figures de la déraison politique, Kimé)

p.49 :

« La morale repose sur les instincts sociaux, eux-mêmes héritage animal et qui sont sélectionnés par l’évolution. Liée d’une manière générale à la sympathie qui nous fait dépasser notre « ego », elle n’est au début que peu développée avec une extension limitée (la tribu, par exemple) et peut coexister avec des comportements que nous jugeons désormais immoraux. Mais le développement des facultés intellectuelles, l’effet de l’opinion, de l’habitude, de l’éducation et, plus largement, de la culture en accélèrent la formation : ils creusent la différence de l’homme et de l’animal en l’ouvrant à un horizon de plus en plus universel. On voit que l’explication présente trois caractères qui l’inscrivent bien dans le champ du matérialisme. Elle est immanente, s’en tenant au plan de l’expérience et supposant que la science peut résoudre toutes les questions sans s’incliner devant le hasard ou le mystère : « ce sont ceux qui savent peu, et non ceux qui savent beaucoup, qui affirment que la science ne pourra jamais résoudre tel ou tel problème » dit-il magnifiquement. Elle est naturaliste : quelle que soit l’apparence de transcendance que présente son expérience vécue, la morale est ramenée à un phénomène naturel qui n’implique ni une origine divine de l’homme ni une essence métaphysique de celui-ci et Darwin aurait volontiers souscrit à l’affirmation de P. Rée (qui se réclamait d’ailleurs de lui) indiquant que « l’homme moral n’est pas plus proche du monde intelligible que l’homme physique ». Enfin, elle est bien continuiste : l’homme, y compris dans sa dimension la plus éminente, n’est qu’un animal supérieur et la différence qui le sépare de l’animal n’est que de degré et non de nature ou « fondamentale » ‑ il n’y a pas entre eux cette « barrière infranchissable » que la religion ou la métaphysique ont un devoir de dresser.

p.50 :

(...) Pour chaque faculté prétendue propre à l’homme on peut montrer qu’elle est embryonnaire chez l’animal ‑ et cela vaut pour la moralité.

(...) Darwin donne (...) tort à ceux qui, comme l’Eglise catholique tout récemment, continuent à penser qu’aucun matérialisme ne saurait fonder la dignité de la personne humaine et voient dans le passage du corps à l’esprit, spécialement sous son aspect moral, un « saut ontologique » qu’aucune théorie évolutionniste ne saurait combler. Non seulement il nous fait comprendre ce passage mais, en l’éclairant scientifiquement, il met l’affirmation de la morale à l’abri des aléas de la croyance religieuse censée la fonder et dont l’avenir, après tout, n’est pas assuré. »

 

Quelques références bibliographiques de l’article :

DAZZI N., 1983, De Darwin au darwinisme, Vrin ;

RÉE P., 1982, De l’origine des sentiments moraux, Puf ;

Le problème de la conduite morale

(pp.51-54, par Camilo J. Cela-Conde, professeur d’anthropologie à l’Université des Iles Baléares)

p.52 :

« (...) Un tel programme fut très rapidement rejeté par le grand nombre des critiques que suscita la sociobiologie. Une partie de ces critiques accusa Wilson de n’être à peu de chose près qu’un idéologue d’extrême-droite.

(...) Il est (...) difficile de soutenir que notre altruisme ne soit pas un phénomène « naturel », c’est-à-dire qu’il n’ait aucun lien avec l’information génétique. Francisco Ayala a proposé l’idée, venue des philosophes écossais des Lumières, d’une tendance génétique à agir d’une façon altruiste, d’une part, et d’un développement de codes éthiques et de lois qui ne sont pas déterminés par les gènes, de l’autre.

(...) Reste encore à expliquer la clef biologique de cette tendance à agir moralement. Il pourrait être vrai que la tendance à l’altruisme soit génétiquement fixée, mais il est impossible d’en rendre compte avec nos moyens actuels et ce n’est peut-être même épistémologiquement pas possible.

(...) David Sloan Wilson et Elliott Sober (...), après un examen des divers essais de réintroduction du modèle de la sélection de groupe, soutiennent que le groupe est une unité de sélection importante du point de vue évolutif.

p.53 :

(...) Les chaînes d’ADN ne sont pas altruistes, mais égoïstes dans la théorie d’auteurs comme Williams et Dawkins. Elles obligent les individus à suivre une conduite altruiste, mais avec le but (métaphorique, évidemment) d’une réplication ad infinitum de l’ADN.

(...) Puisque les individus (égoïstes par définition de l’efficacité biologique) trouvent des avantages à appartenir à un groupe, ils doivent considérer que le groupe bénéficie à l’intérêt individuel.

(...) Selon les études réalisées par des philosophes comme l’Espagnol Antoni Domènech, l’économie néoclassique soutient que les individus ont des croyances et des désirs, et qu’ils agissent de telle façon qu’ils utilisent les moyens disponibles pour satisfaire leurs désirs en accord avec leurs croyances. Une fois que nous connaissons les croyances et les désirs, nous pouvons pronostiquer les actions des individus. Si nous connaissons ses actions et ses désirs, nous pouvons imaginer ses croyances. Si ce sont les actions et les croyances qui sont connues, alors nous pouvons déduire ses désirs.

(...) Comme le dit Maynard Smith dans sa critique du livre de Sober et Wilson, on devrait faire figurer sur la couverture un avertissement comme celui qu’on imprime sur les paquets de tabac. Une lecture critique du texte peut être stimulante, mais l’avaler entièrement peut avoir des effets très nocifs.

p.54 :

(...) Si nous voulons construire des lois concernant l’adaptation d’une groupe, nous devons savoir les motifs des individus pour agir. Mais nous déduisons, pour le moment, ces motifs du comportement observé. Ou bien nous éliminons la perspective cognitive, comme dans le cas des insectes sociaux, dont la conduite altruiste contrainte d’une façon génétique se trouve expliquée par la sélection de parenté, ou bien nous acceptons que la théorie cognitive des motifs soit encore loin de notre portée. Dans ce dernier cas, la seule chose que nouis pouvons admettre en rapport à la sélection de groupe est que la société doit comporter des mécanismes d’identification et de punition des égoïstes. »

Sur l’origine de l’homme (par Claudine Cohen)

(pp.55-57, par Claudine Cohen, maître de conférence à l’Ecole des hautes études en sciences sociales ; 1999, L’homme des origines, Seuil)

p.56 :

« (...) En 1987, l’étude de l’ADN mitochondrial de 147 femmes issues de populations différentes a abouti à un calcul des « distances génétiques » entre ces populations actuelles, et a avancé la thèse d’une « Eve africaine » qui serait la « mère » commune de toute l’humanité, il y a quelque deux cent mille ans... Bien que de nombreuses critiques aient relevé les fragilités méthodologiques de cette démarche, ce modèle de la « sortie d’Afrique » est défendu aujourd’hui par un grand nombre d’anthropologues et de généticiens.

p.57 :

(...) Certains grands Singes savent utiliser et même fabriquer des outils, ils utilisent aussi des objets de pierre comme percuteurs ou comme enclumes, dont certains ressemblent à ceux utilisés par les premiers Hominidés au Plio-pléistocène en Afrique. Depuis une vingtaine d’années, l’étude fine de la technicité des Panidé a également conduit à en observer des formes diversifiées dans différents groupes géographiquement délimités, et certains chercheurs n’hésitent pas à parler de « comportements culturels » chez ces Singes.

(...) On ne peut plus dire aujourd’hui que l’outil est le propre de l’homme à l’exclusion de tout autre être dans la nature ‑ mais seulement qu’à l’origine, c’est la permanence et l’abondance de cet outillage qu’il a aménagé à son propre uisage qui caractérise l’Homme parmi les Primates.

(...) Cette façon d’envisager la « nature » de l’Homme engage de nouvelles interrogations : faut-il penser l’homme avant tout comme être biologique, dont les caractéristiques (anatomiques, comme la bipédie ou le développement cérébral, mais aussi culturelles, comme le langage, l’outil, l’altruisme) ne sont que l’expression de ses gènes, ou comme être de culture, qui n’existe que dans et par le groupe social ? Les partisans d’une approche sociobiologique de l’Homme proposent de penser la différence humaine ‑ y compris les traits culturels ‑ en termes essentiellement biologiques. »

La sociobiologie aujourd’hui (par François Balloux et Laurent Keller)

(pp.62-65, par François Balloux et Laurent Keller, chercheur à l’Institut d’écologie de Lausanne)

La « sélection naturelle » n’est pas le fruit de la « domination » des « plus forts » ou des « meilleurs »

« La sociobiologie se définit comme l’étude des sociétés animales et humaines par les outils de la biologie ou plus exactement de la théorie de l’évolution. Le cadre conceptuel de l’évolution a été formulé par Charles Darwin et est devenu célèbre sous le nom de sélection naturelle. Cette théorie a souvent été mal  comprise, la sélection naturelle étant présentée notamment comme étant simplement le résultat de la survie des plus forts. Ainsi les organismes « les meilleurs » tenteraient d’augmenter la fréquence de leurs gènes dans les générations futures au détriment de leurs congénères « plus faibles ». (...) Cette formulaton partiellement simpliste (...) peut prêter caution aux pires dérives, tel le Darwinisme social.

(...) La théorie de l’évolution offre un cadre conceptuel élégant et rigoureux et ne connaît pas d’alternative sérieuse pour expliquer l’évolution et la diversité de la vie sur la terre.

Non finalisme de l’évolution

Il est fondemental de garder à l’esprit que l’évolution ne tend pas vers un idéal. Des gènes peuvent être favorisés et même se fixer bien qu’ils n’augmentent ni la survie ni le potentiel reproducteur de leur porteur. Certains gènes affectant négativement la survie de leur porteur ont une fréquence élevée.

Variabilité des tendances évolutives selon les variations de l’environnement au fil du temps

(...) La sélection naturelle n’est pas une force directionnelle invariante. Les gènes sont en interaction avec leur environnement qui peut varier localement et temporellement. Le comportement d’un organisme peut ainsi être mal adapté si les ancêtres de cet organisme ont vécu durant de nombreuses générations et jusqu’à récemment dans un environnement différent où d’autres comportements étaient favorables.

Accepter et « transcender » moralement les déterminismes génétiques

p.65 :

(...) Accepter que la plupart des comportements humains soient influencés par des facteurs génétiques est difficile à accepter pour beaucoup de gens. Cela est partiellement dû au fait que l’acceptation d’un rôle des facteurs génétiques est souvent perçu comme la réfutation d’un effet prépondérant de l’environnement social. Cela est bien entendu faux. Quelle que soit l’influence des facteurs génétiques, l’environnement social reste un facteur primordial influençant le développement et le comportement des êtres humains. D’autre part, il est aussi important de souligner, une fois encore, que la mise en évidence du rôle de facteurs génétiques ne justifie d’aucune manière un comportement, une idéologie, ou une coutume. Trop souvent la théorie de l’évolution, sous des formes tronquées ou déformées, a servi à justifier les pire dérives idéologiques. Il ne faut surtout pas reproduire la même erreur avec les découvertes à venir de gènes influençant nos comportements. Il n’existe pas de « loi naturelle » qui soit à même de donner des directives éthiques à l’homme. C’est à ce message que doivent s’atteler les sociologues dans les prochaines générations et ce serait une erreur de se focaliser sur le débat périme de l’acquis et de l’inné. »

La génétique a l’échelle des millénaires (par Pierre-Henri Gouyon)

(pp.58-61, par Pierre-Henri Gouyon, généticien, professeur à l’Université de Paris-sud ; avec HENRY Jean-Pierre & ARNOULD Jacques, 1997, Les avatars du gène : la théorie néo-darwinienne de l’évolution, Belin.)

Le partage des mêmes ancêtres

« (...) En l’an 800, douze siècles en arrière, ce qui doit représenter environ cinquante générations, nous en sommes à 250 ancêtres ce qui représente un nombre du million de milliards. A ce stade, il n’y a plus de doute, étant donné les valeurs raisonnables pour l’effectif de l’humanité à l’époque, chacun de nos ancêtres de cette période est compté plusieurs fois, des millions de fois en moyenne. Chacun de nos ancêtres de l’époque de Charlemagne est des millions de fois notre ancêtre. Imaginer l’arbre qui résulte de ce processus n’est pas facile, sa structure, en branches coalescentes n’est pas connue et peu d’études lui ont été dévolues. Cet arbre fait intervenir, dans les ascendants de chacun d’entre nous, l’ensemble de la population ancestrale, et ce pour un passé finalement pas si lointain. Etant donné que l’humanité de cette époque est beaucoup trop petite pour contenir tous nos ancêtres potentiels, nos ancêtres se recrutent parmi l’ensemble des individus de l’époque.

p.59 :

(...) Nous sommes tous les descendants des mêmes individus.

(...) L’extraordinaire cohésion génétique des membres d’une même population nous apparaît ici dans toute son évidence. Et par là même la pertinence du concept de population pour étudier l’évolution : une population ne peut évoluer qu’« en bloc » !

(...) Si certains d’entre nous s’imaginent que leur hérédité s’arrête précisément à une frontière quelconque, cela veut sans doute dire qu’ils ont bien peu voyagé tant les variations morphologiques sont progressives dans l’espèce humaine quand on passe d’un lieu à l’autre.

Persistance millénaire de la diversité

(...) Si nous partageons tous les mêmes ancêtres, nous n’en sommes pas moins différents entre nous. Comment cela est-il possible ? Comment faisons-nous, en étant si apparentés et si consanguins pour être différents ?

(...) Pour comprendre comment l’arbre de nos ancêtres peut, malgré l’enchevêtrement de son immense ramure, ne pas déverser dans nos hérédités un fleuve homogène, il fallait l’apport du mendélisme. L’hérédité par mélange, postulée par la plupart des savants du XIX° siècle ne pouvait rendre compte de la situation.

Les croyances catholique et marxiste de « l’hérédité des caractères acquis »

(...) Oubli du vécu en ce qu’on ne peut transmettre à son descendant que ce qu’on a reçu de ses parents. Aussi exemplaire que soit la vie de l’individu, il n’apporte rien à son descendant qu’il n’ait hérité de ses parents ! Que vous soyez sportif ou non, alcoolique ou non ne modifiera en rien ce que vous transmettrez par voie biologique (on voit ici une différence essentielle entre l’héritage biologique et l’héritage socioculturel). La génétique mendélienne intègre l’abandon total de la fameuse « hérédité des caractères acquis » symbolisée par Lamarck mais à laquelle tout le monde croyait au XIX° siècle jusqu’à ce que Weismann s’attache à convaincre la communauté des scientifiques de son inexistence. Cet oubli biologique du vécu, cet effacement des efforts, sera difficile à admettre, surtout dans les milieux catholiques et marxistes ; il ne « colle » par avec la philosophie de la nature, et en particulier de la nature humaine, de ces deux modes de pensée.

« L’oubli » génétique

Oubli de la moitié des « souvenirs » génétiques des parents parce que c’est seulement la moitié du stock génétique qui est transmise à chaque descendant. Pour chaque portion du génome, le descendant reçoit de chacun de ses parents un exemplaire, tiré au hasard parmi les deux exemplaires que le parent avait reçus l’un de son père, l’autre de sa mère.

p.60 :

(...) Cette loterie a quelque chose de choquant car elle implique un oubli définitif. Quel que soit un gène que possédait mon père, je ne l’ai reçu qu’avec une chance sur deux, de même pour un gène possédé par ma mère. Si je n’ai pas reçu ce gène, je ne pourrai bien sûr pas le transmettre à mes descendants. Il est définitivement perdu pour toute la lignée que je peux engendrer.

L’héritage génétique ancestral : une enveloppe vide

(...) Aujourd’hui, les conséquences de cet oubli biologique sont très importantes si on reprend l’analyse de l’arbre de nos ascendants. Si j’ai oublié la moitié des gènes de mes parents, de proche en proche, en remontant mon arbre généalogique, je peux me rendre compte que ne possède qu’un quart des gènes de mes grands-parents, un seizième des gènes de mes arrière-grands-parents... Une autre manière de présenter ce fait consiste à dire qu’un arrière-petit-enfant ne possède qu’un seizième de mes gènes, ou, pire, qu’il en a oublié les quinze seizièmes. Mais alors, cette foule d’ancêtres, cet arbre généalogique si riche et luxuriant devient une enveloppe vide ! La plupart de mes ancêtres ne m’ont en fait rien légué. Chaque fraction de mon génome provient d’un de mes ancêtres mais sa taille ne m’autorise par à avoir gardé le souvenir de plus de quelques milliers, ou plus probablement de quelques centaines d’entre eux. Cela est vrai pour chacun d’entre nous et explique le maintien de la variation dans la population malgré l’ampleur du brassage lié aux croisements dans les populations.

p.61 :

(...) Il est probable que nous soyons tous les descendants de Charlemagne mais il est aussi probable que plus personne ne porte une copie d’une fraction de son génome.

François Jacob et Darwin, entretien

(pp 18-23)

JACOB François :

1954, Les bactéries lysogènes et la notion de provirus, Masson ;

1970, La logique du vivant, une histoire de l’hérédité, Gallimard ;

1981, Le jeu des possibles, essai sur la diversité du vivant, Fayard ;

1987, La Statue intérieure, (autobiographie), O. Jacob (fille de l’auteur) ;

1997, La Souris, la mouche et l’homme, O. Jacob.

p.18 :

« (...) Ce qui est important en science, ce n’est pas ce qui se fait à grand renfort de crédits, mais ce qui se développe dans un grenier ou dans une cave.

(...) Le laboratoire de Darwin était aussi un grenier d’un genre particulier, un grenier flottant au nom de chien (Beagle) où, durant cinq années, il enregistrera les faits sur lesquels il réfléchira longuement par la suite avant d’en proposer une théorie.

(...) Pasteur voyait dans la théorie de l’évolution quelque chose d’un peu abstrait qui ne correspondait pas à son sens du problème concret.

(...) Lwoff, Monod, Jacob, c’est un peu l’arrivée du Beagle à l’Institut Pasteur.

La résistance idéologique par rapport a l’introduction du darwinisme en France

François JACOB - (...) Georges Canguilhem m’avait demandé en 1972 de faire partie du jury de la thèse d’Yvette Conry sur ce thème de la résistance à l’introduction du darwinisme en France. Cette thèse importante décrit fort bien cette histoire. Elle fait tout d’abord apparaître une sorte de chauvinisme, sans aucun doute incroyable en matière scientifique mais indiscutable. Les naturalistes français n’aimaient pas du tout les théories anglo-saxonne ! En matière d’évolution, ils préféraient les théories françaises comme celle de Jean-Baptiste de Lamarck. A ces motifs idéologiques, il faut ajouter que la génétique n’a commencé à être enseignée en France qu’en 1946. Les premières chaires de génétique à la Faculté des Sciences et à la Faculté de Médecine n’ont été crées qu’à cette date, ce qui extraordinaire... Et l’un de nos grands philosophes avec qui j’ai discuté à l’occasion de la rédaction de La logique du vivant, affirmait encore à la fin des années cinquante que la génétique, après tout, n’était jamais qu’une hypothèse ! C’était très étonnant. Autre motif : il y avait la thèse de l’hérédité des caractères acquis dont nous avons eu le plus grand mal à nous décrocher. A la Sorbonne, les professeurs de zoologie, dont le métier était d’assurer l’enseignement sur ce genre de question, ne disaient pratiquement rien de Darwin et du darwinisme jusqu’au moment où Ephrussi d’un côté, ainsi que L’Héritier, Lwoff et Monod entrèrent en scène.

p.19 :

(...) Ce problème de la résistance à la théorie de l’évolution est-il complètement réglé ? Eh bien non, je pense qu’il y a encore pas mal de gens qui refusent cette théorie, moins dans les milieux scientifiques et notamment chez les biologistes où elle est admise avec des variations et des détails, que dans le public. Les journalistes, qui aiment beaucoup voir manger le dompteur, adorent que l’on tire sur Darwin entre autres...

p.20 :

(...) Les journalistes aiment bien que les théories établies soient déboulonnées. Mais il y a bien entendu un motif spécifique aux attaques contre Darwin et le darwinisme, c’est la religion.

(...) Il y avait un dogme, dans la théorie darwinienne de Ernst Mayr, George Gaylord Simpson et Theodosius Dobzhansky. On admettait alors comme à peu près clair que les orgnanismes étaient composés de molécules différentes. Ils étaient composés de protéines, d’acides nucléiques, de graisses etc., mais les protéines d’une vache n’étaient pas semblables par exemple à celles d’un pingouin. Une protéine était censée remplir une fonction. En fait, on pensait que les mutations produisaient des allèles différentes et que c’était l’équilibre entre les différentes allèles qui poussait l’évolution dans telle ou telle direction. La loi d’équilibre dite Hardy-Weinberg (1908), que nous récitions tous, traduisait cette conception : les mutations étaient favorables parce que certaines structures de protéines étaient favorables. L’évolution, la sélection naturelle, poussait plus ou moins régulièrement vers ce type d’allèle plutôt que vers un autre. Autrement dit, on avait l’idée que la structure des protéines d’un animal donné différait de celle des autres animaux.

Ce qui est apparu dans les années soixante-dix, au moment où nous avons commencé à collectionner les structures de protéines, c’est d’une part qu’une structure donnée se retrouvait dans un même organisme avec une fonction différentes et que d’autre part la même structure, ou une structure très voisine, se retrouvait chez des animaux différents. De plus, on trouvait qu’il y avait des morceaux de différentes protéines qui se ressemblaient.

(...) Dans un texte consacré à la fertilisation des orchidées, [Darwin] en est venu à écrire les lignes suivantes : « Si un homme avait à fabriquer une machine pour un usage particulier mais se trouvait obligé d’utiliser de vieilles pièces, des roues, des ressorts et des poulies qui auraient subi une très légère altération, on pourrait dire que la machine tout entière, toutes ses parties, aurait été spécialement agencée pour cet usage. Ainsi dans la nature entière, presque chaque partie de chacun des êtres vivants a probablement servi, dans un état légèrement modifié, à divers usages et a fonctionné dans la machinerie de nombreuses formes vivantes et spécifiques anciennes et distinctes.

(...) Cela agace beaucoup ceux qui n’aiment pas l’idée que les être vivants, et en particulier l’homme, soient le résultat d’un tel processus.

(...) Les premiers gènes ont été constitués par des bouts de séquences de nucléotides dupliqués et raccordés. Car il y a finalement deux façons de faire du nouveau avec du vieux : soit de dupliquer soit de prendre des bouts et de les raccorder.

(...) Le bricoleur sait ce qu’il a dans la tête, il sait ce qu’il veut alors que l’évolution procède à l’aveugle.

(...) Si on nous avait raconté il y a 30 ans, 20 ou 15 ans que les mêmes gènes qui décrivent le plan d’une mouche ou d’un ver décrivent aussi le plan d’un mammifère (et donc de l’homme) nous aurions bien ri ! (...)

p.21 :

Pierre-Henri Gouyon - (...) Ce qui dans la théorie darwinienne choque même les gens bien intentionnés, c’est la difficulté d’appuyer sur elle une éthique. Je voudrais savoir si vous avez déjà ressenti ce problème de savoir si l’on peut fabriquer une éthique en la fondant sur une vision néo-darwinienne du monde ?

F. Jacob - On peut sans difficulté se fabriquer une éthique sur ce qu’on veut... Je trouve toutefois qu’il est beaucoup plus glorieux pour l’homme d’avoir conquis sa place dans la nature que d’avoir été par Dieu installé au milieu de la nature.

(...) Il est à mes yeux beaucoup plus glorieux d’être le produit du milieu que d’avoir été fabriqué intentionnellement par une entité qui domine le monde. Je trouve bien plus admirable d’être passé par un mécanismes qui reste à expliquer (et dont je ne suis pas sûr que l’on expliquera jamais), du non-vivant au vivant et du vivant au pensant. C’est le comble de ce que l’on peut attendre.

Dominique Lecourt - Vous ne pensez donc pas, comme les fondamentalistes américains par exemple, que c’est rabaisser l’homme que de le mettre ainsi en continuité avec les autres animaux ?

F. Jacob - Je pense au contraire que c’est élever l’homme.

Monod et Lwoff

(...) J’ai travaillé avec deux personnages très différents, Lwoff et Monod, dont chacun avait une forte personnalité et un style très différent de l’autre. Ils ne travaillaient pas de la même façon, les idées ne leur venaient pas de la même manière. Lwoff était un artiste, très intuitif. Lorsqu’une idée lui passait par la tête, il fonçait. Monod était un esprit logique, il ne supportait pas que le monde n’eût pas la même logique que lui.

(...) Lwoff ne pensait pas de la même façon. Contrairement à Monod, il n’avait guère de jugements a priori. Il n’avait pas non plus le même style dans sa façon de raconter sa recherche. Evidemment il ne suffit pas de faire des hypothèses, des expériences, il faut encore forcer ses idées à entrer dans la tête des collègues, ce qui s’avère souvent difficile. (...)

D. Lecourt - Ces différentes types de présentation ont-ils une incidence sur le développement ultérieur de la recherche ?

F. Jacob - Je le crois en effet. Comme ce style de présentation a une incidence sur la façon dont les gens avalent ou n’avalent pas les théories sur la recherche ultérieure, sur le façon dont ils vont suivre ou non.

p.22 :

(...) Les jeunes chercheurs se révèlent pratiquement incapables de rédiger correctement des mémoires ou des papiers. Question d’éducation !

(...) Lwoff, lui, n’avait absolument pas cette attitude et lorsqu’il a corrigé ma thèse, il ne s’est pratiquement pas occupé du fond, mais il revu le moindre détail stylistique.

Ouvrir la culture générale sur la biologie

Pierre-Henri Gouyon - Donc un manque de culture littéraire chez les scientifiques ?

F. Jacob - Et un manque de culture scientifique chez les littéraires, je crois que l’on peut aussi dire çà. Vous ne trouvez pas ?

(...) Aujourd’hui certains romanciers savent que l’ADN existe ; ils ont entendu parler de Darwin, ils n’ignorent pas qu’il y a une évolution du vivant, mais je n’ai pas l’impression pour autant que les littéraires aient une idée précise de ce qu’est cette évolution.

D. Lecourt - La théorie de l’évolution n’est guère enseignée dans le secondaire.

F. Jacob - De mon temps, c’était la dernière question du programme que l’on était supposé traiter dans les classes au mois de juin lorsque tous les élèves étaient partis, soit pour le baccalauréat, soit en vacances. Bref, on ne traitait jamais l’évolution. Pour mes enfants, cela a été pareil.

(...) Si j’avais à rédiger un programme de biologie, je commencerais par l’évolution. Je fonderais toute l’étude du vivant en disant aux élèves que les espèces se sont transformées au cours de l’histoire. Je leur parlerais des questions qui se posent : en particulier, comment à un certain moment donné la vie est arrivée ? Pour certains, c’est Dieu qui est intervenu, pour d’autres la vie est le produit d’une chimie cosmique.

D. Lecourt - Cela pourrait être un thème de la réforme des programmes des lycées ?

F. Jacob - C’est la seule mesure que j’ai suggérés lorsqu’on m’a demandé mon avis sur les programmes. Je suis convaincu que cela simplifierait beaucoup la compréhension des enfants si l’on commençait l’étude du monde vivant par l’étude de l’évolution.

p.23 :

(...) La seule véritable question de tous, c’est : « pourquoi y a-t-il quelque chose et pas rien ? » (...)

D. Lecourt - C’est une question philosophique.

F. Jacob - Evidemment, c’est une question philosophique. Finalement, tout finit par des questions philosophiques. Je suis convaincu que nous n’aurons pas de réponse scientifique précise à la question de l’origine de la vie.

(...) Il y a deux façons d’imaginer l’origine de la vie. Selon les uns, la vie ne pouvait pas ne pas arriver et la pensée ne pouvait pas ne pas se former. Les autres disent au contraire que la vie est arrivée une fois et une seule sur cette terre. (...)

Sur la « sociobiologie »

D. Lecourt - Quel est votre sentiment sur les débats sans cesse renaissants sur les exploitations socio-biologiques et politiques ?

F. Jacob - Cette théorie de l’évolution, ce que les gens ne comprennent pas d’abord, c’est qu’elle n’est pas figée, elle évolue. La science, d’une façon générale, n’est pas figée. (...) Sur l’utilisation de la théorie du point de vue social, c’est toujours la même discussion, il y a la droite et la gauche. La pensée réactionnaire qui veut coller la société sur la nature et il y ceux qui ne veulent pas. C’est toujours la même chose, la part d’hérédité et la part du milieu.

P.-H. Gouyon - Vous pensez que c’est réactionnaire ? Darwin et Lamarck ont été invoqués par la gauche à la fin du XIX° siècle ?

F. Jacob - A ce moment-là, il était question d’un monde complètement statique ou au contraire en mouvement. Maintenant le problème a changé. (...) A l’époque de Buffon, il était révolutionnaire de dire que la Terre était très ancienne. Mais maintenant le problème ne se pose plus dans les mêmes termes. Depuis la fin du siècle dernier, la droite qui préfère ne rien changer essaie d’attribuer à la nature l’idée qu’il ne faut rien changer.

P.-H. Gouyon - Est-ce que d’après vous les scientifiques devraient s’abstenir d’essayer d’expliquer les comportements animaux et humains avec de la biologie évolutive ?

F. Jacob - Darwin a bien montré qu’il y avait une évolution des comportements et l’étude des comportements animaux a conduit à la sociobiologie. Tant que l’on ne parle pas de l’homme, la sociobiologie c’est tout à fait raisonnable. Tant qu’on se contente d’étudier les fourmis cela reste très bien, mais lorsque l’on dérive sur l’homme, cela devient risqué.

P.-H. Gouyon - Mais est-il légitime de la faire malgré tout sachant que les résultats risquent d’être exploités et déformés ?

F. Jacob - Ce qui va être intéressant à mon avis, c’est le génome, parce que j’ai l’impression que nous allons en apprendre des vertes et des pas mûres. Le génome ne sera pas politiquement correct. Il y aura beaucoup d’éléments qui nous apporteront des surprises. Et je ne pense pas qu’il faille s’interdire de faire des modèles sous prétexte que certains pourront les utiliser. Ce ne sont pas les idées de la science qui déterminent les passions, mais les passions qui utilisent la science pour conforter leurs propres idées.

P.-H. Gouyon - Je suis presque sûr qu’il y aurait plus de gens pour travailler sur le comportement et la génétique humaine, s’il n’y avait pas ces difficultés socio--politiques.

F. Jacob - Mais ce genre de travail va éclore dans la foulée du génome.

D. Lecourt - Il va faire apparaître beaucoup plus de comportements biologiquement déterminés qu’on ne le pensait ?

F. Jacob - Probablement. L’exploitation des résultats va prendre du temps, cela va être long, parce que c’est compliqué. On n’aura pas les moyens de décortiquer cela pendant longtemps, mais je pense que nous apparaîtrons beaucoup plus étroitement déterminés qu’on ne le croit aujourd’hui. De mon point de vue, tout individu est le produit d’une interaction entre la biologie et l’environnement. Et il est très difficile de déterminer la part de chacun, si même cela peut avoir un sens.

Bibliographie concernant Darwin

1992, L’Origine des espèces, Flammarion ;

1981, L’Expression des émotions chez l’Homme et les animaux, Bruxelles, Complexe ;

ARNOULD J., 1998, La théologie après Darwin, Cerf ;

BOWLBY J., 1995, Charles Darwin. Une nouvelle biographie, Puf ;

COHEN C., 1999, L’homme des origines, Seuil ;

CONRY Yvette, 1974, L’introduction du darwnisme en France au XIX° siècle, Vrin ;

Actes du colloque organisé par Yvette CONRY et Dominique LECOURT, 1983, De Darwin au darwinisme : science et idéologie, Vrin ;

CRICK F., 1989, Une vie à découvrir : de la double hélice à la mémoire, O. Jacob ;

DEVILLERS C. & TINTANT H., 1996, Questions sur la théorie de l’évolution, Puf ;

GOULD S.J., 1997, La mal-mesure de l’homme, O. Jacob ;

KEVLES D., 1995, Au nom de l’eugénisme, Puf ;

LECOURT Dominique, 1995, Lyssenko, histoire réelle d’une « science prolétarienne », Quadrige, Puf ;

MONOD Jacques, 1970, Le hasard et la nécessité, Seuil ;

MORANGE M., 1998, La part des gènes, O. Jacob ;

TORT P., 1992, Darwinisme et société, Puf ;

TORT P., 1996, Dictionnaire du darwinisme et de l’Evolution, 3 vol., Puf, 2980 F ;

WHRIGHT R., 1995, L’Animal moral, Michalon.

DORTIER Jean-François, 2001, « Darwinisme : une pensée en évolution », Sciences Humaines n° 119, août-septembre, pp. 24-29

Huxley contre les moralistes ignorants

p. 26

« (...) En 1863, trois ans après la sortie de L’Origine des espèces, Huxley publie La Place de l’homme dans l’évolution. S’appuyant sur des comparaisons anatomiques et les premières découvertes de crânes fossiles de néandertaliens (faites en 1856), il ose affirmer directement et clairement que l’espèce humaine a connu elle aussi l’évolution : les hommes actuels dérivent d’un ancêtre primitif apparenté aux singes. On connaît la tempête que va déclencher cette affirmation auprès de l’Eglise. Un des épisodes les plus fameux est la querelle qui oppose Huxley à l’évêque de Wilberforce lors de la réunion d’Oxford, qui a lieu en 1860. Au cours de cette polémique publique, l’évêque se serait moqué des thèses évolutionnistes en demandant à Huxley s’il « descendait du singe par son grand-père ou sa grand-mère », ce qui aurait provoqué les rires du public. Cette attaque perfide lui aurait valu une cinglante réplique de Huxley. Après avoir démontré point par point les critiques de l’évêque, le savant aurait rétorqué qu’à tout prendre, il préférait « descendre d’un singe plutôt que d’un évêque qui utilisait son autorité spirituelle pour traiter de questions dont il ne comprenait rien ! ». On sait désormais que cette réplique, censée avoir cloué le bec à l’évêque de Wilberforce, est une pure légende, complaisamment déformée et rapportée depuis cent cinquante ans.

Spencer, évolutionniste lamarckien

p. 27

(...) Spencer étend [la loi de Baer] à l’évolution des espèces et à l’organisation sociale. De même que l’embryon passe de formes primaires à des formes complexes, les sociétés passent des formes primitives à des formes complexes et différenciées. Concernant les causes de cette évolution, pour les espèces vivantes, Spencer est lamarckien : il croit à l’hérédité des caractères acquis. A propos des sociétés humaines, le mécanisme principal d’évolution est fondé sur la compétition entre individus et « la survie du plus apte ».

La théorie synthétique de l’évolution, intégrant le phénomène de mutation génétique aléatoire

p. 29

(...) La redécouverte des lois de l’hérédité notamment, par Hugo de Vries (1900), puis la naissance de la génétique moderne vont aboutir, dans les années 40, à la formulation de la « théorie synthétique de l’évolution », appelée aussi néodarwinisme. La théorie synthétique, c’est le mariage de la génétique et de la théorie de l’évolution des espèces. Elle repose sur un principe de base : la transformation des espèces s’effectue par mutations génétiques (Darwin ne connaissant pas la génétique, il imaginait plusieurs mécanismes différents de transmissions héréditaires). Cette synthèse va aboutir à éliminer ‑ faute de preuve ‑ les versions larmackiennes de l’évolution.

Diversification des théories évolutionnistes

(...) A partir des années 60/70, la théorie synthétique va se diversifier à son tour en plusieurs variantes et sous-modèles divergents. En biologie moléculaire, des modèles dissidents vont apparaître comme la « théorie neutraliste » du généticien japonais Motoo Kimura. En paléontologie, la « théorie des équilibres ponctués » de Niles Eldredge et Stephen Jay Gould remet en question la version gradualiste de l’évolution. La systématique va se diviser en écoles rivales ; le rôle central de la sélection naturelle dans l’évolution va être contestée. En biologie moléculaire, de nombreux débats vont porter sur les micro et macro évolutions.

Evincement de l’évolutionnisme en sciences humaines dans les années 1940

(...) Dans les années 40, au moment où la théorie synthétique s’impose en biologie, l’évolutionnisme connaît un brutal déclin dans les sciences humaines. Les variantes du darwinisme social (eugénisme, anthropologie physique), aux relents racistes, subissent un profond discrédit.

Retour de l’évolutionnisme en sciences humaines dans les années 1970

(...) Ce n’est que dans les années 70, avec le développement de l’éthologie humaine, de la sociobiologie, de l’écologie humaine, puis à partir des années 80, d’une psychologie évolutionniste que réapparaissent des tentatives visant à ancrer l’humain et le social dans le monde vivant. Ces tentatives d’application de la sociobiologie aux comportements humains vont déchaîner de furieuses polémiques, même si, contrairement aux caricatures qui en sont faites par ses détracteurs, la sociobiologie ne se réduit pas à un modèle unique de darwinisme social.

« Saltationnisme »

Contre la vision gradualiste de l’évolution défendue par Darwin (l’apparition de nouvelles espèces se réalise par légères modifications successives), le saltationnisme soutient que l’évolution des espèces s’effectue pas « sauts » (d’où vient « saltation »). L’apparition d’une nouvelle espèce serait donc un phénomène brutal et rapide.

« Théorie neutraliste »

Pour le généticien japonais Motoo Kimura, beaucoup de mutations génétiques ne sont ni favorables, ni défavorables au regard de l’environnement, mais simplement « neutres ». L’accent est donc mis sur la logique interne des mutations plutôt que sur l’élimination par sélection naturelle.

Darwin : il n’y a pas de différence de nature entre l’homme et l’animal

p. 28

(...) Darwin s’attache à montrer « qu’il n’existe aucune différence fondamentale entre l’homme et les mammifères supérieurs pour ce qui est de leurs facultés mentales ». Si les humains sont incontestablement plus intelligents que les animaux supérieurs, cette différence est plus de degré que de nature. Car les animaux supérieurs sont doués de capacités d’apprentissage, d’intelligence, de sentiments, d’émotions tous comme les humains et ont même un embryon d’éducation, de langage, et de sens esthétique. Sur ce point, Darwin n’oppose pas l’animal à l’humain selon un axe nature/culture, ou inné/acquis. Tout deux agissent à la fois en fonction d’instincts (innés) et d’habitudes (acquises). Tous deux possèdent de l’intelligence, même si l’homme en est mieux pourvu.

Inné et acquis : tout comportement courant d’une part (évident) ; excellence scolaire et appartenance sociale d’autre part (douteux)

Il y a (au moins) deux sens à l’inné et l’acquis :

1°) tout comportement est le fruit de structures ou instincts innés et d’habitudes acquises. Il n’est pas question ici d’appartenance sociale. Cette acception concerne les individus de toutes les classes sociales. Elle concerne même toutes les espèce animales.

2°) Une réussite supérieure, une excellence à l’école est permise par des outils cérébraux naturels produits par le génotype et des outils développés par les parents, outils indexés à leur appartenance sociale.

La première acception est évidente et indiscutable.

Dans la 2ème acception, je doute personnellement de la puissance du facteur social des parents en face des potentialités intrinsèques de l’enfant, quand bien même la 1ère acception est vraie.

Ce que je veux dire, c’est que, pour tout enfant, un comportement est le fruit d’instincts innés et d’habitudes acquises, mais il n’est pas pour autant certain que l’appartenance sociale des parents favorise l’excellence scolaire de l’enfant.

Bien souvent, on essaye de nous faire passer l’acception 2 (et une forte influence de l’appartenance sociale des parents sur l’excellence scolaire) sous prétexte de l’acception 1 (qui n’a pourtant rien à voir).

« L’effet réversif », selon Patrick Tort

(...) La sélection naturelle a favorisé l’apparition chez les humains d’instincts sociaux (amour, sympathie, altruisme), qui encouragent les comportements de protection et de défense des plus démunis. Et ces comportements s’opposent donc à leur tour à la sélection naturelle qui leur a donné naissance. D’où le nom « d’effet réversif de l’évolution » donné par P. Tort à cette théorie.


III. Evolutionnisme et comportements humains

GUILLO Dominique, 2001, « Les théories néodarwiniennes de la société et de la culture », Sciences Humaines n° 119, août-septembre, pp. 30-33 ;

Dominique Guillo est chargé de recherche au CNRS. Il a publié Sciences sociales et sciences de la vie (2000, Puf).

Quatre courants de la sociobiologie

p. 30

(...) On peut dégager au moins quatre grands types de modèles : 1) la sociobiologie humaine stricto sensu ;  2) la théorie des « mèmes », forgée par Richard Dawkins ; 3) les théories de la coévolution gène/culture ; 4) et enfin les théories anthropologiques inspirées des sciences cognitives.

Wilson et la « détermination génétique » des comportements sociaux

p. 31

(...) Dans le dernier chapitre, celui qui déclencha la polémique, E.O. Wilson a voulu transposer la logique darwinienne à toute une classe de phénomènes humains : le mariage, la morale, la religion, les rituels, le troc, la division du travail homm/femme. Ainsi, à ses yeux, les normes sociales (règles de l’éthique, de l’évitement de l’inceste, de mariage, de parenté) sont l’expression de dispositions biologiques ancrées dans les gènes humains. Ces dispositions génétiques, dont le siège se trouverait pour l’essentiel dans le système limbique du cerveau, auraient été sélectionnées chez nos ancêtres du pléistocène, en vertu des avantages qu’elles procuraient.

R. Dawkins et les « mèmes » culturels (cf. Sperber)

(...) La culture de chaque groupe humain peut être décrite, selon R. Dawkins, comme un ensemble d’unités qu’il choisit de nommer les « mèmes » ‑ qui forment en quelque sorte les idées élémentaires d’une culture. Un mème ‑ ce peut être l’idée de Dieu, une recette de cuisine, une chanson, une opinion xénophobe, une adagio de Mozart, un théorème mathématique... Les mèmes se transmettent de cerveau à cerveau en se répliquant, tout comme les gènes au cours de la reproduction. La réplication s’effectue ici, principalement, par imitation, au sens large, d’autrui : les bons réplicateurs culturels colonisent ainsi les populations humaines.

Les mèmes se transmettent, se reproduisent fidèlement ou s’altèrent, connaissent plus ou moins de succès et de contagion

p. 32

Les mèmes se transmettent donc d’un cerveau à l’autre comme les virus dans un processus épidémiologique. Mais comme pour les gènes, qui se transmettent également par réplication, il y a parfois des ratés dans le processus de copie. Et cette copie modifiée se solde par la production d’une réplique mutante : le moine du Moyen Age oublie ou modifie une phrase en recopiant un ouvrage ancien ; ou gouvernement fait voter une un amendement à une loi ; une personne change un mot dans le couplet d’une chanson ; ou encore, quelqu’un introduit une amélioration technique dans les moteurs automobiles ou modifie la coupe d’un vêtement. Souvent, les mèmes mutants ne parviennent pas à produire de répliques d’eux-mêmes : en d’autres termes, personne ne les imite. Mais dans certains cas, sautant d’un cerveau à un autre, ils se répandent dans la population, parfois de façon fugitive ‑ ce sont les modes ‑, parfois de manière durable ‑ comme le mème de Dieu, par exemple. En ce sens, les mèmes, comme les gènes, sont l’objet d’un processus de sélection.

Les théories d’une coévolution gène/culture

(...) C’est en anthropologie que ces théories ont remporté, jusqu’à aujourd’hui, leurs plus grands succès, notamment à travers le modèle de la transmission des traits culturels de L. Cavalli-Sforza et Marcus W. Feldman, et celui de l’évolution des organismes culturels proposés par Robert Boyd et Peter J. Richerdson. Dans cette discipline, les réflexions théoriques menées autour de l’analogie entre les gènes et les réplicateurs culturels se sont peu à peu orientés vers la constitution d’une théorie globale de la culture, intégrant les deux niveau d’évolution. Deux tendance majeures se dessinent dans ces modélisations de la coévolution gène/culture.

La coévolution gènes/culture selon E.O. Wilson

L’idée générale de la coévolution gène/culture, telle que l’entend E.O. Wilson, peut se résumer ainsi : la sélection naturelle favorise l’acquisition, par les gènes porteurs de certaines aptitudes, des comportements culturels (aptitude à l’apprentissage, création d’outils, maîtrise du langage, conduites sociales, etc.). Les cultures humaines qui se développent à partir de ce fonds d’aptitudes (génétiquement programmées) influent en retour sur la sélection des gènes porteurs de ces comportements.

La peur « naturo-culturelle » des serpents

La peur et la fascination face aux serpents résultent en partie d’un instinct inné chez la plupart des mammifères. Chez les humains, la transmission de la peur du serpent se fait autant par le relais de la culture que par instinct : de nombreuses sociétés ont construit des mythes autour du serpent comme représentant du mal. L’adoption de ce « culturegène » (peur des serpents) favorise donc la fuite face aux serpents, et les sociétés qui adoptent et transmettent le mieux ces « culturegènes » ont une meilleure chance de survie. Il y a donc coévolution entre gène/culture.

La culture, en dernière instance dépendante de la nature

Toutefois, même si la culture intervient ici dans le processus de sélection des aptitudes, elle constitue en définitive le relais ou l’accélérateur de l’évolution, plutôt que son véritable moteur : en dernière instance, les conduites et les croyances, autrement dit la culture, restent encore sous le contrôle des gènes : les gènes « tiennent en laisse la culture », dit E.O. Wilson.

De la diversité de qualité scientifique des différentes théories

p. 33

(...) Parmi ces différents modèles néodarwiniens, tous n’ont pas la même qualité scientifique. Certains relèvent de spéculations sommaires et à forte charge idéologique. C’est le cas de bien des études qui jalonnent la littérature sociobiologique consacrée à l’homme. D’autres, comme celui de W.H. Durham, constituent des modèles élaborés et complexes. La communauté ou la ressemblance de vocabulaire ne doit pas tromper sur la nature de ces différents modèles. Il est important d’analyser chacun d’eux à part, dans sa spécificité, et de se demander, dans chaque cas, si l’on a affaire à une formulation théorique originale et suffisamment solide pour être discutée, ou à un simple habillage lexical, destiné à donner l’allure de la science à des vues stériles. »

 

WILSON E.O., 1987 (1975), La Sociobiologie, Le Rocher ;

LUMSDEN C.J. & WILSON E.O., 1981, Genes, Mind, and Culture. The coevolutionary process, Harvard University Press ;

DURHAM W.H., 1991, Coevolution, Genes, culture and human diversity, Stanford University Press ;

WRIGHT R., 1995, L’Animal moral, Michalon ;

DORTIER Jean-François, 2001, « Qu’est-ce que la psychologie évolutionniste ? », in Sciences Humaines n° 119, août-septembre, p. 37 ;

Le cerveau, préprogrammé par l’évolution

(...) Pour Leda Cosmides et John Tooby, deux des pionniers de l’approche évolutionniste en psychologie, le cerveau n’est pas une cire molle sur laquelle on peut graver n’importe quel programme. Comme tous les organes du corps, le cerveau a été façonné par l’évolution pour résoudre des problèmes adaptatifs précis : se reproduire, se nourrir, se défendre, analyser son environnement, communiquer avec les membres de son groupe.

Un courant de la psychologie évolutionniste s’intéressant aux affects

(...) On peut distinguer deux courants en son sein. L’un est issu de la sociobiologie et de l’éthologie humaine, et s’applique surtout au domaine des affects : les émotions, conduites morales ou comportements amoureux.

L’explication évolutionniste des différentes formes de jalousie chez l’homme et la femme

Par exemple, la différence dans le mode d’expression de la jalousie chez les hommes et les femmes sera expliquée par leur mode de reproduction respectif. Si les hommes sont plus sensibles à l’infidélité sexuelle de leur compagne qu’à son infidélité affective, c’est parce qu’un mâle n’est jamais assuré d’être le véritable géniteur de sa compagne. Cette forme de jalousie masculine a donc été sélectionnée par l’évolution. Par contre, la jalousie féminine est plutôt de nature émotionnelle : car l’infidélité affective de leur compagnon aurait des conséquences plus graves qu’une infidélité sexuelle : elle risque d’être délaissée, seule responsable de l’éducation de ses enfants.

Un courant s’intéressant aux capacités cognitives

L’autre courant de la psychologie évolutionniste concerne le domaine des aptitudes intellectuelles : perception, raisonnement, mémoire, conscience, langage. Ainsi, la vision des couleurs est, au sein des mammifères, une aptitude innée spécifique aux hommes et aux grands singes. La capacité à dénombrer un petit nombre d’objets (de 1 à 6) est une aptitude innée, présente chez l’homme et plusieurs autres espèces (le rat, les oiseaux, les singes...). En s’appuyant notamment sur l’étude des capacités précoces des nourrissons, la psychologie évolutionniste tente d’établir une sorte de répertoire des aptitudes mentales ou des conduites émotives héritées de l’évolution : catégorisation, raisonnement, perception des lois du monde physique, aptitudes spatiales, conscience, perception des intentions, langage.

Les critiques anti-innéistes

Les raisonnements de la psychobiologie évolutionniste attirent les critiques de ceux qui y voient une façon de vouloir expliquer toutes les conduites humaines par le passé évolutif des hommes, l’hérédité des conduites, les mécanismes adaptatifs, figeant ainsi les comportements humains dans le cadre de lois naturelles inamovibles.

Des apprentissages acquis greffés sur des facultés naturelles

Les psychologues évolutionnistes se défendent résolument de vouloir tout réduire à l’inné. Tous admettent qu’un grand nombre de conduites et aptitudes humains ne sont pas « naturelles » : le calcul mental, la lecture, le piano, la pratique musicale exigent des années d’apprentissage et sont évidemment des aptitudes acquises. Simplement, ces apprentissages ne seraient pas possibles sans un outillage mental de base qui, lui, est universel, inné et propre à l’espèce humaine. La culture (technique, sociale, et les apprentissages de toutes sortes) se greffe sur des aptitudes (cognitives et émotionnelles) qui sont relativement stables et héritées de notre passé évolutif.

 

TOOBY J. & COSMIDES L., 1995, « Evolutionary Perspectives », in GAZZANIGA M.S. (dir.), The Cognitive Neuroscience, MIT ;

PLOTKIN H., 1997, Evolution in Mind. An introduction to evolutionary psychology, Penguin Press ;

Autres références sur l’évolutionnisme

BUICAN Denis, 1995, Evolution de la pensée biologique, Hachette ;

GRIMOULT Cédric, 2000, Histoire de l’évolutionnisme contemporain en France. 1945-1995, Droz ;

DENNETT Daniel C., 2000, Darwin est-il dangereux ?, Odile Jacob ;

(Dennett, darwinien, estime que la théorie de la sélection naturelle s’oppose à toute forme de finalisme.)

 

(Note de la revue sur P. Tort : les ouvrages de P. Tort ont une double nature : ils comportent à la fois un travail d’érudition exemplaire sur l’oeuvre de Darwin, et en même temps une vaste machine de guerre, militante et obsessionnelle, contre les supposées dérives du darwinisme social)


IV. Éthologie

L’adoption, la transmission et la contagion « culturelles » d’un procédé chez le chimpanzé : l’écrasement des fruits

(in Sciences & Avenir, 2000, n° 644, octobre, p. 20)

« Victime des mauvais traitements d’un propriétaire peu scrupuleux, édentée, puis abandonnée au zoo de Madrid, Linda avait bien du mal à se nourrir. Sept mois après son arrivée, pour contourner son handicap, ce chimpanzé femelle de 5 ans a inventé son propre presse-purée en écrasant pommes ou oranges contre un mur pour en récupérer la bouillie et le jus... Très vite, les autres chimpanzés se sont mis à l’imiter, excepté le couple dominant. Aujourd’hui la quasi-totalité du groupe reproduit ce comportement qui représente plus un divertissement dans la vie captive des singes qu’un réel besoin. Et cette attitude est récurrente chez les deux générations suivantes.

Samuel Fernandez-Carriba, primatologue à l’université de Madrid, qualifie cette adaptation de « rite culturellement transmis ». De tels cas de transmission de savoir existent dans la nature, notamment parmi les chimpanzés qui utilisent des brindilles pour piéger les termites ou ceux qui cassent des noix au moyen de pierres. En tout, 39 comportements différents ont été identifiés dans quelques groupes vivant en Afrique. Cependant, aucune transformation de nourriture n’a été observée jusqu’ici chez des singes vivant en liberté. »

Remarque : parallélisme avec le phénomène de « culture » chez l’homme

Il m’apparaît évident que la « culture » chez l’homme procède des mêmes phénomènes, également décrit par Sperber dans La contagion des idées : un individu, soit de manière fortuite soit contraint par un besoin et un intérêt vitaux, découvre un procédé utile, pertinent. Ce procédé prend la forme d’une « idée », matérielle, chimique, constituée et stockée dans le cerveau. Un spectateur reçoit cette idée par perception visuelle ou auditive et comprend son bien-fondé : il l’adopte pour sa pertinence et crée dans son cerveau une « idée » analogue, représentant le procédé, qu’il va pouvoir effectuer lui aussi. Un troisième individu pourra observer cet adoptant et adopter à son tour l’idée et le procédé. Ce qu’on appelle « culture », chez l’homme ou l’animal, n’est qu’une agrégation de ces idées « culturelles », stockées dans le cerveau et transmises d’individus à individus.

Il reste à connecter cette question avec le débat « nature/nurture », « nature/environnement ». Il est évident que c’est un phénomène extérieur, observé par les sens perceptifs, qui est à l’origine de l’idée « culturelle ». En revanche, le jugement d’adopter ou non cette idée (c’est-à-dire la compréhension de son utilité, sa projection pour soi-même et différentes tâches relevant de la mémoire de travail) semble plutôt dépendre des capacités cognitives propres au sujet. Ces capacités s’éduquent-elles ou sont-elles fortement dépendantes de potentialités natives ? Difficile à dire. La seconde option semble cependant plus probable. J’ai l’intuition qu’une personne très « cultivée » est d’abord une personne intelligente. Car le chimpanzé n’a adopté le procédé technique que parce qu’il avait compris sa pertinence. On pourrait dire que l’adoption de certaines idées est parfois facilités, sous-tendue, par d’autres idées déjà stockées. Certes. Mais celles-ci ont bien un jour été adoptées elles aussi, sur la base d’une analyse pertinente. Un homme « cultivé » ne peut donc pas être idiot (ou à moins qu’il ne soit par réellement cultivé). Sa culture lui a nécessité des capacités cognitives, lesquelles sont elles-mêmes le fruit de potentialités natives.

Attention : ceci ne doit pas signifier qu’une différence apparente de culture ou de savoir entre deux individus est le reflet d’une différence de potentialités. Ce pourrait être le cas si ces deux individus avaient les mêmes histoire et environnement.

En revanche, des différences de niveau de « culture » entre deux espèces est manifestement le signe de différences de potentialités cognitives (lesquelles sont liées à des capacités de logique et de mémoire, mémoire de travail et mémoire à long terme). La « culture » s’oppose-t-elle donc à la nature, aux capacités cognitives naturelles ? Cela n’est pas sûr.

Sciences & Avenir, 2001, Le point sur les différences et analogies entre l’homme et le singe, n° 647, janvier, pp. 50-55 ; extraits choisis et titrés ;

Une femelle gorille secourt un « petit d’homme »

p. 51

« L’enfant gesticulait tellement qu’il avait soudain échappé aux bras de sa mère. Il était tombé trois mètres en contrebas, dans la fosse aux gorilles d’un zoo, près de Chicago. Panique chez la mère et les spectateurs de la scène ! Avant même que l’alerte ne soit donnée, Binti avait doucement pris le petit garçon commotionné dans ses puissants bras de dame gorille, et était allée directement le porter au personnel animalier.

Pascal Picq : les barrières entre l’homme et le singe se rétrécissent régulièrement

(...) « Il n’y a plus grand-chose aujourd’hui, qui soit encore le propre de l’homme et que nous ne partagions pas avec le singe », assène Pascal Picq, paléoanthropologue au Collège de France. Il y a seulement quelques dizaines d’années (...) le terme même d’intelligence animale était tabou.

Diversité de profils psychologiques chez les singes

(...) [Pascal Picq :] « Je suis allé filmer les singes du zoo d’Arnhem, aux Pays-Bas. Très vite, au bout de 3 ou 4 jours, on apprend à les reconnaître. Vous voyez ceux qui sont malin, ceux qui le sont moins, ceux qui sont fourbes... »

Comportement de simulation et de tromperie chez le singe ; capacité d’analyse de l’intention d’autrui

(...) Ne serait-ce que dans le domaine de la tromperie ou dans la manière de tisser des liens sociaux complexes, les singes, particulièrement les hominoïdes (bonobos, chimpanzés, gorilles et orangs-outans) n’ont en effet rien à envier aux hommes. Ils savent se faire des cachotteries et se mentir les uns aux autres. Des observations ont été faites sur des chimpanzés qui se mettaient à jouer au malade et à boiter uniquement à proximité de dominants dont ils étaient les souffre-douleur. Ce qui est significatif car cela suppose, chez ces animaux, la conscience de savoir comment son comportement peut être perçu et interprété par autrui.

De l’humour chez les chimpanzés ; F. de Waal

p.52

L’un des tours favoris des chimpanzés, en captivité, consiste à mettre discrètement de l’eau dans leur bouche dès qu’un inconnu approche. Ils restent alors impassibles jusqu’au moment où leur cible se trouvera à bonne distance pour être aspergée.

Faut-il interpréter ces actes comme des farces et, question subsidiaire, cela signifie-t-il que le sens de l’humour n’est pas uniquement humain ? Le zoologiste Frans de Waal a été témoin de scènes dont l’interprétation va dans ce sens. Au zoo de San Diego (États-Unis), l’enclos des bonobos comportait un fossé à sec profond de deux mètres et muni d’une chaîne pour qu’ils puissent y descendre et remonter. À plusieurs reprises, dès que Vernon, le mâle dominant, descendait dans la fosse, l’un des adolescents, Kalind, se précipitait sur la chaîne, qu’il remontait à toute vitesse. Il restait alors là, à observer Vernon, la bouche grande ouverte ‑ signe de rires chez les grands singes ‑, et tapant du plat de la main sur le bord du fossé.

De la capacité « d’empathie » chez le singe

Si les singes sont capables de se mettre à la place de l’autre, de le comprendre, c’est qu’ils sont dotés d’empathie, un trait comportemental que l’on croyait naguère dévolu aux seuls humains. Faire preuve « d’humanisme », justement, et manifester de la sympathie pour un autre être vivant a pourtant déjà été observé chez les singes, principalement des hominoïdes bien sûr, mais pas seulement. Plusieurs cas de macaques prenant un soin particulier d’un individu handicapé (aveugle, paralytique) ont été répertoriés.

Empathie et décentration à l’égard d’une autre espèce : Kuni et l’étourneau

Plus étonnant, ce sentiment d’empathie est parfois dirigé sur une autre espèce que la sienne. Une bonobo du zoo de Twycross (Angleterre), Kuni, avait ainsi capturé un jeune étourneau. Elle le posa à terre, mais l’oiseau, bien qu’indemne, ne parvenait pas à s’envoler et était visiblement tétanisé de peur. Elle le prit dans sa main, le jeta en l’air, mais l’oiseau retomba. Elle le reprit et grimpa au sommet de l’arbre le plus élevé. Arrivé en haut, Kuni déplia précautionneusement les ailes de l’étourneau, les ouvrit bien grand et le projeta au-delà des limites de son enclos... Cette observation est remarquable car elle met en lumière le fait que cette guenon bonobo avait observé des oiseaux voler, qu’elle avait saisi que les ailes leur étaient essentielles et qu’elle s’était mise à la place de l’étourneau pour comprendre ce qui serait le mieux pour lui.

L’espèce des bonobos, camouflet pour les « homo-différencialistes »

Longtemps considérés comme des chimpanzés nains, les bonobos ne sont reconnus comme espèce à part entière, et étudiés, que depuis une vingtaine d’années. Avec les chimpanzés, ce sont sûrement ceux qui ont contribué à jeter le plus grand désarroi parmi les ardents défenseurs des caractères « propres à l’homme ».

La sexualité humanisante des bonobos

(...) Autre trait comportemental pour lequel les bonobos ont porté un sérieux coup à la fierté humaine : le sexe. Ils ne se contentent pas de copuler souvent, mais, en plus, dans toutes les positions, dont en face à face, ce qui était du jamais vu, humains exceptés. De surcroît, ces animaux, pour qui les jeux de l’amour ne semblent avoir aucun secret, se livrent à de longs et profonds baisers langoureux. Un camouflet pour les primatologues qui s’obstinaient à ne voir dans les baisers ‑ pratiqués par tous les singes ‑, que des contacts comme les autres, dénués de tout affect.

Remarque personnelle : le plaisir et l’émotion amoureux et sexuels se déclinent probablement le long d’un continuum parmi les différentes espèces : il n’y a pas de rupture en la matière entre les humains et les autres animaux

Ce constat « d’humanisation » de la sexualité des bonobos tombe sous le sens. En effet, malgré toutes les croyances mystiques que l’homme peut avoir sur son propre compte, la sexualité humaine (y compris les sentiments amoureux, la passion, la séduction, l’approche, les passages à l’acte, les caresses, toutes sortes de préliminaires... jusque l’acte lui-même) ne semblent pas avoir de raison sérieuse d’échapper à des phénomènes naturels, dont la manifestation est certainement matérielle, chimique, hormonale, neuronale. Il n’y a, dans l’amour humain, rien qui soit a priori « magique, divin ou transcendantale » (ceci ne retirant rien à l’ivresse et au bonheur qu’il procure). Il n’y a rien d’extra-naturel dans l’amour humain. Or, sachant que l’homme et les primates ne se distinguent que d’1 % d’ADN, c’est-à-dire quelques centaines de gènes seulement, et lesquels concernent bien autre chose que la sexualité ou l’amour, il semble tout à fait naturel que des animaux comme les bonobos pratiquent une sexualité très ressemblante à celle des hommes. Allons plus loin : il est extrêmement vraisemblable (et même si cela peut choquer le sens commun, les « vieilles habitudes » cognitives ou l’amour-propre humains) que les bonobos ressentent les mêmes impressions, sensations, sentiments non seulement au cours de l’acte lui-même mais aussi pendant les étapes qui précèdent : attirance, séduction, « coup de foudre », désir, prise de contact, approche, préliminaires... Il y a tout à parier, raisonnablement, scientifiquement, à ce que les bonobos ressentent en la matière à peu près les mêmes « sentiments » que les humains. Et cette ressemblance ne s’arrête pas aux bonobos : elle va se prolonger jusqu’aux chimpanzés (de manière moins marquée), jusqu’aux gorilles, aux orangs-outans, aux autres mammifères, aux chiens, aux chats, etc... dans un continuum gradué, mais sans rupture qualitative radicale. Il y a même très certainement du plaisir et de « l’émotion » dans l’approche et l’accouplement (face à face) des escargots (voir d’ailleurs le film Microcosmos).

L’acte sexuel pour régler les conflits

p.53

Chez les bonobos, le recourt à l’acte sexuel ne se fait pas uniquement lors des périodes de reproduction, mais à chaque fois qu’un conflit est sur le point d’éclater dans le clan et qu’il faut le résoudre. Au lieu d’en venir aux mains, ils en viennent au sexe. Une façon de « réconcilier sur l’oreiller » qui en fait une des espèces de singes les plus paisibles qui soit. Rien à voir, sur ce point, avec les chimpanzés, qui par leur moeurs violentes, font beaucoup plus penser aux hommes.

Le comportement « étrange » des chimpanzés à l’égard de la mort de l’un des leurs

Une autre caractéristique de l’espèce humain est sa conscience de la mort. Parce que c’est un événement somme toute rare, peu d’observations ont été faites de singes confrontés à ce sentiment. L’une des plus troublantes est rapportée par Christophe Boesch, de l’Institut Max-Planck de Leipzig (Allemagne) qui a assisté à la scène en Afrique. Un chimpanzé mâle avait été tué par une panthère. Les grands mâles dominants se sont installés autour et se sont mis à l’épouiller, ce qui n’arrive jamais en temps normal s’agissant d’un individu de range inférieur. De plus, ils n’ont pas léché ses plaies, ce qui se pratique habituellement pour aseptiser. Ni le sang qui avait éclaboussé les feuilles alentour, et qu’en bons carnivores, ils apprécient pourtant. Les femelles apparentées au mort se sont ensuite approchées, puis les autres membres du clan. Ils se sont tout réunis autour du corps, en cercle, pendant un temps très long, avant de finalement s’éloigner, certains se retournant pour un dernier regard. Ce comportement inhabituel ne prouve peut-être pas qu’ils ont une conscience de la mort mais, du moins, sentaient-ils que l’individu était dans un état anormal, voire irrémédiable.

Le langage : incapacité physiologique d’oraliser, mais capacités réflexives et grammaticales

Reste la question du langage. Sûrement la dernière barrière qui nous sépare encore des grands singes. Quoique... C’est entendu, ils ne parlent pas. Ils ne peuvent pas. La position de leurs larynx et pharynx leur interdit. Pourtant, tout comme les humains, ils disposent de zones cérébrales du langage, les aires de Wernicke et de Broca. La présence de ces aires expliquent que les grands singes ont les capacités cognitives pour comprendre des modes de communication complexes comme moult expériences l’ont démontré. Kanzi, le bonobo, saisit parfaitement l’articulation de la grammaire anglaise. Exemple parmi d’autres : il comprend la différence entre « prends le ballon, va dehors » et « va, dehors, prendre le ballon » (même si un ballon est déjà dans la pièce). Et, s’ils ne peuvent communiquer oralement, les singes se débrouillent très bien à l’aide d’autres moyens, que ce soit la langue des signes ou des outils spécialisés comme le tableau de symboles utilisés par Kanzi.

P. Picq : « le « propre de l’homme » est en redéfinition

p.54

(...) « Nous sommes dans une situation, aujourd’hui, où il nous faut réexaminer ce fameux « propre de l’homme », qui a été conçu à partir de l’ignorance que nous avions des grands singes, poursuit Pascal Picq. Nous sommes en train de redéfinir notre place dans la nature. Ceux qui ont peur de ce que nous sommes en train de découvrir chez les grands singes, en réalité, ils ne sont pas sûrs de ce qu’ils sont. Ils doutent de l’homme. » Les cartes se trouvent donc aujourd’hui brouillées et la dichotomie entre les humains et les singes est de moins en moins facile à tracer. (...) »

(Hervé Ratel)

 

PICQ Pascal, 1999, Les Origines de l’homme : l’odyssée de l’espèce, Tallandier ;

WAAL Frans (de), 1999, Bonobo : le bonheur d’être singe, Paris, Fayard ;

 

Séquencer le génome du chimpanzé, se différenciant de l’homme de 1,5 %, pour repérer les gènes distinguant l’homme du chimpanzé

p.55

« (...) Il serait d’une utilité absolue de séquencer le génome d’un primate. Celui du chimpanzé, par exemple, qui ne diffère que de 1,5 % avec celui de l’homme. Si l’on fait fi des séquences non codantes de l’ADN, la différence pourrait tomber à 1 pour mille. Ce qui signifie que sur les 100.000 gènes que nous possédons, moins d’une centaine, peut-être diffèrent d’avec le chimpanzé. Caractériser précisément cette poignée de gènes équivaudrait à mettre la main sur le Graal génétique de la spécificité humaine. Seulement voilà, si un appel à la constitution d’un génome simien a été émis en août 2000 par un groupe interdisciplinaire de 27 chercheurs (généticiens, anthropologues pour la majorité), pour l’instant, rien n’est encore lancé. La raison en est que le séquençage du génome humain n’est, lui-même, pas assez avancé pour que la comparaison ait quelque intérêt. Les gènes qui font de nous des humains ne sont sûrement pas nouveaux. Ce sont, plus vraisemblablement, des versions un peu différentes de ceux qui équipent le chimpanzé. Par exemple, une des divergences pourrait se situer au niveau des gènes régulant le développement foetal, nous permettant ainsi d’avoir une maturation plus lente. Mais, ce n’est qu’une hypothèse. « Pour comparer les deux génomes, on a besoin d’être fin dans l’analyse tant ils sont semblables, explique Francis Galibert du CNRS/université de Rennes. Une telle précision, à mon avis, ne sera pas atteinte avant cinq ans. » »

La biographie et les prouesses du fameux bonobo Kanzi

« Né en 1980 d’une jeune mère inexpérimentée, Kanzi le bonobo a été, en réalité, élevé par Matata, une femelle dominante qui s’est entichée de lui dès sa naissance. À 6 mois, Kanzi fut conduit avec Matata au centre de recherche sur le langage (université de l’État de Géorgie, États-Unis) dans le cadre d’un projet dirigé par le Dr Sue Savage-Rumbaugh. Cette dernière tenta de communiquer avec Matata à l’aide d’un tableau de symboles. Sans grand succès. Ce fut par hasard, que la scientifique s’aperçut que le jeune et espiègle Kanzi, toujours présent lors des séances, à fureter et à bondir un peu partout, avait néanmoins appris tout seul la signification d’une dizaine de symboles et qu’il comprenait les mots anglais que ces symboles désignaient. Depuis, il s’est révélé un véritable surdoué, capable de comprendre plus de 500 mots, agencés en phrases avec sujet, verbe et complément, et d’en émettre, via son tableau de symboles, plus de 200. »

(Voir : http://www.gsu.edu/~wwwlrc/)


V. Génétique générale

La génétique

Introduction

L'école peut-elle réduire les inégalités sociales ?

Cette question nous semble directement liée à celle de la génétique, plus précisément à la détermination génétique éventuelle de potentialités intellectuelles à la naissance : si les enfants naissent avec des potentialités intellectuelles vierges, égales, alors la réduction des inégalités sociales semble en théorie possible ; si les enfants ne naissent pas avec des potentialités intellectuelles vierges, égales, alors l'espoir d'une éradication des inégalités sociales semble vain.

Que connaît-on donc actuellement des mécanismes génétiques ?

Nous avons exploré pour ce faire quelques ouvrages récents, mais parmi lesquels tout simplement un Manuel de biologie de classe de terminale de chez Bordas, Collection Tavernier, 1989.

 

La génétique, par ailleurs, est un terme qui provoque bien des remous, et hérisse bien des poils, notamment, en sciences humaines : on imagine vite le spectre d'engeances maléfiques intervenant sur les gènes ou au nom des gènes pour créer une "race de surhomme", en éliminant tous ceux qui ne seraient pas "digne" de cette race. Le mot "gène" s'associe dans nos esprits à l'idée de différences entre les hommes, établies sientifiquement, de façon irréfutable. Aussi ce mot-là nous invite-t-il à sortir notre revolver, parce que l'eugénisme américain ou le génocide juif ont choqué nos consciences. De la même façon (et pour les mêmes raisons), parler de "gène" en éducation, en sociologie, en psychologie, suggère inévitablement des notions (et à partir de là des intentions) de "sélection", "d'élitisme", de "ségrégation sociale", voire "raciale".

Il nous a donc semblé bon d'explorer la question de la génétique afin de nous extraire des passions et des fantasmes, qui sont souvent la marque de l'ignorance.

Les gènes : état des lieux

Les caractères d'un individu sont transmis d'une génération à l'autre par plusieurs dizaines de milliers de "gènes" inscrits au sein de molécules "d'ADN", lesquelles sont enfermées dans les "chromosomes", lesquels sont présents dans la première cellule embryonnaire, puis dans chacune des cellules du futur adulte. Dans une microscopique cellule de peau se détachant de l'oreille d'un individu, par exemple, est inscrite la forme du pied ou la longueur des doigts de cet individu.

Chromosomes et ADN

Les chromosomes sont des filaments, présents, de façon identique, dans chacune des milliards de cellules que comprend un être vivant. Ces chromosomes contiennent les gènes qui déterminent les caractéristiques de l'individu.

Les chromosomes sont regroupés par paires. Les différentes espèces animales comprennent différents nombres de paires de chromosomes. L'homme en compte 23, soit un total de 46 chromosomes.

Chaque chromosome se divise en deux moitiés symétriques appelées "chromatides", soit un total de 92 chromatides pour l'homme. Chacune de ces chromatides est une sorte de sac qui contient, repliée, tire-bouchonnée sur elle-même, une molécule d'ADN (acide désoxyribo-nucléique). Le génotype complet d'un homme (et qui est présent dans chacune de ses cellules) est donc constitué par un total de 92 molécules d'ADN. C'est le long de ces molécules que sont inscrites les caractéristiques de cet individu.

ADN et gènes

Les molécules d'ADN sont les plus grosses qui existent dans le monde vivant (v.fig.). Une telle molécule atteint, chez l'homme, deux mètres de longueur. Son diamètre infime (2nm, 2 milliardièmes de mètre), lui permet d'être contenue à l'intérieur du filament microscopique (5µm) qu'est son chromosome. C'est comme si un sac de 50 cm de diamètre contenait un fil de 200 km de long et 0,2 mm de diamètre.

Chaque molécule d'ADN contient des milliers de gènes, qui définissent la physiologie de son individu. Ces gènes sont des messages écrits à la suite sur l'échelle centrale de la molécule, constituée de bases azotées de quatre sortes : l'adénine, la thymine, la cytosine et la guanine (v.fig.). Les "montants" de l'échelle sont constitués, eux, de molécules d'acide phosphorique et de désoxyribose (une sorte de sucre), alternées régulièrement et  qui ne renferment donc aucun message (v. fig.).

Quantité d'information et dimension du support

Une seule molécule d'ADN contient plusieurs milliards de bases azotées ‑ qui sont autant de lettres ‑ alignées les unes à la suite des autres. A titre de comparaison, un roman de deux cent pages contient trente mille mots. L'information comprise dans une molécule d'ADN est donc comparable à celle d'une bibliothèque de cent mille livres, le tout étant contenu dans un volume microscopique, invisible à l'oeil nu. Le stockage de cinq cent pages d'écriture sur une disquette informatique apparaît, en regard, comme une performance bien modeste !

Le "message" génétique

Chaque gène serait une phrase composée de mots de trois lettres uniquement, lesquels sont écrits dans un alphabet composé de quatre éléments seulement. Certains mots (les "codons-stop") arrêtent la phrase.

L'ADN, de façon concrète, commande (par messagers interposés) la fabrication de protéines particulières qui vont, elles, fabriquer et régir d'une façon particulière l'individu : telle protéine fabriquera des yeux verts ; telle protéine fabriquera tel enzyme de digestion, etc.

Qu'est-ce qu'une protéine ? C'est une suite, ordonnée de façon rigoureuse, d'acides aminés bien précis. Il s'agit de fabriquer ces protéines bien précises à partir des bases azotées de quatre sortes différentes alignées sur l'ADN.

Combien existe-t-il de sortes d'acides aminés ? Vingt[8]. Avec ses mots de trois lettres et son alphabet de quatre éléments (ce qui forme un total de 64 mots possibles), l'ADN peut donc aisément désigner, et dans l'ordre, chacun des acides aminés constituant une protéine bien précise, qui agira, elle, ensuite, sur l'organisme.

Qu'est-ce qui constitue cet alphabet de quatre élément de l'ADN ?

Ce sont les quatre bases organiques azotées que sont : l'adénine (A), la thymine (T), la cytosine (C) et la guanine (G).

Ces quatre bases se succèdent sur l'échelle centrale de l'ADN de façon à former des séquences de trois éléments, des "mots", qui détermineront chacune la fabrication d'un acide aminé particulier (v.fig.). Cet acide aminé constituera l'élément suivant de la chaîne de protéine en construction, à la suite de l'acide aminé déterminé par le "mot" de trois lettres précédent.

Une seule anomalie dans la chaîne de l'ADN (comme une base azotée à la place d'une autre) provoque l'écriture d'un mot dont une lettre est fausse, donc la fabrication d'un acide aminé à la place d'un autre et donc d'une "chaîne polypeptidique" (protéine) erronée. Cet simple erreur peut conduire à des désordres physiologiques très graves[9].

L'action de l'adn

Comment l'ADN fabrique-t-il une protéine ?

Résumons d'abord l'essentiel de cette vaste et complexe opération : l'un des gènes, c'est-à-dire l'un des segments, de la chaîne d'ADN est dupliquée à l'extérieur du noyau de la cellule par "l'ARN messager". A partir du message apporté par cet ARN messager, des "ARN de transfert" vont collecter les acides aminés commandés et les assembler les uns à la suite des autres au sein d'un "ribosome". Cet assemblage forme la protéine commandée par l'ADN. Elle aura sur l'organisme une action bien précise.

Quel est, maintenant, le détail de cette opération ?

L'ADN, support du message et support du message exclusivement

Les "gènes", ou messages, inscrits sur l'ADN commandent la fabrication de protéines qui vont agir sur l'organisme, en commandant la fabrication de cellules, d'hormones ou d'enzymes, par exemple.

Mais ces protéines ne sont pas fabriquées directement à partir de la base matérielle de l'ADN. Pourquoi ? D'abord parce que l'ADN est localisée à l'intérieur du noyau de la cellule alors que la protéine doit être fabriquée à l'extérieur de lui, dans le cytoplasme, ce qui nécessite donc un transfert de l'information de l'intérieur vers l'extérieur du noyau de la cellule[10]. Ensuite, parce que l'ADN, qui est le support original des informations, doit être un support matériel durable, en conséquence de quoi il lui est préférable d'être dupliqué (comme on photocopierait un document original) plutôt qu'utilisé directement[11].

L'intermédiaire de commande : l'ARN messager

Les protéines ne sont donc pas fabriquées à partir du message écrit sur l'ADN mais à partir de la base matérielle de l'ARNm (ou acide ribo-nucléique messager), une base nucléique (de quelques centaines de nucléotides), qui vient dupliquer, à l'intérieur de la cellule, un gène particulier inscrit sur l'ADN avant de sortir de la cellule et, à l'extérieur d'elle, commander la fabrication de la protéine.

Il faut noter que le message "dupliqué" sur l'ARNm est l'inverse exact, le complémentaire, de celui inscrit sur l'ADN, à savoir : guanine pour cytosine, cytosine pour guanine, uracile[12] pour adénosine et adénosine pour thymine. Cet ARNm est fabriquée, synthétisée, à partir des bases azotées alignées sur une des chaînes de l'ADN, par un autre acide nucléique, appelé "ARN polymérase" et roulé en boule celui-là, et qui est un complexe enzymatique.

Tout l'ADN n'est pas utile

Il faut noter que 80 à 90 % de l'ADN est inutile. Des sections de nucléotides qui ne codent rien sont insérées entre les gènes et à l'intérieur même des gènes. Ces portions inutiles sont appelées "introns". L'ARN messager duplique-t-il la totalité de ces nucléotides ? Non. Il effectue un tri. Un ARN intermédiaire, dit "ARN pré-messager", duplique la totalité des nucléotides de l'ADN, inutiles compris. Le véritable ARN messager, lui, sélectionne à partir de cet ARN pré-messager les seules portions utiles (appelées "exons").

L'identification des codons de l'ARNm et leur correspondance à l'acide aminé par l'ARN de transfert

Chaque codon inscrit le long de la chaîne d'ARNm ne peut être identifié et associé à l'acide aminé qui lui correspond que par un nouvel acide nucléique, l'ARN de transfert, d'une longueur de quelques dizaines de nucléotides et replié en boule. Chaque ARNt est spécialisé dans l'identification d'un seul codon et (donc) dans l'apport d'un seul acide aminé. L'ARNt, en liberté dans le cytoplasme ‑ au nombre d'au moins un pour chaque codon possible ‑ est muni de son acide aminé attitré (correspondant au codon qu'il est chargé d'identifier) et attend que ce codon se présente sur le long de la chaîne d'ARNm. Lorsque ce codon se présente, l'ARNt se fixe sur la chaîne d'ARNm à la suite de l'ARNt précédent et fixe à l'acide aminé de cet ARNt précédent le sien propre, prolongeant ainsi la chaîne de protéine en cours de fabrication. Lorsque l'ARNt est libéré de son acide aminé, il se dégage de la chaîne d'ARNm et retourne chercher une autre molécule de son acide aminé attitré pour, de nouveau et plus loin, participer à la construction de la protéine.

Le "ribosome", atelier d'assemblage de la protéine

Ce contact de l'ARNt le long de l'ARNm et la soudure de son acide aminé avec l'acide aminé de l'ARNt précédent est effectuée au sein d'un petit organite cytoplasmique appelé "ribosome", véritable atelier d'assemblage dont la fonction est de souder entre eux, les uns à la suite des autres, par une "liaison peptidique", les acides aminés apportés par les ARNt.

Cette élaboration de la liaison peptidique est assurée par une enzyme, "l'aminoacyl-ARNt-synthétase", et un apport d'énergie, sous forme d'ATP (adénosine triphosphate)[13].

On peut noter que plusieurs ribosomes peuvent à la fois se fixer sur l'ARNm (en divers points) et donc fabriquer (presque) simultanément plusieurs exemplaires de la protéine commandée.

Initialisation et fin de la fabrication

On peut noter que la fabrication d'une protéine débute toujours par l'acide aminé "méthionine"[14]. En fin de fabrication, cette méthionine est libérée, conférant à la protéine sa véritable et définitive configuration (et donc identité).

L'assemblage de la protéine s'achève lorsqu'advient, sur la chaîne d'ARNm, un "codon-stop" (UAA, UAG ou UGA), qui ne désigne aucun acide aminé mais commande l'arrêt de la fabrication.

Enfin, malgré la complexité de la fabrication d'une protéine, cette fabrication est effectuée à la vitesse de vingt acides aminés par seconde !

Quand et pourquoi l'ADN se duplique-t-il pour fabriquer une protéine ?

Ce sont des protéines, "régulatrices", fixées directement sur l'ADN, qui activent ou inhibent, selon les besoins de l'organisme, la duplication de l'un de ses gènes pour la fabrication d'une protéine précise.

Pourquoi les protéines sont-elles composées justement d'acides aminés et non d'autres corps ?

Les acides aminés, modestes molécules[15] formées sous l'effet des éclairs, des radiations et de la chaleur aux tout débuts de l'histoire de la terre à partir du formaldéhyde et de l'acide cyanhidrique ‑ elles-mêmes petites molécules[16] issues de l'eau, du méthane et de l'ammoniac ‑ sont naturellement disposées à s'associer entre elles. Pourquoi ? Parce que chacun des vingt acides aminés est borné par une partie acide d'un côté et une partie amine de l'autre. Or, ces deux parties sont susceptibles de réagir entre elles pour former une molécule d'eau et souder l'un à l'autre deux acides aminés.

Les acides aminés, formés naturellement au cours de l'histoire moléculaire, ont donc de fortes chances de s'associer à nouveau entre eux de façon spontanée pour former de longues chaînes.

Il semble tout naturel, dès lors, que s'il devait apparaître (comme ce fut le cas) de grosses molécules (comme celles de protéines), ces molécules avaient les plus grandes chances d'être composées d'acides aminés et non d'autres corps.

Pourquoi les protéines ont-elles une action sur l'organisme ?

Les vingt acides aminés susceptibles de composer une protéine sont eux-même constitués d'une partie commune à tous (la branche NH2-CH-COOH) et d'une partie différente pour chacun (qui, justement, les spécifie).

Or, il se trouve que la partie commune à tous est justement celle qui relie les acides aminés les uns aux autres, pour former une longue chaîne centrale uniforme, succession de branches NH2-CH-COOH comme autant de wagons identiques d'un train, cependant les parties spécifiques se trouvent, elles, au contraire, accrochées à la périphérie de cette chaîne centrale, comme autant de structures différentes soudées sur les toits des wagons.

Ces branches qui dépassent sont susceptibles de réagir avec d'autres corps.

Or, c'est précisément ce qui se passe lorsque la protéine se roule en boule sur elle-même. Dans cette configuration, des branches spécifiques se trouvent en contact les unes entre elles. Elles réagissent alors chimiquement les unes avec les autres et sont susceptibles de délivrer des substances qui vont agir sur l'organisme[17].

La duplication de l'adn

L'ADN se duplique

L'ADN se reproduit au cours de la division des cellules. Si chaque cellule diffère, de par sa forme ou sa fonction, l'ADN, c'est-à-dire le matériel qui contient le génotype de l'enfant, lui, ne diffère pas d'une cellule à l'autre. Toutes les cellules renferment les mêmes chromosomes, les mêmes chaînes d'ADN, qui se sont dupliquées de façon rigoureusement identique à plusieurs millards d'exemplaires ‑ autant que le corps humain compte de cellules.

Comment l'ADN se duplique-t-il ?

L'ADN a la forme d'une échelle tordue en spirale, avec des barreaux (formés d'adénine, de thymine, de cytosine et de guanine) et des montants (formés de désoxyribose et d'acide phosphorique). Les liaisons qui unissent les bases azotées (adénine, thymine, guanine et cytosine) en barreaux sont fragiles, car ce sont des liaisons hydrogène. Aussi peuvent-elles se rompre avec aisance. L'ADN se scinde donc ainsi en deux barreaux simples, dont les bases azotées sont apparentes et seules. Sur chacune de ces bases azotées vient se greffer sa complémentaire, à savoir : de l'adénine sur la thymine, de la thymine sur l'adénine, de la guanine sur la cytosine et de la cytosine sur la guanine. Vient enfin se greffer du désoxyribose et de l'acide phosphorique : le deuxième montant est reconstruit ; la molécule d'ADN est reconstituée dans son ensemble.

Pourquoi, dans la chaîne de l'ADN, s'associent toujours ensemble adénine et thymine d'une part, et guanine et cytosine d'autre part ?

L'adénine et la thymine sont chacune porteuses de liaisons potentielles avec un autre corps, lesquelles sont au nombre de deux. L'adénine et la thymine se trouvent donc, par ces deux liaisons, naturellement associées l'une à l'autre.

De la même façon, la guanine et la cytosine sont porteuses de trois liaisons potentielles avec un autre corps. Elles se trouvent donc naturellement aussi associées l'une à l'autre.

Corollairement, il est impossible pour l'adénine ou la thymine de s'associer avec la guanine ou la cytosine, et réciproquement.

S'associent donc ensemble et exclusivement l'adénine et la thymine d'une part, et la guanine et la cytosine d'autre part.[18]

(insérer un schéma pour le lecteur)

La génétique dans la reproduction des êtres vivants

Le processus élémentaire : faire un enfant.

Des "spermatistes" ont pensé que les spermatozoïdes contenaient chacun en soi un bébé déjà tout fait qui ne venait dans l'utérus que pour y grandir. A ces "spermatistes" se sont opposés des "ovistes", qui ont pensé, eux, au contraire, que les ovules contenaient des bébés déjà tout faits, et dont le spermatozoïde ne venait simplement que déclencher le développement.

L'une comme l'autre de ces deux théories se trouvait facilement contredite par l'observation puisque ce type de théorie interdisait que l'enfant eut pu ressembler à la fois aux deux parents ‑ ce que révélait pourtant l'observation[19].

 

Buffon avait imaginé que chaque organe des corps du père et de la mère secrétait des particules qui formaient une "liqueur séminale", l'une répandue par la mère dans son utérus, l'autre apportée par le père dans son vagin, et le tout se combinant pour fabriquer un enfant ressemblant donc à ses parents, organe par organe. Ainsi, les "particules" "envoyées" par les yeux des parents déterminaient la couleur de ceux de l'enfant[20].

De façon similaire, Darwin avait imaginé, lui, que chaque cellule du père et de la mère était déterminée, codée, en son propre sein par une particule (plus petite) appelée "gemmule". Ces gemmules de chaque cellule du père et de la mère se retrouvaient associées deux par deux au sein de chaque cellule de l'embryon, fabriquant ainsi un enfant dont chaque cellule ressemblerait donc pour partie à la mère, pour l'autre au père[21].

Mais ces deux théories, elles aussi, se heurtaient à une infirmation par la réalité, car, en supposant que chaque enfant fut la "moyenne" de ses deux parents, elles impliquaient qu'à long terme, au bout de n générations, tous les caractères excentriques, particuliers, aient disparu et que tous les enfants soient identiques, ce que ne confirme pas la réalité.

C'est le moine Gregor Mendel, d'un monastère de Brno, qui, en 1865, conçut le premier modèle explicatif d'une reproduction sexuée qui maintienne les excentricités de caractère au fil des générations, mais modèle qui ne fut admis par les esprits qu'à partir de 1900 seulement[22].

Mendel

Mendel, en travaillant sur des pois, découvre qu'un caractère peut disparaître à la première génération mais réapparaître tout de même à la deuxième. Il en déduit que le caractère d'un individu est déterminé par deux facteurs génétiques, l'un reçu du père, l'autre de la mère, mais, surtout, que ces deux facteurs sont conservés au sein de l'individu pendant toute son existence et transmis ‑ soit l'un, soit l'autre, au hasard ‑ aux individus de la génération suivante. Les avancées de la biologie ont confirmé cette théorie. Les "facteurs" de Mendel sont les "gènes", séries de molécules chimiques situées à des emplacements précis des chromosomes (p.15-16).

Chacune des centaines de milliards de cellules du corps humain comprend, à l'intérieur de son noyau, 23 paires de filaments que sont ses "chomosomes" ‑ 23 reçus du père, 23 de la mère. Sur ces chromosomes sont inscrits sous forme codée ‑ le "code génétique" ‑ les processus de développement et de bon fonctionnement de tout l'organisme[23].

Les cellules des spermatozoïdes et des ovules, en revanche, ne contiennent qu'une seule paire de 23 chromosomes, lesquels ont été puisés ‑ à égalité ‑ dans les deux paires de 23 reçues du père et de la mère (p.16).

Chaque individu est porteur de plusieurs centaines de milliers de paires de gènes, chaque paire étant chargée de gouverner une fonction élémentaire comme par exemple synthétiser une enzyme (p.29).

Les mots et leurs sens

Les êtres sexués ne se "reproduisent" pas. Chacun de leur enfant est unique.

Si les parents ne transmettaient jamais que deux cents caractères, le nombre de combinaisons possibles de ces caractères serait de 3200, c'est-à-dire un nombre plusieurs de milliards de fois plus grand que le nombre total d'atomes dans tout l'univers.

Le hasard

"Génotype" et "phénotype"

Le génotype est l'ensemble de gènes d'un individu. Le phénotype est, lui, l'apparence physique de cet individu, résultant à la fois du génotype et de l'action du milieu. L'influence de l'environnement (climat, alimentation, relations, éducation, chocs...) crée une différence entre le génotype (ce qui dicte) et le phénotype (le résultat) (p.20-24).

Les mutations

Il y a "mutation" lorsque, au cours de sa transmission, et par accident, un gène se déforme pour en produire un nouveau. Ce type d'événement ‑ parfois causé par les radiations ‑ est très rare (1 fois pour cent mille ou un million) mais toutefois d'importance considérable puisqu'il est cause possible, source d'évolution de l'espèce (p.25-26).

Caractères élémentaires et caractères complexes

Il existe deux types de gènes : les gènes dits "dominants" et les gènes dits "récessifs". Un gène dominant est celui qui, après association avec un autre gène lors de la reproduction, déterminera le génotype du futur individu quel que soit le type du gène (récessif ou dominant) avec lequel il est associé. Le gène récessif, en revanche et réciproquement, est celui qui nécessite obligatoirement d'être associé avec un autre gène récessif pour pouvoir déterminer le génotype de l'individu en construction.

Les caractères permettant ce type de détermination, simple, "prévisible", sont qualifiés d'"élémentaires", de "mendéliens". Tels, par exemple, la capacité à enrouler sa langue en former de gouttière ou détecter le goût du Phényl-Thio-Carbamide (PTC).

Le phénotype d'une population est trompeur car il ne montre pas les gènes récessifs cachés dans les génotypes de cette population. Ainsi, une maladie génétique peut en apparence ne toucher qu'une population A, cependant qu'elle menace beaucoup plus dangereusement, de façon latente, une population B apparemment saine.

Le processus collectif : structure et succession des générations.

On a découvert qu'il existait une corrélation entre la fréquence de certains gènes chez les hommes et des caractéristiques géo-climatiques comme l'altitude ou la hauteur de pluie[24]. Ces différents types de gènes constituent des "systèmes génétiques" distincts, au nombre de 67 dans le Monde (p.30).

Une "loi" célèbre : la loi de Hardy-Weinberg

Le mathématicien anglais hardy et le biologiste allemand Weinberg ont établi en 1908 la détermination à partir de la fréquence d'un gène de la fréquence de son génotype, à savoir :

- La fréquence des monozygotes (aa) est égale au carré de la fréquence du gène a ;

- La fréquene des hétérozygotes (ab) est égale à deux fois le produit du gène a et du gène b[25].

On pourrait penser que ce modèle tout théorique ne reflète qu'assez mal la réalité, notamment parce que les hommes ne se marient pas au hasard mais en fonction de critères sociaux ou culturels. Mais malgré cela, ce modèle de répartition des gènes se révèle toujours vérifié par l'observation (p.31-33).

Familles "touchées" et familles "saines"

L'exemple de la mucoviscidose montre que les porteurs "sains" d'un gène "anormal" ‑ dissimulé à l'état récessif dans le génotype ‑ peuvent être beaucoup plus nombreux (100 fois dans le cas de cette maladie[26]) que les individus chez lesquels la maladie s'est effectivement déclarée ‑ pour cause d'association monozygote des gènes "anormaux" (p.34-36).

 

La loi de Hardy-Weinberg explique un modèle simple. Mais d'autres modèles, comme celui de la "dérive génétique", sont plus complexes.

Où nous retrouvons le hasard : dérive et effet de fondateur.

Les gènes d'un enfant sont déterminés au hasard parmi ceux de ses parents. Il est donc théoriquement possible qu'un gène (récessif) soit éliminé du patrimoine génétique d'une population au cours d'une génération, aussi infime la probabilité de cet événement fut-elle. Cet événement, dû au hasard, et qui modifie la structure génique d'une population, est appelé "dérive".

La "dérive" agit très lentement ; elle ne se fait sentir qu'au bout d'un nombre de générations équivalent au nombre des individus de la population. On ne la constate, dans la pratique, qu'au sein de populations d'effectif très réduit et restées isolées pendant une longue période, les conquérants de territoires nouveaux notamment.

A l'extrême, pour une population totalement isolée pendant des dizaines de millénaires, la dérive supprime les gènes récessifs, homogénéise la structure génique et transforme tous ses individus en "jumeaux homozygotes" (p.37-40).

Un élément essentiel des transformations des populations : les migrations.

En revanche, il suffit d'une introduction d'immigrés en nombre infime dans la population pour que le phénomène de dérive se trouve annihilé. Ainsi, dans le cas d'une tribu d'Indiens du Honduras, 5 % seulement d'immigrés à chaque génération ont réussi à importer 29 % du patrimoine génétique final de la population. Le même type de cas a été observé chez une communauté protestante de Normandie vivant en quasi-isolation depuis la Réforme (p.40-43).

Dans la loterie mendélienne, les chances ne sont pas égales : la sélection naturelle.

Certains gènes prédisposent aux maladies ou à une capacité de procréation moindres. Les génotypes des individus porteurs de ces gènes se trouvent donc moins facilement, moins souvent transmis aux générations suivantes et voient leur représentation réduire ou disparaître : c'est la "sélection naturelle", introduite par Darwin.

Cette évolution est très lente. Ainsi, la fréquence du gène récessif r du Rhésus sanguin (causant la mort de nouveaux-nés porteurs de R lorsque leur mère est rr) mettrait six siècles à baisser de 25 à 20 % (si ce cas n'était pas aujourd'hui soigné). De même, la sélection naturelle ne ferait baisser la fréquence du gène responsable de la phénylcétonurie que de 0,95 à O,50 % en vingt siècles.

La sélection naturelle n'est pas déterminé par le seul génotype des individus mais plutôt par leur phénotype, car déterminé par leur capacité à se reproduire, avec l'héritage reçu de leurs parents, dans un milieu donné.

L'évolution des espèces est expliquée aujourd'hui à la fois par les darwiniens, les "néo-darwiniens" et les "non-darwiniens" (p.43-46).

Vers la transformation orientée du patrimoine génétique.

L'évolution du patrimoine génétique humain est imputable actuellement aux seuls hasards de la "dérive", migrations, mutations et "sélection naturelle". L'Homme est tenté aujourd'hui d'intervenir artificiellement sur cette évolution : c'est "l'eugénique" (p.46-47).

 

Remarque : il existe deux niveaux de question pour ce qui concerne l'eugénique :

1°) Est-il souhaitable pour l'Homme d'intervenir sur son patrimoine génétique ?

2°) Si une telle intervention est souhaitable, dans quel sens doit-elle être faite ?

Ce que nous voulons dire par cette distinction, c'est qu'un eugéniste n'est pas forcément un "nazi" et qu'un anti-eugéniste n'est pas forcément un "humaniste" (si tant est qu'on oppose "humaniste" à "nazi").

Génétique et éthique

"Si l'Homme veut infléchir le cours des choses, (...) il lui faut regarder en face son savoir, c'est-à-dire son ignorance."

"S'affranchir d'une illusion de compréhension, se débarrasser d'idées reçues, est un premier pas vers la connaissance."

"Une théorie biologique ne peut se développer et être largement acceptée que dans la mesure où elle correspond aux préoccupations de l'époque ; elle court donc le risque d'être détournée de son objet et d'être utilisée pour justifier d'étranges raisonnements."[27]

Albert Jacquard

L'avertissement vaut pour les deux camps idéologiques

Albert Jacquard ne se cache pas d'opinions plutôt égalitaires. L'injustice, les inégalités sociales lui semblent révoltantes. Aussi, lorsqu'il énonce ces avertissements, insinue-t-il probablement qu'une mauvaise connaissance de la biologie peut engendrer des théories politiques ségrégationnistes, inégalitaires, racistes, eugénistes ("d'étranges raisonnements").

Mais l'avertissement joue aussi, évidemment, en sens inverse : une mauvaise connaissance de la biologie peut aussi cautionner des idées politiques irréalistes ou farfelues, voir néfastes ou dangereuses pour les hommes. S'échiner, par exemple, à traiter de façon éducationnelle ou psychologique une pathologie d'origine génétique génère une souffrance (utile ?) chez cet enfant. Est-il "bon", est-il philanthrope, est-il généreux, est-il "humain", de sur-entraîner un enfant trisomique pour lui faire acquérir à tout prix les compétences d'un enfant non-trisomique ?


VI. Génétique des populations

CAVALLI-SFORZA Luca, 2000, Entretien sur la génétique des populations, paru dans Sciences Humaines n° 109, octobre, pp. 38-41 ;

(propos recueillis par Nicolas Journet)

Luca Cavalli-Sforza est né en 1922 à Gênes. Formation de médecine, de biologie et de génétique. Actuellement professeur à l’université de Stanford, en Californie et dirige un programme international de recherche sur la diversité du génome humain.

1994 (avec Francesco Cavalli-Sforza), Qui sommes-nous ? Une histoire de la diversité humaine, Paris, Albin Michel ;

1996, Gènes, Peuples et Langues, Paris, O. Jacob ;

Hétérogénéité de distribution des groupes sanguins parmi la population humaine

p.38

« (...) La répartition des groupes sanguins A, B et O (qui désignent des protéines différentes présentes sur les cellules sanguines) n’est pas absolument homogène dans le monde : les groupes A et B sont totalement absents d’une bonne partie des populations autochtones d’Amérique, à l’exception de certains groupes indiens du Canada et des Esquimaux.

Différences génétiques et échelle de temps

p.39

(...) Grâce à des méthodes de calcul fondées sur le principe des horloges moléculaires, c’est-à-dire la vitesse connue des mutations spontanées, on peut même transformer cette différence génétique en échelle de temps : plus des groupes sont génétiquement différents, plus le temps qui les sépare de leur origine commune est long.

Les origines africaines d’Homo sapiens, puis d’Homo sapiens sapiens

(...) La paléoanthropologie nous a appris que le peuplement de la terre s’est fait en deux temps. Il y a 1,8 millions d’années, une première vague de peuplement partit de l’Afrique. Ces hommes archaïques répandirent l’espèce Homo sapiens, la nôtre, en Europe et en Asie. Dans une seconde étape, un groupe relativement petit venu de l’Afrique de l’Est étendit cette expansion au monde entier. Cette histoire est beaucoup plus récente : l’homme moderne, Homo sapiens sapiens, est une sous-espèce d’Homo sapiens qui est sortie d’Afrique il y a environ cent mille ans. Anatomiquement, on ne le distingue pas des hommes actuels, et il est assez différent des types archaïques, néandertalien compris. On en trouve il y a cent mille ans quelques exemplaires aussi hors d’Afrique, au Moyen-Orient.

L’homme de Qafzeh avait un langage semblable au nôtre

(...) Il semble presque certain que cet homme moderne, qui peupla le monde, avait déjà un langage semblable à celui que nous utilisons aujourd’hui, c’est-à-dire très riche en grammaire et vocabulaire, puisque cela est vrai de tous ses descendants actuels, bien qu’ils parlent des langues très différentes.

Colonisation de l’Europe par hss il y a 40.000 ans

(...) L’Europe a été conquise par Homo sapiens sapiens il y a environ quarante mille ans à partir du Moyen-Orient, mais aussi, probablement plus tard, par des populations venant de l’Asie du Nord et du Centre. Les néandertaliens semblent disparaître assez rapidement après l’apparition de l’homme moderne en Europe, bien qu’ils aient survécu quelque temps dans certains endroits.

L’élevage et l’agriculture développés au néolithique sous la pression de saturations démographiques et de perturbations climatiques, au Moyen-Orient, en Chine et au Mexique

p.40

(...) Les hommes modernes qui se sont répandus dans le monde à partir de l’Afrique il y a à peu près cinquante mille ans étaient des chasseurs-cueilleurs très efficaces. C’est probablement sous l’effet d’une crise que, dans des milieux tropicaux et tempérés du Moyen-Orient, de la Chine et du plateau mexicain, ces hommes ont, il y a environ dix mille ans, commencé à développer de manière indépendante l’élevage des plantes et des animaux dont ils ne nourrissaient déjà. Cette crise fut probablement déterminée par une saturation démographique locale, aggravée par un changement de climat agissant sur la flore et la faune. À partir de ces trois régions, l’agriculture s’est répandue dans les régions voisines, celles du moins qui convenaient aux plantes domestiquées dans chacune des aires d’origine : le blé et l’orge au Moyen-Orient, le mil dans la Chine du Nord, le riz dans celle du Sud, et le maïs en Amérique. L’élevage s’appliqua de préférence aux espèces locales qui se prêtaient à la domestication, et le Moyen-Orient est le plus riche fournisseur d’espèces dans ce domaine.

L’anthropologie génétique montre que l’agriculture s’est répandue par migration des agriculteurs

Nous pensons que si la diffusion de l’agriculture hors de ses aires d’origine a été très lente, c’est parce qu’elle a suivi le rythme du déplacement des agriculteurs eux-mêmes. Si cette migration a eu lieu, elle a nécessairement causé un brassage génétique. Or, nous en avons retrouvé aujourd’hui la trace, sous la forme d’une variation génétique graduelle qui va clairement du Moyen-Orient vers l’Europe de l’Ouest et du Nord. Cela confirme ce que nous pensions sur l’origine moyen-orientale de l’agriculture, et sur le fait que ces techniques ne se sont pas déplacées toutes seules. »

LANGANEY André, 2001, « Histoire des populations : l’apport de la génétique », in Sciences Humaines n° 119, août-septembre, pp. 42-43 ;

André Langaney est généticien des populations, professeur à l’université de Genève et au Museum national d’histoire naturelle (musée de l’homme), où il dirige le laboratoire d’anthropologie biologique

Les gènes étant plurivalents, certains caractères ont été sélectionnés par hasard ; exemple des cinq doigts

p. 42

(...) Les gènes du développement ont des actions considérables sur les organismes et modifient presque tout à la fois. Par exemple, Denis Duboule s’est aperçu, en cherchant quels étaient les gènes qui font que l’on a une main à cinq doigts, que ces gènes contribuent à la structure de notre cerveau et à la structure du pénis chez les hommes. (...) Évidemment, ce qui est bon pour la main n’est pas forcément bon pour le cerveau ou pour le pénis. (...) Il est évident que l’effet de sélection sur les capacités du cerveau sera beaucoup plus importante que celui sur la main. Contrairement à ce que les gens qui faisaient de l’anatomie comparée ont longtemps pensé, c’est peut-être ainsi par hasard qu’on a cinq doigts et pas quatre ou six. Il est donc clair que l’action de la sélection naturelle ne peut être simple. Elle fait plutôt le moins mauvais [choix], sur un ensemble de caractères liés, que le meilleur de tous. Les théories qui ont conduit au darwinisme social, suivant l’idée selon laquelle tout serait optimisé dans la nature, ne tiennent pas debout.

Théories de la sélection naturelle : notion de « fécondité différentielle »

Il y a toujours eu deux versions de la sélection naturelle. L’une vient de Malthus et passe par Darwin. Elle est issue de la théorie de la fécondité différentielle (Malthus) : si les caractères d’un individu sont transmis à ses descendants, ceux qui se reproduisent le plus vont avoir plus de descendants semblables dans la société future que ceux qui se reproduisent moins. Malthus tenait ce raisonnement par rapport aux riches et aux pauvres, estimant que, les riches faisant moins d’enfants que les pauvres, la proportion des pauvres allait augmenter. Darwin a récupéré ce raisonnement pour le monde animal et végétal, et il a rajouté un complément, la mortalité différentielle : ceux qui meurent plus vont évidemment moins se reproduire et laisseront moins de descendants. La survie est une condition minimale : il faut survivre jusqu’à la procréation et ce qui compte ensuite est d’avoir le plus de descendants possible pour la transmission.

La théorie spencerienne du « plus apte », erronée

Au même moment, sous l’influence d’Adam Smith et de Herbert Spencer, et même de Darwin lui-même dans d’autres chapitres, se développent les théories de la survie des plus aptes, de la loi du plus fort, de la compétition généralisée. Ces théories sont très idéologisées, à la fois en biologie et en sciences sociales, par Spencer. (...) La première version [la fécondité différentielle] est presque une tautologie, qui s’applique aux sciences sociales, la seconde [la théorie du « plus apte »] n’est pas plus scientifique en sciences humaines qu’en biologie.

L’humanité initiale, formée de 50.000 personnes

(...) Nous sommes originaires d’une seule et même petite population du passé. Jusqu’à l’invention de l’agriculture et pendant toute la préhistoire, l’homme a été un primate rare. A un moment donné, pas très ancien, ce primate rare est passé par un effectif limité de population dont on a pu estimer l’ordre de grandeur : certainement moins de 50.000 personnes. Jusqu’à nouvel ordre, ce sont les ancêtres de tous les humains actuels. (...) Certains (...) estiment que çà a été un minimum, à un moment donné, dû à une sorte de goulet d’étranglement, qui se serait produit entre 50.000 et 150.000 ans avant nous.

La rapide diversification de l’aspect physique

p. 43

(...) Les différences physiques, qui viennent de la sélection naturelle au cours des 10.000 à 30.000 dernières années, nous laissent parfois penser qu’on a l’air plus différents qu’on ne l’est réellement. (...) Les populations sont devenues très différentes physiquement en si peu de temps, car le changement des caractères physiques peut être très rapide. Pour preuve, dans les populations actuelles urbanisées et industrialisée, on grandit en moyenne de 2 cm par génération. (...) Dans les conditions de la préhistoire, la sélection naturelle sur les caractères de l’enveloppe du corps (formes, pigmentations, dimensions) fut intense et rapide. (...) On change certainement de couleur de peau en 40 ou 50 générations seulement. La ressemblance est alors le fruit du milieu, tandis que la parenté génétique est le fruit de l’histoire du peuplement et de la géographie des migrations.

La négation des « races » est stupide, contreproductrice

Je ne suis pas d’accord avec les gens qui disent qu’il n’y a pas de races parce que ce discours n’est pas compris. Il y a deux définitions complètement différentes des races. Le concept scientifique de race est quelque chose de bien défini. Pour des tas d’espèces de plantes et d’animaux, on parle de races naturelles, de sous-espèces biologiques. Il y a donc à côté des races artificielles chez les espèces domestiquées, ce qui n’est pas le cas de l’homme, des races naturelles qui se sont formées lorsque des populations d’une même espèce ont été isolées pendant très longtemps. Cela existe et il est absurde de le nier.

Les « races » humaines ne sont pas cloisonnées mais graduelles

(...) Il n’y a pas de discontinuité génétique notoire, pas de frontière biologique entre les populations ou les « races » humaines. Les caractères vont varier progressivement d’une population à l’autre. Pourtant, la notion perçue de race est une évidence et la génétique ne le nie pas. (...) Les races humaines, au sens commun, çà ne signifie pas que les gens sont à ranger dans des boîtes différentes et qu’il y a des propriétés biologiques, médicales, physiques ou autres qui sont liées systématiquement aux races en question. »

 

LANGANEY André, 1999, La philosophie... biologique, Belin ;

LANGANEY A., CLOTTES J., GUILAINE J. & SIMONET D., 1998, La Plus Belle Histoire de l’homme, Seuil ;


VII. Neurobiologie générale

Neurobiologie : note de recherche 1995

"On doit se rappeler que toutes nos connaissances psychologiques provisoires doivent être un jour établies sur le sol des substrats organiques."

S. Freud, Gesammelte Werk, X, 143

 

"Rien ne s'oppose plus désormais, sur le plan théorique, à ce que les conduites de l'homme soient décrites en termes d'activités neuronales."

JP Changeux, L'Homme neuronal

 

"Tout ce qui se fait dans le corps de l'homme est aussi mécanique que ce qui se fait dans une montre."

Leibnitz

 

"Le développement des recherches sur le système nerveux s'est toujours heurté, au cours de l'histoire, à de farouches obstacles idéologiques, à des peurs viscérales, à droite comme à gauche."

JP Changeux, Op. cit.

Introduction

Pourquoi un chapître sur la neurobiologie ? C'est parce que le statut social atteint par un sujet nous semble lié à sa réussite scolaire, laquelle nous semble liée au fonctionnement de son cerveau.

Pourquoi s'intéresser au fonctionnement du cerveau lorsqu'on se demande s'il est possible de réduire l'inégalité sociale ? Cet intérêt est lié à la question de la génétique : le fonctionnement du cerveau est-il déterminé pour partie par les gènes ? La question est cruciale : si le fonctionnement du cerveau est pour partie déterminé par les gènes, alors les enfants naissent avec des potentialités intellectuelles différentes à la naissance, ce qui les rend différents face à l'éducation et rend pour le moins improbable l'espoir d'égalité sociale.

 

La neurobiologie ‑ l'étude du fonctionnement des cellules et des tissus nerveux ‑ est absente des sciences sociales[28]. Pourquoi ? Est-ce par peur de réductionnisme simpliste ? La raison essentielle semble plutôt que les connaissances neuronales, qui menacent les représentations de la pensée comme étant immatérielle, sont repoussées par les idéologies ‑ de gauche comme de droite[29]. On préfère occulter le réel plutôt que de l'affronter. Il est vrai que ces connaissances humaines "dures", concrêtes, ni ne prédisent l'avenir, ni ne donnent la "clef du bonheur".

Nous pensons au contraire, pour notre part, et au delà de notre question de la validité scientifique de la sociologie des inégalités d'éducation culturaliste (SIEC), qu'une réflexion nouvelle sur l'homme ne sera permise que par la prise en compte du champ disciplinaire que constitue la neurobiologie et, surtout, de sa connexion ‑ synaptique !.. ‑ avec les sciences sociales et psychologiques, sciences ‑ à bon compte ‑ réputées "molles".

Le cerveau : état des lieux

Le rôle du cerveau

Ce rôle semble de :

- percevoir l'environnement,

- mémoriser les perceptions,

- mettre ces perceptions en relation,

- générer des sentiments,

- commander les actes.

Le cerveau permet à l'homme qui se brûle de retirer prestement son doigt et, de façon analogique, à celui confronté à un problème de déterminer, consciemment ou non, l'action qui sera la plus bénéfique pour lui[30].

L'aspect du cerveau

Le cerveau de l'homme est un organe qui pèse en moyenne 8,15 g par centimètre de stature[31], soit en moyenne 1330 g. L'homme se distingue des autres espèces animales par un rapport poids-cérébral/poids-corporel sensiblement élevé. Ce poids est très variable selon les individus ‑ l'homme est l'espèce animale chez laquelle la variabilité de poids cérébral entre les individus est la plus grande[32].

Le cerveau ne commença à être exploré en Occident que sous la Renaissance, par des médecins protestants. Il se subdivise en trois grandes parties que sont, en avant, les hémisphères, en arrière le cervelet (spécialisé dans la coordination motrice), enfin le tronc cérébral qui relie ces parties à la moelle épinière.

Les différentes parties du cerveau humain et leurs fonctions essentielles[33]

Ce qui est contenu à l'intérieur de la boite cranienne est désigné par "encéphale". Ce qu'on appelle "cerveau" n'est qu'une partie de l'encéphale, l'autre partie se dénommant "tronc cérébral".

Le tronc cérébral, de son côté, comprend le "bulbe rachidien", le "pont de varole" et les "pédoncules cérébraux".

Le cerveau, quant à lui, se scinde en deux grandes parties que sont le "diencéphale" (comprenant le "thalamus" et "l'hypothalamus") et le "télencéphale" (comprenant les "hémisphères cérébraux" et les "corps striés").

Le cas du "cervelet" est spécial : ni tout à fait partie du tronc cérébral ni du cerveau, il est placé en "dérivation" par rapport au tronc cérébral, c'est-à-dire que les informations en provenance des organes sensoriels ne passent pas obligatoirement par lui pour atteindre le cortex.

Considérons seulement quelques parties de l'encéphale, comme le cortex ‑ que nous traiterons plus loin ‑, le bulbe rachidien, le cervelet, le mésencéphale, l'hypothalamus et le cerveau limbique.

Où se situent ces différentes parties ?

A quoi servent ces différentes parties ?

Le bulbe rachidien régulerait le rythme respiratoire, maintiendrait la rythmicité cardiaque et une pression artérielle constante.

Le cervelet analyserait et régulerait l'orientation du corps dans l'espace et coordonnerait les mouvements volontaires. Une altération du cervelet provoquerait, par exemple, des mouvements manqués évoquant l'ivresse.

Le mésencéphale serait le lieu de passage des informations entre les organes sensoriels et le cortex, mais règlerait aussi la poursuite oculaire, ainsi que le cycle de vigilance, de sommeil et de rêve et régulerait, enfin, le tonus et le mouvement. La maladie de Parkinson ou la chorée de Huntington semblent causées par une altération de certains neurones du mésencéphale, en l'occurrence.

L'hypothalamus (que Descartes croyait le siège de l'âme parce qu'unique et situé au sommet de l'encéphale) régulerait le fonctionnement des organes et la circulation des fluides en fonction des variations de l'environnement (chaleur, humidité, stress...), ainsi que l'ensemble des activités sexuelles.

Le cerveau limbique serait le siège de la mémoire, des événements vécus, que de l'humeur, des passions, du plaisir et du déplaisir, ainsi que de l'apprentissage.

Le cortex ("l'écorce")

Pour JM Robert, le cortex serait, dans les hémisphères, le siège de la décision, du jugement et du raisonnement. Insignifiant chez les reptiles, le cortex a envahi, chez l'homme, toute la périphérie des hémisphères. Ce cortex est contracté en circonvolutions qui totaliseraient, une fois dépliées, une surface de 22 dm²[34]. Il se compose, comme le reste du système nerveux, de substance grise et de substance blanche. La substance blanche est interne, d'épaisseur importante ; la substance grise est périphérique, épaisse de quelques millimètres et subdivisée par les neurobiologistes en six couches distinctes[35].

Le cortex se partage en deux hémisphères, au creux desquels sont nichés des poches emplies de liquide céphalo-rachidien : les ventricules (deux latéraux et un central). La base centrale des hémisphères est circonscrite par une assise continue de "neuroblastes primitifs" (les cellules nerveuses à partir desquelles furent engendrées tous les neurones corticaux)[36].

Composition du cortex : neurones, axones, synapses, neurotransmetteurs[37]

Le cerveau de l'homme est composé de cellules nerveuses appelées "neurones", au nombre dépassant trente milliards pour le seul cortex[38]. Le corps cellulaire du neurone est le "soma", comprenant lui-même un "noyau", du "cytoplasme", des "mitochondries" et différents appareils de biosynthèse (qui fabriquent ou détruisent des substances chimiques précises). Notre cerveau contient donc trente milliards de cellules qui sont chacune aussi complexe qu'un central de télécommunication.

Le soma "communique" avec l'extérieur, c'est-à-dire avec d'autres somas ou avec des muscles, par une sorte de câble de sortie unique, un prolongement du neurone appelé "axone", et par lequel circulent donc toutes les "informations" émises, et émises uniquement, l'axone ne recevant, pour sa part, aucune information (à part quelques très rares exceptions).

L'axone, dans sa partie externe, se termine par une arborisation de terminaisons qui débouchent sur les "synapses". Ces synapses constituent les espaces de jonction entre chaque neurone et d'autres neurones ou des cellules musculaires[39] ou glandulaires. On évalue le nombre de synapses partant de chaque neurone à environ dix mille.

Il existe deux sortes de synapses : des synapses "électriques", où l'information est transmise sous forme d'ions (c'est-à-dire de particules chargées électriquement), et des synapses "chimiques", espaces au sein desquels circulent des substances chimiques appelées "neurotransmetteurs".

On a dénombré plusieurs dizaines de neurotransmetteurs, classés par familles, dont, notamment, des acides aminés[40], des catécholamines[41], des peptides[42], ou l'acétylcholine[43], la sérotonine et la dopamine[44].

Comment une information est-elle transmise au travers d'une synapse chimique (entre un neurone et un muscle par exemple) ? Un neurotransmetteur est synthétisé et accumulé par le soma, puis diffusé dans la fente synaptique par une influx nerveux. A son arrivée sur la membrane musculaire, ce neurotransmetteur est "interprété" puis détruit.

On évalue le total de synapses corticales (du cortex) à un nombre d'entre 1014 et 1015, soit un million de milliards[45].

Genèse du cortex

La construction des neurones

A partir des neuroblastes primitifs, qui préexistent au cortex, naissent, par division cellulaire, tous les neurones corticaux, qui vont grimper, un à un, le long de "cordées" d'autres neurones, à la manière d'alpinistes, jusqu'à la couche supérieure, à une place qui restera toujours la leur[46]. Selon J-M Robert, cette construction des neurones corticaux ("corticalisation")  s'effectue entre la seizième semaine du foetus et la naissance[47].

Chez l'embryon, la division des neurones s'effectue très rapidement : jusqu'à 250 000 par minute. A seize semaines ‑ la fin du quatrième mois ‑ cette division s'arrête. Tous les neurones, alors, au nombre d'environ trente milliards, sont formés. Il ne s'en formera plus. Ces neurones, au contraire, ne cesseront de se détruire[48]. Notons tout de même que si cette assertion est vraie dans son ensemble, elle souffre cependant de quelques exceptions particulières.

Tous les neurones, pourtant tous issus des mêmes neuroblastes, pourtant tous identiques à leur naissance, se différencient pour, associés à toute une arborescence d'autres neurones, tenir des fonctions différentes et se spécialiser, comme par exemple ‑ mais en groupe et non individuellement ‑ identifier un poème plutôt qu'un visage[49]. On pourrait dire qu'une fonction est assurée non pas par tel ou tel neurone mais plutôt par une structure neuronale toute entière.

Les neurobiologistes distinguent six couches de neurones, numérotées de I à VI.

Le nombre des neurones (dépendant de la surface corticale) semble être déterminé par le génotype. Deux individus isogéniques ‑ comme les vais jumeaux ‑ auraient exactement le même nombre de neurones. En revanche, deux individus hétérogéniques ‑ comme des faux jumeaux, comme deux frères ou comme quiconque ‑ auraient des nombres différents de neurones[50].

Si ce nombre de neurones est exactement le même pour les vrais jumeaux, leur disposition, toutefois, ne semble pas devoir être la même, parce que leur mise en place n'est pas régulière[51]. On verra que cette variabilité dans la disposition des neurones d'individus pourtant isogéniques déterminera une variabilité conséquente dans la structuration des synapses[52].

Après les neurones, les synapses[53] :

Une fois que tous les neurones sont contruits et installés à leur place, s'établissent alors entre eux, et de façon horizontale, des communications, au nombre de plusieurs milliers par neurone : ce sont les synapses[54].

Lorsqu'à seize semaines, les neurones de l'embryon ont fini de se former, commence la poussée des axones (le "canal général de sortie, d'output" du neurone) à partir desquels se forment des dendrites (en ramifications et au nombre de dizaines de milliers) lesquelles vont constituer, par les synapses, les points de contact avec les autres neurones[55].

Le fonctionnement d'un neurone, parce qu'il est capable d'établir simultanément plusieurs milliers de liaisons avec ses congénères, peut être considéré comme plus complexe que le fonctionnement d'une puce électronique ou d'un central téléphonique et ne saurait donc valablement être comparé à ce genre d'exemple[56].

Les synapses varient selon les individus à la fois en nombre et en structuration, et ceci (et contrairement aux neurones) même entre individus isogéniques[57].

L’activité du cortex[58]

L'importance vitale des sens

Ce sont les cinq sens, uniquement, qui collectent les informations enregistrées par le cerveau.

La sensation du toucher est transmise rapidement ‑ en trois neurones ‑ de l'épiderme au cortex, ou aussi plus lentement, par des réseaux complexes le long de la moelle épinière, du tronc cérébral et du thalamus.

L'odeur est enregistrée par des millions de capteurs nasaux terminés par des axones et reliés à des neurones menant à l'hippocampe et à l'hypothalamus.

Le goût est capté par dix mille papilles et transmis, de la même façon que le son et la vue, jusqu'au cerveau.

Où se localisent au sein du cortex les différentes activités de l'homme ?

Des expériences menées en Suède en 1978 grâce à du Xénon 132 (une substance radio-active) injecté dans le cerveau et observé par une gamma-caméra, ont révélé que se localisaient les activités de :

- la motricité générale dans le lobe frontal opposé au membre qui se déplace ;

- la vue, dans le lobe occipital (au dessus de la nuque) ;

- la parole traduisant une pensée dans la région temporo-pariétale[59] ;

- la pensée, la réflexion pure, privée de toute sensation ou toute expression, dans les aires préfrontales (à l'avant du front).

Comment se manifeste la dynamique de la pensée à l'intérieur du cortex ?

Pour J. Bullier[60], l'activité corticale, comme le simple fait par exemple d'entrevoir un visage, met en oeuvre plusieurs milliards de micro-circuits et ne se manifesterait pas à la façon de signaux qui se répercuteraient entre différents secteurs telles plusieurs boules de loto dans leur sphère, mais plutôt comme un incendie déclenché à la fois en plusieurs points éloignés et embrasant, l'espace d'une micro-seconde, toute une forêt entière.

Cette physionomie du phénomène de la pensée exprime bien le fait que les connections entre les neurones s'établissent à la fois en "série" et en "parallèle"[61].

Gènes et cerveau

JP Changeux rappelle que l'étude de la génétique cérébrale humaine suscite de violentes oppositions, d'ordre idéologique, compréhensibles de par l'exploitation raciste qui put, qui peut toujours, en être faite et qui a conduit cette discipline a un discrédit de facto.

Mais détournée idéologiquement et malgré elle de son objet, la génétique humaine n'en progresse pas moins[62].

On a d'abord suspecté certaines maladies réputées d'origine psychologique d'être déterminées génétiquement. On découvre maintenant, effectivement, le rôle des gènes dans la construction des structures cérébrales.

 

On ne sait pas encore très bien comment les codons alignés sur l'ADN déterminent la production des neurones, des synapses et des neurotransmetteurs, mais leur rôle ne semble plus faire aucun doute sur la fabrication du cerveau ‑ et d'un cerveau différent et unique pour chaque être.

 

Certaines pathologies, mentales, permettent de découvrir le rôle des gènes sur le fonctionnement de la pensée, de l'intelligence.

Quelques pathologies cérébrales

On peut distinguer quelques pathologies cérébrales intéressantes selon quelques grands types de causes :

- Les pathologies chromosomiques ;

- Les pathologies d'origine génique[63] ;

- Les maladies "psychiatriques".

Les pathologies d'origine chromosomique

Les troubles dus à des accidents chromosomiques peuvent entrer dans la catégorie des troubles génétiques puisque les malformations causées sont imputables à des rajouts ou des ablations de chromosomes donc à autant de séquences d'ADN.

Ce qui distingue, en revanche, les accidents chromosomiques des troubles génétiques "classiques", c'est que ces accidents se produisent au hasard au cours de la conception cependant que les troubles génétiques "classiques" sont des anomalies inscrites à l'intérieur de l'ADN et transmises d'une génération à l'autre.

Il existe différentes possibilités d'anomalie chromosomique : la trisomie, la délétion d'un chromosome ou une anomalie concernant les chromosomes sexuels :

Les trisomies

Les trisomies sont la présence d'un des chromosomes en trois exemplaire.

Une trisomie est possible pour tous les chromosomes mais il se trouve que de nombreuses trisomies ne sont pas observables parce qu'elles aboutissent à des avortements précoces (neuf avortements pour dix trisomies).

Si la plus connue d'entre elles est la trisomie 21, c'est parce que cette trisomie, justement, autorise parfois la poursuite de la grossesse, la viabilité de l'enfant et se remarque physiquement de façon flagrante. La trisomie 21 se caractérise par des yeux obliques vers le bas et des mains courtes à paumes présentant un unique pli transversal, associés à une déficience mentale.

D'autres trisomies, comme la 13 ou la 18, autorisent parfois la poursuite de la grossesse mais se soldent par la mort de l'enfant au cours des premières semaines ou des premiers mois. Notons que la trisomie 13, parce qu'elle empêche la formation de trois ventricules centraux, provoque la naissance d'un "cyclope", lequel monstre, non plus que la "sirène", n'a pas été inventé par l'imagination de l'homme[64].

La trisomie 8, elle, est viable et n'entraîne que de légers handicaps compatibles avec la vie.

Les délétions chromosomiques

Les délétions chromosomiques sont la déficience, l'ablation de fragments de chromosomes.

Une ablation des petits bras du chromosome 5, par exemple, entraîne une déficience mentale grave associée à diverses malformations dont notamment celle du larynx, d'où le nom donné à cette pathologie de "maladie du cri du chat", le bébé émettant des sortes de miaulements à la naissance.

La délétion du chromosome 18 provoque des anomalies oculaires, des malformations du visage et une déficience mentale.

Les anomalies concernant les chromosomes sexuels

Les anomalies concernant les chromosomes sexuels présentent différents cas de figure :

Les filles dotées d'un seul chromosome X (au lieu de deux) sont atteintes du syndrome dit "de Turner". Elles restent de petite taille et sont stériles.

Les garçons dotés d'un chromosome X supplémentaire (soit au total XXY) sont atteints du syndrome dit "de Klinefelter". Ils présentent des caractères secondaires féminins et sont stériles.

les pathologies d'origine génique

En marge des "accidents chromosomiques" au moment de la conception, se situent des troubles directement causés par le message génétique supporté par l'ADN. Ces troubles, donc, ne constituent pas des accidents mais se transmettent de façon héréditaire.

Les mécanismes des maladies génétiques

On connaît encore mal toutes les causes, très complexes, de ces troubles. Il s'agit, d'une façon générale, de la mutation d'un gène (par substitution, inversion, délétion ou insertion d'une base azotée au sein d'un de ses codons) qui modifiera la structure de la protéine commandée, laquelle agira de façon néfaste sur l'organisme.

S'expliquer le mécanisme de ces troubles suppose :

- soit de déceler chez le malade les substances (neurotransmetteurs, hormones, protéines) en déficience ou en surplus ;

- soit de déceler directement sur l'ADN le gène et son codon se distinguant du gène normal.

Ces deux symptômes sont évidemment liés, puisque le message de l'ADN dicte la fabrication des substances nécessaires au bon fonctionnement du cerveau.

Guérir les maladies génétiques

La guérison de tels troubles peut s'effectuer de deux façons :

- une médication corrigeant les déficiences ou surplus de substances nécessaires au bon fonctionnement du cerveau. Une telle médication agit sur le sujet lui-même et ne l'empêche pas de transmettre le gène responsable à la génération suivante ;

- une intervention directe sur le génotype. Dans ce cas, le porteur, ou plutôt l'ex-porteur du gène, ne développera pas la maladie. Si, de plus, ce gène est corrigé au sein de son génotype, le sujet ne le transmettra pas à la génération suivante.

La lissencéphalie

La lissencéphalie, causée par la mutation d'un gène, se manifeste par des circonvolutions cérébrales mal décelables, étalées, au nombre réduit de neurones. Le bébé, à la naissance, paraît tout à fait normal mais ne s'avère capable d'aucune acquisition et meurt au bout de quelques mois[65].

L'hypothyroïdie congénitale

L'hypothyroïdie congénitale se caractérise par une déficience intellectuelle grave accompagnée d'un nanisme et touche une naissance sur 3000. Le bon fonctionnement de la glande thyroïde, en effet, est indispensable au bon développement du cerveau.

Cette maladie est heureusement détectable à la naissance par l'analyse d'une tache de sang prélevé sur le bébé. Un traitement de quelques gouttes quotidiennes d'hormones suffit à palier la déficience naturelle du malade et assurer un développement normal du cerveau.

La phénylcétonurie

La phénylcétonurie concerne une naissance sur 10000 et se caractérise par une déficience intellectuelle.

La phénylcétonurie est provoquée par un gène qui, à la suite d'une mutation héritée, ne peut plus commander la fabrication d'un enzyme appelée "phénylalanine hydroxylase". Or, cette enzyme a le rôle de transformer un acide aminé, la phénylalanine, en tyrosine. En l'absence de phénylalanine hydroxylase, qui n'est plus commandée par l'ADN, la phénylalanine n'est plus transformée en tyrosine et s'accumule dans le sang, en entraînant de graves troubles psychomoteurs et une déficience mentale grave.

La phénylcétonurie est systématiquement dépistée aujourd'hui à la naissance grâce au test dit "de Guthrie", qui analyse une tache de sang prélevé sur le bébé. Un régime alimentaire particulier préservera le bébé malade des conséquences de cette maladie.

La maladie d'Alzheimer

La maladie d'Alzheimer se manifeste à partir d'une soixantaine d'années par des troubles de mémoire, puis des défaillances intellectuelles allant en s'aggravant.

Chez ces malades, les axones des neurones de l'hippocampe et du cortex se désagrègent jusqu'à évoquer, de façon caractéristique, des fragments de fil de fer barbelés.

Cette destruction des neurones serait causée par une protéine, la protéine "béta-amyloïde", formée de 29 acides aminés[66].

Or, cette protéine béta-amyloïde n'est en fait qu'un segment d'une protéine plus longue (695 acides aminés) appelée "APP".

La béta-amyloïde, lorsqu'elle est prisonnière de l'APP, n'est pas nocive. En revanche, si elle se libère de l'APP, elle devient nocive pour le neurone.

Entrent en jeu des enzymes, dont la fonction (normale) est de détruire l'APP en la sectionnant au coeur de la béta-amyloïde (BA), ce qui pour effet corollaire de détruire la béta-amyloïde et donc de l'empêcher de nuire.

Que se passe-t-il chez un sujet atteint de la maladie d'Alzheimer ? Les enzymes ne sectionnent pas l'APP au coeur de la BA mais de chaque côté de celle-ci, ce qui ne la détruit pas mais au contraire la libère, l'autorisant ainsi à aller détruire les neurones.

Pourquoi, dans le cas de la maladie d'Alzheimer, les enzymes sectionnent-ils l'APP de chaque côté de la BA ?

L'APP, en temps normal, est protégée d'un tel risque par un inhibiteur de protéase, c'est-à-dire par une molécule qui empêche sa dégradation par des enzymes et qui fait partie d'elle.

Nous savons que la fabrication d'une protéine est commandée par un message génétique inscrit sur l'ADN. Dans le cas d'un sujet atteint de la maladie d'Alzheimer, une erreur dans la suite des bases azotées de l'ADN provoque la modification d'un acide aminé situé justement, au sein de l'APP, sur le segment concernant l'inhibiteur de protéase. Du coup, cet inhibiteur se trouve mal ou plus synthétisé, l'APP ne peut plus se défendre contre l'attaque des enzymes et la béta-amyloïde se libère dans le neurone et le détruit.

Le gène responsable de la fabrication (parfois mauvaise) de l'APP serait localisé sur le chromosome 21[67].

Mais d'autres gènes, situés sur d'autres chromosomes, pourraient bien entrer aussi en ligne de compte dans le déclenchement de la maladie.

Un gène situé sur le chromosome 14 semblerait lui aussi, lorsqu'il est muté, déclencher les symptômes de la maladie, notamment dans ses formes héréditaires précoces.

En 1993, le neurologue américain Allen Roses aurait découvert une seconde protéine concourant au déclenchement de la maladie. Sur le chromosome 19, se situerait un gène qui commanderait la fabrication de protéines sanguines, à savoir l'ApoE-2, l'ApoE-3 et l'ApoE-4. L'une d'elles, l'ApoE-4, capturerait la béta-amyloïde libérée de l'APP pour la faire pénétrer à l'intérieur du neurone, lui permettant ainsi sa destruction.

Un sujet fabrique seulement deux des trois protéines sanguines. Or, la protéine ApoE-4 est fabriquée deux fois plus souvent par les malades que par les sujets sains.

Ces données sur les mécanismes de la maladie d'Alzheimer doit nous faire noter que le cheminement partant de l'ADN pour aller jusqu'au fonctionnement du cerveau est indirect, complexe et pluri-factoriel, même en termes de gènes. Cela peut nous laisser songeurs quant à la complexité des mécanismes ‑ d'ordre environnemental ou génétique ‑ susceptibles d'influencer les phénomènes, par exemple, de mémoire ou de déduction logique.

La chorée de Huntington

La chorée de Huntington, appelée aussi "danse de Saint-Guy", se déclenche après 35 ans et se manifeste chez le sujet par des mouvements désordonnés et une détérioration mentale progressive. George Huntington décrivait le premier, en 1872, les symptômes de cette maladie et notait son caractère héréditaire. La recherche moderne a repéré le gène responsable de cette maladie sur le bras court du chromosome 4. L'effet de ce gène est de réduire l'effectif des neurones au sein du "noyau caudé", au coeur de la plus profonde région du cerveau.

Cette maladie est due à un gène autosomal (puisque situé sur le chromosome 4, non sexuel) et dominant : ce gène n'est pas lié au sexe et il se transmet au hasard. Un sujet chez qui la pathologie s'est déclenchée est donc porteur du gène, qu'il a pu transmettre à chacun de ses enfants. En revanche, un enfant de malade qui n'a pas déclenché lui-même la maladie n'est donc pas porteur du gène et n'a pas transmis ce gène à ses enfants.

La maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson se manifeste par des troubles moteurs : rigidification générale des membres, tremblements. On observe une réduction du nombre de neurones situés dans le "locus niger" ("substance noire") qui explique ces symptômes, parce que ces neurones, normalement, fabriquent le neurotransmetteur "dopamine", qui assure le développement normal des actes dynamiques.

La maladie de Parkinson se transmet de façon héréditaire.

Le docteur Oliver Sacks, en 1960, réussit à guérir ses patients en leur injectant des doses de L-dopa, laquelle guérison ne fut malheureusement que temporaire[68].

La craniosténose

Cette pathologie ne se caractérise pas par une action directe des gènes sur le cerveau, mais par une action ‑ indirecte ‑ sur la boite crânienne. Nous la citons toutefois parce qu'elle altère néanmoins les capacités intellectuelles (puisque la boite cranienne contient le cerveau).

Les "fontanelles", espaces non ossifiés de la voûte crânienne, permettent au crâne de l'enfant de pouvoir s'aggrandir et à son cerveau de gagner tout son volume.

La pathologie de la "craniosténose" se caractérise par l'absence des fontanelles. Elle empêche donc le cerveau de l'enfant de se développer normalement et provoque chez lui un déficit intellectuel important. Cette pathologie est souvent d'origine génétique[69].

Ceci, au passage, nous suscite quelques questions :

- La craniosténose constitue un cas extrême, dicté par les gènes, d'absence totale de fontanelle. Mais n'existe-t-il que la normalité et ce cas extrême ou bien existe-t-il, entre cette normalité et ce cas extrême, toute une gamme, graduée, de taille ou d'élasticité de fontanelles ?

- Existe-t-il un "gène de la craniosténose" ou différents gènes qui commandent différentes caractéristiques des fontanelles ‑ comme par exemple leur grandeur, leur élasticité ou leur durée d'ouverture ?

En bref, la question qui se pose ici est la suivante : les gènes dictent-ils une fontanelle "ou bien normale ou bien fermée" ou toute une gamme de fontanelles de qualités diverses ? Car nous serions, dans le second cas, en présence d'une détermination génétique des potentialités intellectuelles à la naissance par le biais des fontanelles ‑ même "normales" ‑ puisque de ces fontanelles dépend le développement ‑ physique ‑ du cerveau.

Les maladies "psychiatriques"

La psychose maniaco-dépressive[70]

On crut d'abord, et on croit encore couramment aujourd'hui, cette maladie causée par l'environnement. Au XIX° siècle, pourtant, Esquirol et Kraepelin[71] observèrent la fréquence héréditaire de cette maladie. Cette fréquence ne démontrait rien pour autant : la maladie pouvait se transmettre indépendamment des gènes par le comportement parental. C'est en 1980, seulement, que l'on découvre des confirmations du rôle des gènes dans le déclenchement de cette maladie[72] :

1°) Les vrais jumeaux ‑ isogéniques[73] ‑ ont une concordance moyenne des troubles trois fois supérieure à celle des faux jumeaux ‑ hétérogéniques[74].

2°) Le risque de contracter la maladie est dix fois plus important lorsqu'on est fils de malade (20 %) que lorsqu'on est fils de parent non-malade (2 %). Mais aussi, et surtout, cette proportion reste exactement la même pour les enfants adoptés.

La contribution de facteurs héréditaires dans la prédisposition à cette grave maladie mentale ne fait donc plus de doute[75].

Mais de quel gène s'agit-il ? On l'ignore encore. On a remarqué, toutefois, qu'il se transmet accompagné de "marqueurs" génétiques[76] situés à proximité les uns des autres sur la carte du chromosome X[77], ainsi que le pense une équipe de chercheurs israëlienne. D'autres équipes soupçonnent le rôle d'un gène localisé sur le chromosome 18. Janice Egeland[78], enfin, (mais ainsi que différentes autres équipes) soupçonne un gène situé sur le chromosome 11 de jouer un rôle dans le déclenchement de la psychose maniaco-dépressive.

Comment ce gène agit-il ? On l'ignore encore. On suspecte un rôle du neurotransmetteur "noradrénaline"[79].

Cette parenthèse peut sembler nous éloigner de notre sujet. Elle veut montrer, cependant, le pouvoir des gènes "dans l'organisation anatomique du système nerveux, dans la genèse et la propagation de l'activité nerveuse, enfin, dans la réalisation de comportements aussi évolués que l'apprentissage ou les états affectifs."[80]

La schizophrénie

Les recherches en la matière débutent seulement. On soupçonne le neurotransmetteur dopamine de jouer son rôle de relais chimique de façon anormalement élevée. On soupçonne principalement un gène localisé sur le chromosome 5 mais qui agit probablement avec la concomittance d'autres gènes situés sur d'autres chromosomes, et que le hasard de la distribution génétique à la conception aurait réunis sur le génotype d'un même individu (ce qui expliquerait le caractère relativement peu héritable de cette pathologie). L'environnement, enfin, semblerait jouer un rôle dans le déclenchement de la maladie.

L'autisme

L'autisme semblerait être causé par d'autres facteurs que celui ‑ qui a longtemps prévalu ‑ d'un mauvais comportement affectif de la mère.

L'absence de lignées d'autistes, par ailleurs, permettrait d'exclure une cause génétique héréditaire de cette maladie. Ce qui n'empêche pas pour autant cette maladie d'être causée peut-être par une conjugaison de gênes fautifs.

On reste, en tout état de cause, encore plutôt ignorant des causes de ce trouble.

Quelques études récentes montreraient chez l'autiste un développement anormal de certaines parties du cervelet, ce qui resterait à confirmer.

Conclusion

On connaît encore mal l'action exacte des gènes sur la constitution du cerveau et le fonctionnement de la pensée et de l'intelligence.

Plusieurs éléments permettent néanmoins de supposer que ce rôle existe :

- Le code génétique commande la fabrication des organes, déterminisme qui saurait difficilement faire exception pour l'organe du cerveau ;

- On sait qu'une altération (génétique ou chromosomique) du code génétique provoque une altération des facultés mentales, ce qui laisse supposer qu'à l'inverse, un bon fonctionnement de la pensée est aussi déterminé par les gènes.

On sait, par ailleurs, que le code génétique est unique pour chaque individu, ce qui signifie, pour ce qui concerne le cerveau, que chaque enfant naît avec un cerveau de constitution propre.

La conclusion de cette conclusion est donc qu'il semble hautement probable (et probablement vérifié d'ici peu) que les gènes jouent un rôle effectif dans la constitution du cerveau et le fonctionnement de la pensée et de l'intelligence et que les enfants, étant dotés de génotypes uniques, naissent tous avec des cerveaux uniques eux aussi, ce qui laisse supposer que les enfants naissent probablement avec des potentialités intellectuelles différentes.

 

Les conséquences de cette supposition sont importantes :

Si les potentialités intellectuelles à la naissance déterminent pour partie le développement de l'intelligence, laquelle détermine pour partie la réussite scolaire, laquelle détermine enfin pour partie la réussite sociale, alors la théorie sociologique de la Reproduction, qui ne tient pas du compte de la variable biologique, ne peut pas expliquer de façon pertinente, suffisante, les mécanismes de la mobilité sociale et de la formation des inégalités sociales.

 

En marge de la génétique ("l'inné") et de l'éducation ou de la culture ("l'acquis"), d'autres éléments viennent influencer ‑ favoriser ou affecter ‑ le développement des structures neuronales. Ce sont des éléments constituant de l'environnement physiologique ‑ foetal et néo-natal ‑ comme l'oxygénation, l'alimentation ou les conditions générales de vie, une sorte "d'acquis" non social ou "d'inné" non génétique. Peut-être serait-il bon d'explorer ces éléments dans le cadre de travail d'une thèse.

Lexique des termes utilisés en génétique

Acide aminé : corps d'extrêmités COOH (acide) et NH2 (amine), reliées par un C auquel s'accrochent différents corps annexes qui donnent à l'acide aminé sa spécificité. Son enfilement ordonné avec d'autres acides aminés forme une protéine. Il existe vingt sortes d'acides aminés.

 

ADN : acide désoxyribonucléique. Gigantesque molécule enfermée dans une chromatide et le long de laquelle sont inscrits, sous forme de milliards de bases azotées, une partie des gènes d'un individu. Composée de désoxyribose, d'acide phosphorique et des quatre bases azotées que sont l'adénine, la thymine, la guanine et la cytosine et qui ne peuvent être associées entre elles que d'une façon : A-T ou G-C.

 

ARN messager : acide ribo-nucléique messager. Molécule longue de quelques centaines de nucléotides et dupliquant, à l'intérieur du noyau, l'information d'un gène inscrite sur l'ADN pour la transporter à l'extérieur du noyau, dans le cytoplasme. Il transporte l'information sous forme de bases azotées ordonnées, de façon inverse, complémentaire, par rapport à l'ADN : la guanine y est représentée par la cytosine, etc. L'adénine n'y est pas représentée par la thymine par une autre base azotée : l'uracile.

 

ARN polymérase : acide ribonucléique polymérase. Complexe enzymatique qui écarte les deux montants d'un ADN et fabrique l'ARNm sur lequel sont inscrits, en inverse, les informations inscrites sur l'un des montants de l'ADN.

 

ARN pré-messager : acide ribonucléique pré-messager. ARN dupliquant la totalité des informations d'un gène avant que l'ARNm n'en sélectionne que l'utile.

 

ARNt : acice ribo-nucléique de transfert. Molécule longue de quelques dizaines de nucléotides et roulé en boule dont la fonction est d'apporter en regard de chaque codon inscrit sur l'ARNm l'acide aminé qu'il désigne et prolonger ainsi la protéine en cours de fabrication.

 

Base organique azotée : corps de formule générale ...., qui comprend notamment l'adénine, la cytosine, la guanine et la thymine, lesquelles forment les "barreaux" de l'ADN. L'adénine, la cytosine, la guanine et l'uracile forment, elles, les "dents" de l'ARNm.

 

Caryotype : nombre et morphologie générale des chromosomes pour une espèce vivante donnée.

 

Chaîne polypeptidique : protéine.

 

Chromatide : sac contenant un ADN compacté.

 

Chromosome : Assemblage de deux chromatides. S'associe par paires. Elément unitaire du caryotype d'une espèce vivante.

 

Codon : triplet de trois bases organiques azotées successives et ordonnées qui désigne, sur l'ARNm, un acide aminé précis.

 

Codon-stop : codon qui ne désigne pas un acide aminé mais commande l'arrêt de l'assemblage de la protéine parce que cette protéine est achevée.

 

Gène : message inscrit sur un segment de l'ADN et qui commande la fabrication d'une protéine précise, laquelle agira sur l'organisme. Aucun individu n'a les mêmes gènes.

 

Génotype : ensemble de tous les gènes d'un individu inscrit sur les 92 ADN de ses 46 chromosomes. Aucun individu n'a le même génotype.

 

Nucléotide : élément unitaire d'un barreau d'ADN ou d'ARNm. Formé par une molécule d'acide phosphorique, une molécule de sucre (désoxyribose pour l'ADN, ribose pour l'ARNm) et d'une molécule de base organique azotée        .

 

Phénotype : apparence d'un individu. L'expression, modifiée par l'environnement, de son génotype. Aucun individu n'a le même phénotype.

 

Protéine : molécule formée d'un enfilement ordonné d'acides aminés et qui, associée ou non à d'autres corps, agit dans l'organisme humain. Son plan de fabrication constitue l'information d'un gène.

 

Ribosome : organite cellulaire dont la fonction est d'assembler les uns à la suite des autres les acides aminés collectés par les ARNt d'après le message de l'ARNm.

Note de lecture : Changeux Jean-Pierre, 1994, Raison et Plaisir, O. Jacob :

Neurobiologie et sciences de l’homme

p.15

« (...) Du XVIII° siècle à nos jours, les sciences du cerveau ont progressé de manière impressionnante. Et cela en dépit des farouches oppositions idéologiques qui ont contribué au clivage désastreux entre la réflexion sur le cerveau et les sciences de l’homme et de la société. Ces trois dernières décennies auront été dominées en France par trois système d’analyse qui ont trop négligé notre encéphale : le structuralisme, occupé à la définition formelle et au classement des signifiants ; le marxisme, centré sur l’histoire et l’économie ; la psychanalyse, enfin, valorisant le subjectif et l’inconscient.

La décérébralisation des sciences humaines

L’enrichissement méthodologique et conceptuel qui en a résulté est certes précieux, mais il a parfois conduit à des prises de positions difficilement acceptables. La pensée de l’homme et le langage, l’histoire, étaient dans certains cercles étudiés comme s’il s’agissait de processus totalement autonomes. Le clivage cartésien du corps et de l’esprit a même reverdi dans la réflexion de quelques psychologues (même s’ils s’en défendent), de même que l’existence d’un monde platonicien des Idées est restée, consciemment ou non, près du coeur de quelques-uns de nos brillants mathématiciens ! L’extrême spécialisation, dictée sans doute par une exigence nécessaire de rigueur dans l’analyse, allait jusqu’à mettre en cause l’unité de la Science. Les historiens élucideront les causes du succès de cette « décérébralisation » progressive des sciences de l’homme dans notre pays.

Réunir cerveau et sciences humaines

p.16 :

(...) Galle saura faire connaître l’idée capitale d’une mise en relation causale de l’organisation du cortex cérébral avec ses fonctions les plus caractéristiques, comme le langage. Cette idée, qu’il exprimera souvent de manière bien naïve, inspirera cependant Bouillaud puis Broca, qui en démontreront la validité. Beaucoup d’autres, à leur suite, illustreront cette tradition : Charcot, Déjerine, Piéron et, plus près de nous, Hécaen ou Lhermitte. Mais leur voix n’a été que très insuffisamment entendue. Le moment est venu de les redécouvrir et, par-là même, d’enrichir la recherche sur l’homme des connaissances les plus récentes sur le cerveau, où la pensée se fabrique. De nos jours, il est impossible de négliger celui-ci, de le reléguer au rang d’une trop commode boîte noire. Les sciences de l’homme et de la société sont désormais unies, pour le meilleur et pour le pire, aux sciences du cerveau.

(...) Initiative dont il importe de souligner l’originalité : Henry Fyssen et son épouse créèrent dans notre pays, en 1979, une fondation dont le but est de promouvoir l’analyse scientifique des mécanismes logiques du comportement animal et humain.

Richesse des communications interneuronales

p.18 :

(...) Plus de quarante neuromédiateurs, dont de nombreux peptides participent de cette signalisation chimique. Comme l’a montré le Suédois Hökfelt, plusieurs d’entre eux peuvent coexister dans un même neurone, accroissant de ce fait la palette de signaux dont la cellule nerveuse dispose dans ses communications. La recherche sur les drogues actives sur le système nerveux a pris un tour nouveau avec l’identification des récepteurs de neuromédiateurs, dont la fonction est non seulement de reconnaître un médiateur chimique, mais aussi de le traduire en signal électrique (ou métabolique).

p.19 :

(...) « Ce qui est vrai pour le récepteur de torpille l’est également pour le récepteur du cerveau de l’homme », jusqu’aux acides aminés particuliers qui composent le site de reconnaissance de l’acétylcholine et les parois du canal ionique qui s’y trouvent associées.

(...) Depuis, des centaines de récepteurs, de canaux ioniques, d’enzymes propres au cerveau ont été identifiés. Les communications cérébrales s’enracinent dans une physico-chimie d’une prodigieuse diversité.

(...) Une pharmacologie mieux ciblée se développe, de l’angoisse, de la douleur, de la maladie mentale...

(...) Les multiples connexions (de l’ordre de six cent millions par millimètre cube) paraissent plus riches et plus diverses que celles de notre galaxie avec ses myriades d’étoiles.

p.22 :

(...) Kant (et avec lui bien des philosophes classiques) avait suggéré un clivage « hiérarchique » en sensibilité, entendement et raison. Ces niveaux d’organisation paraissent bien insuffisants au psychologue cognitif contemporain. Mais chacun de ces termes illustre la tentative d’éviter l’écueil d’une réduction sauvage qui consisterait à assigner une fonction supérieure à un niveau d’organisation trop élémentaire ! Comme d’établir, par exemple, un lien de cause à effet entre un seul neuromédiateur ou son récepteur et une maladie mentale.

Barlow et Hebb : « neurone grand-mère » ou populations de neurones dispersées ?

p.23 :

(...) Pour le physiologiste anglais BARLOW, l’unité de représentation est le neurone lui-même, promu « neurone grand-mère ». Pour le psychologue canadien HEBB et beaucoup d’autres après lui, l’objet mental s’identifie à l’état d’activité dans l’espace et dans le temps de populations définies ou « assemblées » de cellules nerveuses éventuellement distribuées dans des régions très différentes de l’encéphale. (...) Déchiffrer ce code est devenur l’un des problèmes majeurs des neurosciences contemporaines.

Posner & Raichle : déchiffrer le code neural pour établir une « anatomie de la sémantique »

(...) Définir la connectivité suffirait pour les uns ; une condition supplémentaire de cohérence d’activité serait nécessaire pour les autres. Les enregistrements électrophysiologiques de neurones individuels, la visualisation par des méthodes d’imagerie cérébrale de plus en plus perfectionnées de territoires entiers de l’encéphale, la mise au point de techniques nouvelles d’exploration jointes à une approche psychologique rigoureuse devraient permettre de déchiffrer le code neural. Une « anatomie de la sémantique », comme l’écrivent POSNER et RAICHLE, deviendrait désormais possible.

Matérialité du cerveau

p.77 :

(...) Au total, plus de cent milliards de neurones, dix mille fois plus de contacts entre neurones, le nombre de combinaisons possibles entre ces points de contacts serait de l’ordre du nombre d’atomes présents dans l’Univers.

(...) A la fin du siècle dernier, le pouvoir séparateur du microscope optique ne suffisait pas pour résoudre les contacts entre cellules nerveuses. On se plaisait à l‘époque à invoquer la possibilité d’une continuité, plus propice au passage d’un Esprit immatériel.

(...) Des signaux chimiques bien « matériels » servent à communiquer d’une cellule à l’autre. Toute représentation qui se veut « intégrale » de la structure du système nerveux inclut donc celle de ses composantes moléculaires. L’univers connexionnel du cerveau se double désormais d’un univers moléculaire. Représenter le cerveau et son fonctionnement inclut la description dynamique des molécules qui composent les neurones, qui eux-même composent le cerveau. L’état mental est un état physique.

Complexité architecturale

p.78 :

(...) La raison, Kant l’enseigne, est un « système organique », fonction suprême s’architectures neurales dont le développement devient fulgurant chez l’Homme (principalement avec l’accroissement de surface et de complexité du cortex frontal). Et ce système règle, contrôle, élimine, sélectionne, enchaîne des représentations en compositions, en « synthèses mentales » préliminaires aux programmes moteurs, en accord avec la mémoire d’une expérience antérieure similaire ou, si la situation est nouvelle, « appropriée » aux circonstances.

Possibilités et limites de la technique d’imagerie médicale

p.79 :

(...) La caméra à positons dévoile une géographie nouvelle de territoires cérébraux où, ici des ensembles de neurones s’allument, là s’éteignent : paysages fugaces où se distinguent les aires occipitales lorsque les yeux s’ouvrent, les aires temporales lorsque le dialogue verbal s’établit, le cortex frontal lorsque la réflexion l’emporte sur la perception. Cette région antérieure du cerveau devient particulièrement active lorsque, à l’occasion du sommeil, les rêves envahissent le cerveau. Le déchiffrage des paysages cérébraux se heurte à des difficultés, surmontables certes, mais encore mal maîtrisées. La résolution dans l’espace ne descend guère au-dessous de quelques millimètres, mais le « grain » d’activité, le neurone, est dix à cent fois plus petit. La résolution dans le temps n’est guère meilleure ; elle est loin d’atteindre le dixième de seconde des temps psychologiques. Les images que donne la machine sont encore très frustes, comparées aux « états matériels qualitatifs », aux qualia, si chers aux philosophes.

Trois niveaux d’évolutions de la représentation du monde

p.84 :

(...) Le cerveau de l’homme (...) contient et même constitue, par la disposition des neurones qui le composent, une « représentation » du monde qui l’entoure. A son niveau se nouent trois évolutions : l’évolution « génétique » des espèces, l’évolution « singulière » de l’individu et l’évolution culturelle. Enrichi à chaque génération, par l’expérience structurante et organisatrice de l’éducation, le cerveau devient « tableau » du monde.

Diderot et la biologie

p.138 :

(...) Diderot fut-il biologiste et, mieux encore, neurobiologiste ? L’idée pourrait paraître incongrue si l’on ne possédait de sa main les Eléments de physiologie et les Notes préparatoires. Les Eléments ne furent pas publiés du vivant de leur auteur. Néanmoins, « la biologie fut pour Diderot, écrit Jean Mayer, une préoccupation dominante : à défaut de la métaphysique, dont il se défie, et de l’introspection, qu’il déclare impossible, elle seule permet de parvenir à une meilleure connaissance de l’être humain. Toute la carrière scientifique du philosophe a tendu vers cette étude psycho-physiologique de l’homme ». Selon cet auteur, la genèse des Eléments de physiologie commence en 1765, lorsque Diderot se trouve dégagé des travaux de l’Encyclopédie, et il y consacrera les vingt dernières années de sa vie. Le dessein de Diderot est particulièrement ambitieux : par la synthèse des connaissances physiologiques et anatomiques de l’époque, il se propose de redéfinir la place de l’homme dans la nature avant de démontrer, dans le dernier chapitre des « Phénomènes du cerveau », que sa psychologie est inséparable, voire se déduit, de sa physiologie...

Dans les Eléments comme dans Le Rêve de d’Alembert, Diderot fait sien le discours de La Mettrie dans L’Homme-Machine ou l’Histoire naturelle de l’âme. Mais il sait s’opposer à son réductionnisme lorsqu’il devient excessif, tout comme il rejette le dualisme naïf et animiste d’un Jean-Paul Marat, médecin-écrivain au sinistre destin révolutionnaire.

p.139 :

(...) « Marat ne sait ce qu’il dit quand il parle de l’action de l’âme sur le corps, s’il y avait regardé de plus près il aurait vu que l’action de l’âme sur le corps est l’action d’une position du corps sur une autre. » La psychologie de Diderot a bien pour objet de relier les « facultés de l’âme » à une « qualité corporelle ». Mais cette psychologie est encore fort rudimentaire : elle se situe même en retrait par rapport à celle d’autres auteurs contemporains comme Charles BONNET.

Le biologisme de Sigmund Freud

p.140 :

(...) A l’automne 1873, en troisième année d’université, Freud s’inscrit chez Ernst Brücke. Or, celui-ci, en compagnie d’Emil Du Bois-Reymond et de Hermann Ludwig von Helmholtz, avait formé au début des années 1840 un groupe particulièrement subversif, le « Berliner Gesellschaft », dont le programme se résumait dans ce « serment solennel », que Freud connaît, « de promouvoir cette vérité que seules les forces physiques et chimiques, à l’exclusion de toutes autres, agissent dans l’organisme ». Ce physicalisme militant se trouve dans le droit fil des vues de La Mettrie et de son protecteur Prédéric II.

(...) Les Etudes sur l’hystérie achevées, Freud entreprend en 1895 une Psychologie pour les neurologues. Il rédige deux carnets qui ne seront publiés qu’après sa mort, sous le titre Entwurf einer Psychologie, Esquisse d’une psychologie scientifique, bien oubliés aujourd’hui. Ses premières lignes reprennent à s’y méprendre les Eléments de Diderot ! « Le propos est de fournir une psychologie qui sera une science naturelle : c’est-à-dire de représenter les processus psychiques comme des états quantitativement déterminés de particules matérielles repérables, faisant ainsi dans ces processus quelque chose de clair et d’irréfutable. » Les « particules matérielles repérables » peuvent s’interpréter comme les cellules nerveuses, ou neurones, que relient des « barrières de contact » décrites peu après sous le nom de synapses. Le « besoin de neurologiser » de Freud va plus loin encore. D’une part, il élabore des schémes du type de celui de la sexualité, qui illustrent les notions très actuelles de « niveau d’organisation » et « d’organisation en réseau ». D’autre part, il a une « opinion de plus en plus haute de la théorie chimique du neurone ». Il va même jusqu’à comparer le travail du psychanalyste à celui du chimiste dans son laboratoire, regrettant de ne pouvoir encore « remplacer les termes psychologiques par des termes de physiologie ou de chimie ». Une continuité de pensée existe bel et bien de Diderot à Freud et de l’Esquisse aux recherches les plus actuelles des neurosciences.

p.141 :

(...) Avec la théologie naturelle, l’homme tenait une place à part au centre de la Création. Diderot en rejette avec vigueur le finalisme anthropocentrique. Darwin destabilise définitivement ce bel édifice. Comme l’écrit Freud dans la Dix-huitième Conférence, après le choc de la révolution copernicienne, qui montre que « la terre ne forme qu’une parcelle insignifiante du système cosmique », « l’égoïsme naïf de l’humanité » a subi « un second démenti par la recherche biologique lorsqu’elle a réduit à rien les prétentions de l’homme à une place privilégiée dans l’ordre de la Création, en établissant sa descendance du règne animal ».

Gall : la phrénologie et l’idée de spécialisation fonctionnelle de zones corticales

p.154 :

(...) En dépit d’une conception de la psychologie très fantaisiste, Gall va suggérer le premier modèle sérieux de mise en relation de l’organisation cérébrale avec ses fonctions psychologiques. Anatomiste de métier, Gall note l’extrême développement du cortex cérébral. Manteau riche en plicatures et circonvolutions, le cortex forme l’essentiel du cerveau chez les mammifères supérieurs et chez l’homme. Gall reconnaît que celui-ci se compose des mêmes substances grise et blanche que le système nerveux périphérique. Mieux, il propose d’assigner à des territoires définis de celui-ci des « facultés morales et intellectuelles » qu’il considère innées et irréductibles. Leur liste fait aujourd’hui sourire. Cependant, il défend une première théorie, certes encore très naïve, des « localisations cérébrales » au niveau du cortex. Mais, en même temps, il l’étend de manière maladroite, voire illusoire dans sa spécificité. Il postule que les « organes » élémentaires varient de dimension d’un individu à l’autre et que la forme du crâne reproduit fidèlement ces différences.

(...) Sur le terrain de la science, les critiques se font violentes. L’idéologie s’en mêle. La phrénologie devient l’emblème du matérialisme. Flourens, membre de l’Institut et professeur au Collège de France, aux options dualistes qui plaisent dans les sphères politiques de l’époque, s’acharne avec passion contre les thèses de Gall. Mais Flourens est un habile expérimentateur qui sait viser juste... et relève le simplisme, la naïveté, voire les erreurs des thèses phrénologiques. La descendance intellectuelle de Gall et les neurosciences contemporaines valideront cependant l’idée fondamentale d’une spécialisation fonctionnelle du cortex cérébral chez les mammifères supérieurs et l’homme.

D’Empédocle et Lucrèce à Diderot puis Darwin

L’idée d’évolution par sélection naturelle se présente comme un constante de la pensée occidentale. Toujours combattue, déformée et « idéologisée », elle n’accède au statut de théorie scientifique qu’au XIX° siècle, avec l’observation systématique des espèces vivantes et la biologie expérimentale, mais aussi à la suite d’une longue réflexion sur les origines des êtres vivants et de l’homme en particulier. Depuis le Moyen Âge, aucun conflit sur la nature de l’homme ne semble exister entre science et théologie.

p.156 :

(...) Diderot, cependant, s’insurge dans sa Lettre sur les aveugles contre cette « habitude de traiter avec prodige tout ce qui vous paraît au-dessus de vos forces ».

Cuvier et les fossiles

(...) La découverte d’espèces disparues dans les strates géologiques rend de plus en plus difficile l’accord entre les archives fossiles et la preuve du Grand Déluge. Cuvier décrit avec un luxe de détails et de rigueur des faunes entières de vertébrés disparus, principalement les mammifères du tertiaire du Bassin parisien. Il voit dans la succession des faunes la trace de « révolutions », ou même de « catastrophes ». Luthérien convaincu, il ne se prononce pas sur les mécanismes de leur remplacement.

Lamarck et l’évolutionnisme

p.157 :

(...) La position de Lamarck tranche audacieusement avec celle de ses contemporains. Dans le Discours d’ouverture qu’il prononce le 11 mai 1800 devant son auditoire du nouveau Muséum d’histoire naturelle, Lamarck, alors âgé de cinquante ans, abandonne délibérément la position « essentialiste » qu’il avait adoptée jusque-là. Etudiant la collection des mollusques, il constate que des analogies existent entre espèces fossiles et espèces actuelles et les range en séries phylétiques pratiquement sans rupture. « A la suite de beaucoup de générations qui se sont succédé les unes aux autres, les individus qui appartenaient originairement à une autre espèce se trouvent à la fin transformés en une espèce nouvelle, distincte de l’autre. »

(...) Plus courageux que ne le sera Darwin, Lamarck considère l’homme comme produit de l’évolution. Il le voit comme résultat de la transformation, « par la nécessité des circonstances », « d’une race quelconque de quadrumane en bimane ».

Lamarck et l’hérédité de l’acquis

p.158 :

Lamarck, conséquent avec lui-même, suggère un mécanisme du changement évolutif. Il postule que « l’emploi le plus présent et le plus soutenu d’un organe quelconque [...] le développe, l’agrandit » et que ces caractères acquis « se conservent par la génération », deviennent héréditaires. Ce mécanisme « d’adaptation directe » par « hérédité flexible » ne sera pas retenu par les développements ultérieurs de la biologie expérimentale. Il atténuera la portée de la pensée de Lamarck, surtout lorsqu’il sera utilisé ‑ tout particulièrement en France ou en Union soviétique avec Lyssenko ‑ comme alternative au mécanisme de la sélection naturelle.

Le pessimisme des conceptions darwiniennes et diderotiennes

A la vision « optimiste » de Lamarck, qui croit au progrès des organismes vivants, succède, avec Darwin, une conception du monde résolument pessimiste et hostile à tout finalisme. Il y a, à cet égard, continuité avec la philosophie de Diderot, que Darwin sans doute ignore.

(...) Le pouvoir politique sanctionne le caractère subversif des idées de Diderot. Il est emprisonné à Vincennes.

La découverte de l’adn et l’exploration des protéines

p.167 :

(...) La « substantification » de l’hérédité atteindra son apogée avec l’identification chimique du principal composé des chromosomes, l’acide désoxyribonucléique, ou ADN, et la démonstration par Avery du transfert par cette molécule en solution d’un caractère héréditaire, d’une lignée bactérienne à l’autre. L’élucidation de la structure tridimensionnelle de la molécule d’ADN, par Watson et Crick en 1953, sous forme d’une double hélice, réalise l’étape ultime de mise en correspondance de la structure et de la fonction. Cette réduction de fonctions biologiques globales à des propriétés physicochimiques élémentaires se poursuivra avec l’élucidation de l’organisation dans l’espace de molécules qui sont les principaux « acteurs » de la chimie de la cellule : les protéines.

Gènes et cerveau

(...) L’élucidation des bases naturelles de l’hérédité allait renouveler la manière de penser l’évolution, l’embryogenèse, le développement du psychisme, les formes animales comme les formes mentales. Les variations spontanées et aléatoires requises par la thèse darwinienne de l’évolution par sélection étaient identifiées à des « mutations » de la molécules d’ADN. Certaines d’entre elles altèrent la forme du corps (comme celle du système nerveux) de manière tout à fait surprenante.

p.168 :

(...) Ces mutations touchent des gènes qui dirigent le développement précoce de l’embryon et celui de son système nervaux. Les uns déterminent les coordonnées cartésiennes du corps et ses propriétés de symétrie bilatérale ; d’autres règlent son organisation segmentaire ; d’autres, enfin, l’identité de ces segments. Les homologues de ces gènes se retrouvent chez la souris et chez l’homme. Leur inactivation entraîne de sévères altérations de la forme du corps comme de celle du cerveau. Le programme platonicien de D’Arcy Thompson se résout à un jeu séquentiel et combinatoire d’expressions cooordonnées et autorégulées de gènes de ce type au cours du développement embryonnaire.

Une remarquable homologie existe, au niveau des gènes eux-mêmes, de la drosophile à l’homme. On conçoit que la mutation de quelques-uns de ces gènes ait pu intervenir au cours de l’évolution des ancêtres de l’homme dans la complexification de son cerveau et le développement de son psychisme.

Broca : première localisation corticale d’un comportement

p.171 :

(...) Broca utilise encore l’oeil nu du pathologiste pour examiner et présenter le 18 avril 1861, devant le public de la Société d’anthropologie, « le cerveau d’un homme de cinquante ans qui est mort (la veille) dans son service de Bicêtre et qui avait perdu depuis vingt ans l’usage de la parole ». Dans sa communication, comme le rappelle Francis Schiller, Broca rend hommage à Jean-Baptiste Bouillaud, le « Doyen rouge » de 1848, élève de Broussais, qui, avec lui, avait adopté le modèle de Gall. Là où Bouillaud, en butte aux attaques de Flourens contre Gall et ses supporters, avait échoué, Broca réussit. Lorsque Le Borgne entre à Bicêtre, « il y avait déjà deux ou trois mois qu’il ne parlait plus ». Ses conduites étaient normales par ailleurs, sauf que « quelles que fût la question qu’on lui adressât, il répondait toujours : tan, tan ». L’examen post mortem de son cerveau révèle une lésion dont le foyer principal se situe dans la partie moyenne du lobe frontal de l’hémisphère gauche. Cette lésion a été la cause de la perte de la parole. Par la corrélation rigoureuse qu’il établit entre faits d’anatomie et faits de comportement, et que la postérité confirmera, Broca apporte la première démonstration de la localisation corticale discrète d’une faculté définie, postulat fondamental de l’organologie de Gall.

Utopie sociale généreuse et science

p.179 :

(...) Au XIX° siècle, les utopies sociales généreuses et le positivisme s’échafaudent sur un appel véhément à la raison. L’idée forte d’une « alliance » naturelle entre science et démocratie prend corps à cette époque. Hiroshima mettr ce potentiel d’espérance rudement à l’épreuve.

Nécessité de prudence et de débat éthique

p.180 :

(...) A la mesure de ces pouvoirs sans cesse croissants, l’existence de responsabilités et la nécessité du libre débat éthique deviennent des priorités.

S’il n’y a guèe de connaissance objective qui ne se fonde sur la mesure, cela ne signifie pas l’interprétation univoque de celle-ci, en particulier lorsqu’il s’agit du cerveau de l’homme. Le modèle de Gall inspire la découverte des centres du langage par Broca, puis celle des cartes cérébrales. Avec le même enthousiasme, Broca mesure le poids du cerveau, qu’il n’hésite pas à prendre comme paramètre de capacités intellectuelles les plus globales qui soient, de l’intelligence.

Broca, le système limbique, les émotions et le virus de la rage

p.185 :

(...) Broca ne pouvait passer à côté du domaine cérébral engagé dans ces processus vitaux pour l’espèce. En 1878, il décrit sous le nom de « grand lobe limbique » des structures situées sur la face interne des hémisphères qui forment une sorte de limbe autour des noyaux centraux du cerveau. Ces lobes participent à un système plus complexe encore ‑ le système limbique ‑ dont la destruction par le virus de la rage, que révèle en 1937 Papez, entraîne de graves troubles émotionnels qui justifient le nom du virus. Le système limbique est désormais reconnue comme le siège des émotions.

La recherche, au XIX° siècle, de causes morphologiques aux troubles mentaux

Pendant tout le XIX° siècle, les anatomistes s’acharneront, sans succès, pour découvrir un corrélat organique de ce type pour la maladie mentale. Mais la lésion biochimique est trop subtile pour être décelée par l’anatomie microscopique. Dans ces conditions, l’analyse scientifique porte sur les manifestations des troubles mentaux, leur description « morphologique ». De Pinel à Charcot et de Richer à Clérambault, le regard posé sur le malade se fait de plus en plus objectif et rationnel, mais reste extérieur.

Jackson : maladies mentales et « dissolution de l’évolution »

p.186 :

(...) Personnalité singulière dans cette évolution du savoir clinique, John Hughlings Jackson considère les maladies mentales comme « des réversions de l’évolution, c’est-à-dire des dissolutions ». Il distingue des niveaux d’organisation supérieurs « qui s’organisent toute la vie », aux « états de conscience plus vifs » qui « ont la permission de se débattre entre eux », assurant une « évolution interne ». Leur dégradation par la maladie révèle des niveaux inférieurs « bien organisés », plus « automatique », moins volontaires. Une hiérarchie dans l’organisation fonctionnelle du cerveau doit être prise en compte dans la description des états psychopathologiques comme de la psychologie du sujet normal. Aux niveaux les plus élevés, le cortex préfrontal, qui s’accroît de manière fulgurante des singes à l’homme, intervient dans les « synthèses mentales », élabore des programmes de conduite, les met à l’épreuve en capturant puis éliminant les réponses « hors de propos ». Ce système règle, contrôle, élimine, enchaîne, sélectionne des représentations en « compositions » nouvelles, « intentions », « anticipations » d’actes moteurs, se référant à la mémoire d’expériences antérieures ou, si la situation est nouvelle, « appropriée » aux circonstances, appropriée voulant dire que l’organisme portera tôt ou tard cette expérience au bénéfice de sa propre survie et/ou celle de la collectivité à laquelle il appartient. Le cortexe préfrontal participe aux architectures neurales de la raison.

La matérialité de l’esprit

p.188 :

(...) Le déchiffrage des organisations neurales et des états d’activité électrique et chimique qui se déploient dans le temps et dans l’espace pour coder les représentations mentales reste une urgente nécessité des neurosciences d’aujourd’hui. Le nouvel univers des molécules qui interviennent dans la genèse, la propagation et la transmission des signaux nerveux y joue un rôle décisif. Si nous percevons, si nous agissons, si l’émotion nous envahit et, disons-le tout net, si notre pensée se développe et s’organise, c’est que des myriades de ces molécules entrent en activité dans ces « objets mentaux » que notre cerveau emploie pour représenter le monde.

Le fonctionnement du mental

p.189 :

(...) Le modèle le plus plausible (il n’y en guère d’autres) est qu’il s’agit d’états d’activités collectifs et coordonnés de groupes de cellules nerveuses prises parmi le nombre astronomique (le terme est approprié) de neurones qui composent notre encéphale. Tantôt ces activités se trouvent en prise directe avec « l’expérience » sur le monde extérieur, tantôt elles surgissent de manière spontanée, relèvent de cette phantasia, puissance positive, qu’Aristote qualifiait « d’ouvrière plus sage que l’imitation » et que Freud reprend sous le nom de « fantaisie ». Le caractère à la fois dispersé et multimodal des neurones participant à ces assemblées leur confère des propriétés associatives très riches, permettant leur enchaînement et surtout leur combinaison. « Cette activité recombinante, génératrice d’hypothèses, représenterait à ce niveau un mécanisme de diversification essentiel », source intarissable de créativité. Ces images, capturées par la caméra à positons, l’électroencéphalographie ou la résonance magnétique, sont des incarnations du sens, des signatures matérielles d’états mentaux. Ces « hyéroglyphes neuronaux », encore très frustes et mal résolus, attendent leur Champollion.

Le cerveau, « machine » évolutive

Machine d’une extrême complexité, très largement inexplorée, le cerveau de l’homme n’est pas pour autant une mécanique inflexible. L’erreur serait grave ‑ elle est souvent commise de manière délibérée ‑ de confondre neuronal et machinal. Cela reviendrait à ravaler la complexité d’organisation du cerveau de l’Homo sapiens à celle des ganglions cérébroïdes de la drosophile, donc à nier son histoire évolutive. Ce serait également omettre deux fonctions essentielles : mémoire et conscience, qui « ouvrent » le cerveau de l’homme à l’histoire individuelle comme à l’histoire culturelle.

Biologie de l’apprentissage, de la mémoire, de la conscience, de la culture

p.190 :

(...) Au moment où Ramón y Cajal échafaude et défend la doctrine s’engage, avec Thorndike, Ebbinghaus, Pavlov, une analyse expérimentale de l’apprentissage et de la mémoire ainsi que de ses bases neurales. Tant la psychologie que l’électrophysiologie révèlent des « périodes sensibles » propices à la mise en place d’« empreintes » du monde physique, social et culturel au cours d’un développement post-natal exceptionnellement prolongé chez l’espèce humaine. C’est au cours de cette évolution qui suit la naissant que l’essentiel des connexions entre neurones se forme dans le cortex cérébral. Les périodes sensibles coïncident avec des moments d’exubérance passagère de contacts synaptiques, suivis d’éliminations, bien entendu partielles, de celles-ci. L’activité du réseau intervient dans cette sélection de synapses. Les empreintes du langage, des croyances, des règles de vie sociale, du système de valeurs auquel l’individu se référera sa vie durant, se mettent en place progressivement au cours des premières années de l’enfant.

Chez l’adulte se distinguent plusieurs systèmes de mémoire. Certains circuits spécialisés dans l’acquisition et le rappel d’objets de mémoire engagent le système limbique et donc la tonalité affective du stimulus. D’autres interviennent dans la mise en place de compertements « conditionnés ». Des traces matérielles stables se retrouvent au niveau de changements d’efficacité, à court et à long terme, de contacts synaptiques, principalement au niveau des molécules de récepteurs de neuromédiateurs. Une chimie de la mémoire s’élabore.

En parallèle, au sein de l’encéphale des vertébrés supérieurs et de l’homme, se développe un « compartiment conscient » où se confrontent et s’évaluent objets de mémoire et « représentations actuelles » (en prise directe sur le monde). Seule une modeste fraction des activités de notre encéphale accède à ce compartiment, dont on s’efforce de déchiffrer les architectures neurales.

Cette exceptionnelle compétence du cerveau de l’home à produire et évaluer des représentations mentales, à les communiquer et à les mettre en mémoire donne accès à la propagation et à la perpétuation de ces représentations, d’une génération à l’autre sans requérir une modification du matériel génétique. Signes et symboles évocateurs de représentations mentales peuvent désormais s’inscrire sur des substrats plus stables que neurones et synapses. Une culture se développe : elle porte tant sur les langues que sur les croyances, les règles sociales, les connaissances et, bien entendu, l’art. Un patrimoine culturel se met en place.

« Anthropologie »

p.194 :

(...) La réflexion anthropologique, « l’étude de l’homme dans toutes les sociétés, sous toutes les latitudes, dans tous ses états et à toutes ses époques », prend son essor comme science à part entière.

La capacité de se représenter « l’autre »

Parmi les représentations sociales, des règles participent à la mise en harmonie de l’individu avec le groupe social en définissant les conduites qu’il doit tenir vis-à-vis de ses semblables. Dans ce contexte, des recherches récentes de psychologie expérimentale mettent en valeur une compétence proprement humaine (vraisemblablement associée au cortex préfrontal), d’attribution à ses congénères de connaissances, d’intentions, d’émotions, pour comprendre et tenter de prédire leurs conduites. Cette compétence, selon Uta Frith, apparaît précocément au cours du développement humain, mais ne se formerait pas chez l’enfant autiste. En possédant cette faculté de se représenter les états mentaux d’autrui, et de les « théoriser », l’enfant de l’homme acquiert la compétence de représenter « soi-même comme un autre » (Ricoeur). En un mot, il accède à l’éthique. »

Quelques pistes bibliographiques sur la biologie de la pensée :

CHANGEUX J.-P., 1988, Molécule et mémoire, Gourdon, D. Bedou éd. ;

CHANGEUX J.-P. & CONNES A., 1989, Matière à pensée, Paris, O. Jacob ;

LURIA A., 1978, Les Fonctions corticales supérieures de l’homme, Paris, Puf ;

LHERMITTE F., DEROUESNE J. & SIGNORET J.-L., « Analyse neuropsychologique du syndrome frontal », Revue Neurologique, 127, 415-440 ;

VINCENT J.-D., 1986, Biologie des passions, Paris, O. Jacob ;

DANTZER R., 1988, Les Émotions, Que sais-je ?, Paris, Puf ;

TAINE H., 1870, De l’intelligence, Paris, Hachette ;

SULLOWAY F., 1981, Freud biologiste de l’esprit, Paris, Fayard ;

MAYR E., 1982, Histoire de la biologie, Paris, Fayard ;

SCHILLER F., 1990, Paul Broca, explorateur du cerveau, Paris, O. Jacob ;

GOULD S.J., 1983, La Mal-Mesure de l’homme, Paris, Ramsay ;


VIII. Les valeurs et croyances hostiles aux sciences naturelles

GRUHIER Fabien, 2000, « L’inconnue de la bosse », article déniant et dénigrant le caractère neurobiologique de la cognitivité au nom de motifs moraux et idéologiques, TéléObs, novembre, p. 51 ;

F. Gruhier : la phrénologie était une « foutaise », analogue aux chimères des cogniticiens actuels

« (...) Aujourd’hui, de telles foutaises [la phrénologie] font rire tout le monde. Y compris les scientifiques qui, en l’an 2000, poursuivent pourtant des chimères du même acabit.

Question : la phrénologie se résumait-elle à une « foutaise » ? N’avait-elle que des vices ?

La phrénologie eut certainement des ambitions et prétentions excessives (comme par exemple localiser précisément à la surface du crâne une capacité cognitive ou un tempérament précis). Elle put avoir des effets nocifs potentiels, comme une classification et ségrégation arbitraires sur la base de présupposés erronés (ces choses advinrent-elles pour autant ?) Mais il faut voir également le caractère lucide et précurseur de Gall et de la phrénologie (ainsi que le fait d’ailleurs remarquer un Changeux) : une capacité cognitive et un trait comportemental ne sont plus considérés comme abstraits mais comme le produit d’une structure biologique, matérielle, ce qui fut une révolution dans les pensées et, pourrait-on dire, constitua l’acte de naissance des sciences cognitives (après les croyances en « l’âme »). La phrénologie pouvait donc être excessive ou permettre des dérives mais elle constituait néanmoins une avancée importante dans l’intelligence des processus cognitifs. La qualifier de « foutaise » qui fait « rire tout le monde » est donc peut-être un peu réducteur, en tout cas méprisant et infamant (il reste que la phrénologie fait certainement rire ‑ jaune ‑ ceux qui ont du mal à saisir la matérialité de la pensée). Il est probable que ce mépris et cette injure soient le produit d’ignorances et de peurs dans l’esprit du journaliste F. Gruhier. Ses ignorances se révèlent assez clairement. Ses peurs (compréhensibles) sont peut-être celles de voir les individus catégorisés et estimés à la naissance sur la base de caractéristiques physiologiques, biologiques.

F. Gruhier : les cogniticiens sont péremptoires et coûtent cher au contribuable

Certes, ils le font avec des équipements sophistiqués, genre scanners et autres capteurs d’ondes cervicales. D’où ce ton péremptoire, sérieux et technologique, qui sied désormais à quiconque coûte cher au contribuable.

Remarque : une société progressiste doit-elle se passer de la recherche fondamentale ?

Il est étonnant de noter le caractère « poujadiste » de l’indignation (des « scientifiques présumés inutiles et coûteux pour le contribuable »), puisque le journaliste semble par ailleurs défendre des idées qu’il juge comme « progressistes » ou « éclairées ». Or il est nécessaire, pour que la science progresse, que le contribuable finance quelques chercheurs (comme il est nécessaire, pour que les esprits deviennent éclairés et subtils, que des professeurs les instruisent et développent leur sens critique).

Notons également que coûte réellement cher au contribuable l’échec scolaire, lequel essaient d’éclairer les fameux cogniticiens que le journaliste trouve « trop chers ».

F. Gruhier : des parties du cerveau s’activent sous l’effet « d’opérations débiles »

Et ils réussissent à montrer qu’une certaine région bien précise du cerveau s’active, dès lors que le patient effectue des additions débiles.

Question : les opérations soumises au sujet lors des expériences de cognitivité sont-elles « débiles » ?

Le journaliste juge « débiles » les opérations soumises au sujet. Peut-être ces opérations lui paraissent-elles simples ou dépourvues d’utilité (car le qualificatif de « débile » est polysémique). Il se trouve que l’objectif et l’utilité de l’expérience sont de mettre en évidence la relation entre un processus cognitif apparemment abstrait (même s’il est simple) et le fonctionnement d’une structure biologique. Et ceci suppose justement qu’on soumette au sujet des opérations simples ou ne présentant pas d’utilité immédiate. C’est sans doute ce qui leur donne cette apparence « débile » exprimée (non sans mépris à l’égard de la « débilité ») par F. Gruhier. Ce terme de « débile », toutefois, ne serait-il pas un peu péjoratif ou méprisant ? Il laisse croire, suggère que sont « débiles » également l’expérience menée et les cogniticiens qui la mènent, ce qui n’est pas certain et relève de malveillance ou de mépris. Notons encore que ce terme de « débile » utilisé sciemment de façon péjorative révèle en négatif une valorisation, voire une survalorisation, de tout ce qui est « intelligent » (par opposition à ce qui est « débile »), ce qui est surprenant de la part d’un journaliste qui se fait manifestement par ailleurs l’ennemi de toute ségrégation basée sur des différences de capacités cognitives.

Les expériences cherchent à montrer une innéité des facultés de dénombrement

(...) D’autres expériences, menées sur des singes et des bébés, sont censées nous convaincre que les primates jouissent d’un sens inné de la numération : le singe préfère toujours trois bananes plutôt qu’une ou deux. Et le nourrisson, au crâne bardé d’électrodes, active davantage ses neurones, écarquille mieux ses yeux, lorsqu’il aperçoit plusieurs nounours au lieu d’un seul.

Observation : ce dont a peur le journaliste

On voit ce qui pose problème et inquiète le journaliste : ces expériences peuvent révéler un aspect naturel, inné, des facultés de numération chez l’homme ou d’autres mammifères. Ces expériences, en effet, chercheraient à « convaincre » le spectateur (dont le journaliste). Cette formulation suppose que spectateurs et cogniticiens ont des avis divergents sur la question, et elle suggère que le spectateur a raison (de ne pas croire à ces « foutaises ») cependant que les cogniticiens (qui cherchent à convaincre) ont tort.

Pourquoi le journaliste suggère-t-il que l’innéité de capacités numératives est fausse ? Plus exactement, pourquoi a-t-il peur que cette hypothèse soit vraie ? Sans doute craint-il qu’une telle donnée s’avérerait préjudiciable pour la dignité des êtres humains et l’égalité de cette dignité. Sans doute craint-il qu’une hypothèse biologique, matérialiste des capacités numératives n’enlève de la dignité à l’homme en tant qu’espèce se distinguant (croyant se distinguer ?) du règne animal et vivant. Sans doute craint-il également qu’une innéité des capacités numératives ne cache une diversité native de ces capacités, laquelle serait une menace pour l’égalité de dignité entre les individus. Or, ces deux craintes sont bien entendu tout à fait discutables et il n’est pas sûr qu’elle soient fondées.

F. Gruhier : ces expériences sont « stupides » et n’ont pas de rapport avec les mathématiques

Or il faut le dire, ces expériences sont désolantes de stupidité. Du moins si on leur assigne un quelconque rapport avec les mathématiques.

 

Aucun commentaire n’est ici nécessaire sur l’impertinence et le caractère injurieux des propos du journaliste.

F. Gruhier : les soustractions ne sont pas des mathématiques

(...) Quant au fait qu’une certaine zone du cerveau s’active spécifiquement lorsqu’on « retranche mentalement de onze les nombres à un chiffre qui s’affichent à l’écran », c’est intéressant... Mais où sont les mathématiques là-dedans ?

 

Les propos se passent à nouveau de tout commentaire.

F. Gruhier : les mathématiques sont un art, dont l’aptitude n’a rien à voir avec les neurones mais avec les conditions environnementales

(...) Les maths, c’est beau, c’est de l’art à l’état pur. Einstein n’aurait jamais été Einstein si un certain oncle Jacob ne lui avait transmis la miraculeuse étincelle qui devait allumer sa passion. (...) La bosse des maths ? Cessons de la chercher dans les neurones ou sur les reliefs de crânes rasés : elle éclôt chez les enfants qui ont eu la chance de tomber très tôt sur un bon prof. »

Remarque : environnementalisme du journaliste et association de la neurobiologie cognitive au fascisme

Ceci a le mérite de poser clairement les convictions environnementalistes et abiologiques du journaliste en matière de capacités cognitives (ici les mathématiques). Ces convictions corroborent son dénigrement des hypothèses neurobiologistes de la pensée et sont probablement liées également à des peurs et des adhésions idéologiques.

Notons les sournois « reliefs de crânes rasés » qui signifient aussi, entre les lignes, « résurgences, restes des penseurs fascistes ». L’allusion est lâchée : s’intéresser au fonctionnement neurobiologique de la pensée, c’est soit être fasciste (ou fascisant) soi-même, soit, au mieux, faire inconsciemment la promotion d’idées fascistes. Or, il faudrait établir le lien entre une connaissance neurobiologique de la pensée humaine et l’adhésion à ou la promotion d’idées « fascisantes » (ceci même si les nazis crurent pouvoir « légitimer » leur politique de stérilisation et d’extermination sur la base de données biologiques : aucune différence naturelle entre les hommes ne justifie quelconque atteinte à leur dignité individuelle).

NAU Jean-Yves, 2001, « Les avancées de la biologie estompent la frontière entre le singe et l’homme », Le Monde, 25 août, p. 16 ;

Les travaux d’éthologie sont « inquiétants »

« (...) Une peu banale publication scientifique américaine [s’avère être] un travail doublement inquiétant. D’abord parce qu’il met crûment en lumière la fragilité des frontières biologiques pouvant séparer le singe de l’homme. »

 

Pourquoi la fragilité des frontières biologiques séparant l’homme du singe est-elle « inquiétante », inquiète-t-elle l’auteur ? Que l’auteur, que l’homme ont-il à y perdre ? Quel statut, ou quel privilège ont-il à y perdre ?

Les avancées en matière de manipulation animale se font dans un « contexte américain particulier »

(...) D’un point de vue plus politique, on ne manquera pas d’observer que la création de ces singes potentiellement humanisés s’inscrit dans un contexte américain bien particulier, caractérisé par la multiplication des publications scientifiques cherchant, de manière de plus en plus spectaculaire et provocatrice, à témoigner de la richesse des promesses thérapeutiques que laissent entrevoir (...) toute une gamme de nouvelles manipulations du vivant humain et animal.

 

L’avancée des recherche en la matière est-elle strictement « américaine »... ou mondiale, internationale ? Pourquoi l’auteur restreint-il ce domaine de recherche aux Etats-Unis, qui est justement l’emblème (honni par les gens de gauche) du capitalisme et du libéralisme ?

La biologie va vouloir ré-explorer l’inné et l’acquis

(...) Tout indique (...) que l’on n’en restera pas là. La logique de la quête scientifique, la volonté humaine de comprendre et de maîtriser, feront que d’autres travaux viendront, qui chercheront, bientôt, par cette voie à répondre à la vieille question de l’inné et de l’acquis ainsi qu’à celle de ce qui, d’un point de vue biologique, fait qu’un homme est homme, et un singe, un singe.

 

On pressent une crainte de l’auteur à ce que la recherche en biologie vienne ré-examiner la question de l’inné et l’acquis.

La croyance en des « gènes spécifiquement humains » renvoie à un « racisme biologique »

(...) « Certains scientifiques affirment (...) que, lorsque nous aurons séquencé le génome du chimpanzé, nous découvrirons les « gènes de l’humanité », ceux-là mêmes qui seraient responsables de l’apparition du genre Homo », fait valoir le généticien Axel Kahn dans un ouvrage à paraître qu’il signe avec son collègue Albert Jacquard (L’avenir n’est pas écrit, éditions Bayard). (...) Cette croyance renvoie aux fondements du racisme biologique tel qu’il s’est structuré comme l’une des conséquences idéologiques du darwinisme ».

 

Rappelons que les génomes du singe et de l’homme restent se différencier par 1,6 % de gènes spécifiques (!) et que ce fait est politiquement et moralement neutre.

Le comportement moral demeure et demeurera inaccessible à la connaissance neurobiologique

(...) Notre biologie triomphante ne parviendra jamais à établir les bases moléculaires de l’antique morale ; pas plus qu’elle ne réussira à bâtir le fondement scientifique de la clé de voûte philosophique qu’est l’égale dignité des êtres humains. »

 

Ce voeu pieu est intéressant. Il révèle que l’auteur se désintéresse et veut se désintéresser de la neurobiologie du comportement (dont fait partie la définition des règles morales ‑ égalité de dignité comprise). Mieux : l’auteur semble penser que le comportement moral demeurera inaccessible à la neurobiologie (ce dont peut douter quelqu’un qui s’y intéresse un peu). Mieux encore, l’auteur semble souhaiter que le champ du comportement moral demeure inaccessible à la neurobiologie. Pourquoi ? L’auteur a-t-il peur que la morale ait à craindre de son éclairage neurobiologique ? Une telle peur n’est pas fondée pour qui a un peu réfléchi à la question. Ou tout au moins le sujet est-il plus complexe que ce qu’exprime l’auteur (cf. Mickael Ruse).

Notons l’usage ironique, et plus précisément moqueur, du qualificatif « triomphante », utilisé au second degré. Cet usage révèle une certaine aversion de l’auteur pour la biologie. On peut se questionner sur l’origine et le fondement de cette aversion.

LYSSENKO Trofim, in Pour la Science, numéro spécial « Jean Rostand », mai-août 2001, pp. 64-67 ;

La foi de Lyssenko

(...) Trofim Lyssenko : « Il est absolument évident pour nous que les thèses fondamentales du mendélisme-morganisme sont fausses. Elles ne reflètent pas la réalité de la nature vivante et sont un exemple de métaphysique et d’idéalisme [sic]. C’est à cause de cette évidence que les mendéliens-morganistes de l’URSS (...) cachent souvent pudiquement [les bases du mendélisme-morganisme], les voilent, en dissimulent le caractère métaphysique et idéaliste sous un verbalisme futile [sic]. Cela, de peur d’être ridiculisés par les lecteurs et les auditeurs soviétiques, qui savent pertinemment que les germes des organismes ou cellules sexuelles sont un des résultats de l’activité vitale des organismes parentaux. »

La biologie russe de cette époque refuse la génétique et prône, pour des raisons d’idéologie politique, l’hérédité des caractères acquis.

(...) Trofim Lyssenko était le disciple d’Ivan Mitchourine (1855-1935), et le lyssenkisme n’a fait qu’amplifier les tendances du mitchourinisme dans le rejet de la génétique classique et dans la mise en oeuvre d’une persécution envers les généticiens russes.

Trofim Lyssenko émit des thèses discutées sur l’hérédité des caractères acquis, dans son ouvrage, Agrobiologie. Génétique, sélection et reproduction des semences (1953, Éditions en langues étrangères, Moscou).

Mitchourine, le précurseur

Ivan Mitchourine (1855-1935), horticulteur et pépiniériste, est à l’origine d’une doctrine qui sera développée par Lyssenko et qui rejette les fondements de la génétique mendelo-morganienne, en prônant une hérédité des caractères acquis, directement par l’influence du milieu.

La persécution de Vavilov et des généticiens classiques

Le célèbre généticien russe Vavilov est arrêté en 1940, et meurt de faim quelques années plus tard à Saratov le 26 janvier 1943 ; ses collaborateurs et ceux qui ont tenu à défendre la génétique classique ont été emprisonnés. (...) Nicolaï Vavilov (1887-1943), qui avait été formé en Angleterre par Bateson, l’un des fondateurs de la génétique, sera persécuté et emprisonné avec ses collaborateurs. Ils étaient des ennemis de la « science prolétarienne ».

L’important impact du lyssenkisme à l’étranger, sous l’impulsion des communistes français, Aragon en tête

Le mitchourinisme et le lyssenkisme ont eu un retentissement important dans la communauté biologique en 1948, quand la revue Europe (fondée par Romain Rolland en 1923), défendant une idéologie communiste et la propagande soviétique, fera par un de ses collaborateurs de longue date, le poète Louis Aragon (1897-1982), une large diffusion du lyssenkisme.

Intellectuels bernés ; scientifiques lucides

Europe installe un doute quant à la validité de la génétique classique et si les politiciens et gens de lettres se sont laissés influencer, les généticiens eux ont réagi avec vigueur. Rostand entre alors en scène, mais il n’est pas le seul, Jacques Monod dans le quotidien Combat du 15 septembre 1948 dénonce le lyssenkisme.

Les biologistes marxistes, complaisants

(...) Certes, certaines biologistes marxistes reconnaissaient, en partie seulement, l’inexactitude des thèses lyssenkistes, car, défenseurs de la « lumière » contenue dans le « matérialisme dialectique », ils minimisaient les méfaits du lyssenkisme sur la génétique et les généticiens russes.

Le lyssenkisme en France : Jean Champenois

p. 66

(...) Le 26 août 1948, un article de Jean Champenois dans les Lettres françaises dénonce la génétique traditionnelle : « Un grand événement scientifique, l’hérédité n’est plus commandée par de mystérieux facteurs. » Champenois relate la session de l’Académie des sciences agricoles de l’URSS, au cours de laquelle Lyssenko a produit, entre autres preuves de ses théories, des hybrides de plantes. Le PCF dit ce qu’il faut penser de la génétique aux généticiens et aux biologistes ‑ y compris à l’un des siens, Marcel Prenant, titulaire de la chaire de biologie à la Sorbonne ‑, prône la « théorie » des deux sciences, bourgeoise et prolétarienne, et entend plier tous les intellectuels à cette dernière.

Maurice Thorez exprime au Comité central à Gentilly en juillet 1948 l’idée « qu’il n’y a qu’une attitude pour un intellectuel communiste : se placer entièrement, sans aucune réserve, sur les positions idéologiques et politiques de la classe ouvrière et de son parti communiste ».

Louis Aragon : le bénéfique prométhéisme du lyssenkisme

Dans la revue Europe, en octobre 1948, Louis Aragon raisonne ainsi : « sans prendre parti entre ces deux tendances (génétique classique/lyssenkisme) il est permis à un philistin de constater que la première décrète l’impuissance de l’homme à modifier le cours des espèces, à diriger la nature vivante, que la seconde prétend fonder le pouvoir de l’homme à modifier le cours des espèces, à diriger l’hérédité. »

Laurent Casanova : « sciences prolétarienne » et « science bourgeoise »

En février 1949, lors d’une réunion des intellectuels communistes, salle Wagram à Paris, Laurent Casanova attaque la génétique classique défendue dans sa version morganienne par Marcel Prenant : « Oui, il y a une science prolétarienne, fondamentalement contradictoire avec la science bourgeoise qui peut se satisfaire d’approximations aussi grossières ». L’explication est simple et percutante. Puisque seule la classe ouvrière a une visée universelle, que ses intérêts sont ceux du genre humain tout entier, elle n’est pas limitée dans sa capacité de réflexion et dans ses objets de recherche, alors que la classe bourgeoise a un horizon limité à ses intérêts étroits de classe.

Marcel Prenant : une critique publique humiliante, malgré une complaisance

Jeanne Colombel, fille de Marcel Prenant, nous a rappelé en des mots poignants dans son livre, La nostalgie de l’espérance, un soir dramatique à la salle Wagram. Sa fille décrit la critique en règle que son père a été obligé de subir deux heures durant et la nécessité où se trouva ce biologiste reconnu et respecté par ses pairs, ancien chef d’état-major des FTP, ancien déporté, de faire publiquement allégeance à Maurice Thorez et à la ligne ainsi tracée. Il ne sera pas réélu au comité central l’année suivante.

Marcel Prenant, en 1948, dans son livre Biologie et Marxisme (éditions Hier et aujourd’hui), reconnaissait en partie seulement l’inexactitude des thèses de Lyssenko, défenseur de la « lumière » contenue dans le « matérialisme dialectique », et minimisait à dessein les effets du lyssenkisme sur la génétique et le généticiens russes.

Doctrine officielle en URSS jusqu’en 1965

Le lyssenkisme reste une doctrine officielle en Union Soviétique jusqu’en 1965 : « le lyssenkisme, écrit Dominique Lecourt, faisait corps avec l’être même du régime soviétique. L’abandonner, c’était remettre en question ce qui constituait la justification métaphysique de cette société. »

Pensées de Jean Rostand sur la science, la biologie et le marxisme

« Je n’ai jamais pensé qu’un homme fût moins intelligent parce qu’il croit à ses sottises, mais non plus je n’ai trouvé la sottise moins sotte parce qu’elle est crue par des hommes intelligents. »

1967, Inquiétudes d’un biologiste

 

« Il n’y a pas d’astrologues en URSS ; mais pourquoi faut-il que, dans le seul pays où les fausses sciences sont abolies, la vraie science soit falsifiée ? »

 

« Science soviétique : injures, falsifications, fanfaronnades des mitchouriniens. Si la science devait partout devenir cela, je préférerais labourer la terre. »

 

« Marxistes : se peut-il qu’ils soient assez naïfs pour se figurer que la nature ne dispose d’autre langage que celui qu’il leur convient. »

 

« Ils croient que je défends la génétique mendélienne : je défends simplement la science contre une foi. »

 

« La théorie de Mendel est une « théorie de moine », dit Aragon. Alors, c’est qu’il fallait un esprit de moine pour créer la science de l’hérédité. »

 

« Marxisme... On m’objecte : la science soviétique a trouvé ceci, et cela... Je n’ai quand même pas dit que, parce qu’on était marxiste, on ne pouvait rien trouver. »

1959, Carnets d’un biologiste

 



[1] (dactylographiées)

[2]Une "molécule" est un ensemble électriquement neutre d'atomes unis les uns aux autres par liaison chimique. L'eau, l'ammoniac et le méthane constituent les molécules les plus simples, apparues les premières et constituées respectivement de trois, quatre et cinq atomes.

[3]ROSNAY (de) Joël, Les Origines de la vie, Points Seuil, 1966, 1977.

[4]Stanley L. Miller, un jeune étudiant avait, en 1953, enfermé de l'hydrogène, du méthane et de l'ammoniac à l'intérieur d'un mini-cycle atmosphérique d'évaporation et de pluie. En soumettant la partie "atmosphérique", gazeuse, de ce mélange à des arcs électriques, il réussit à produire, après leur "pluie" dans "l'océan", des molécules organiques.

[5]ROSNAY (de) Joël, Op. cit., p.63.

[6]Nous préférons ce terme de "puissant" à celui "d'évolué", ce dernier terme étant connoté éthiquement dans le sens positif. Le terme de "puissant" nous semble être plus pertinent pour caractériser l'évolution des espèces. Ce que nous entendons par "puissance", c'est un pouvoir de l'espèce, permis par le développement de ses muscles ou la complexité de son intelligence, sur son environnement.

[7]Nous soupçonnons sur ce point un amalgame entre la valeur éthique d'un individu et sa puissance, physique ou intellectuelle. Les gens se défendent d'attribuer une valeur à un individu en fonction des capacités intelectuelles de cet individu. Pourtant, ils se refusent en même temps au fait qu'un individu puisse avoir des capacités intellectuelles inférieures à celles de son voisin, comme si cela révélait quelque chose d'humiliant, de dégradant, vis-à-vis du défavorisé. On note le même phénomène pour ce qui concerne les caractéristiques physiques : il semble difficile pour les gens de reconnaître, d'observer, de constater que X est plus musclé que Y, comme si ce fait objectif irréfutable avait un lien quelconque avec la valeur intrinsèque de l'individu observé. Ce phénomène, vraissemblement produit par des causes psychologiques multiples et complexes, nous semble constituer un problème majeur en sciences humaines, comme frein à la connaissance objective de l'homme. Ce qui serait bon d'étudier ici, d'ailleurs, ce ne serait plus l'homme lui-même mais le comportement des "scientifiques de l'homme".

[8]Les 20 acides aminés : acide aspartique, acide glutamique, alanine, arginine, asparagine, cystéine, glutamine, glycine, histidine, isoleucine, leucine, lysine, méthionine, phénylalanine, proline, sérine, thréonine, tryptophane, tyrosine, valine. Chacun de ces acides aminés est défini par une ou plusieurs combinaisons ("codons" formés de trois éléments) des bases azotées constitutives de l'échelle centrale de l'ADN. Ces acides aminés construits puis associés bout-à-bout constitueront des protéines qui agiront (de façon spécifique) sur l'organisme.

[9]C'est le cas, par exemple, de "l'anémie à hématies falciformes" (AHF) : les globules rouges ont la forme d'une faux et ne peuvent pas transporter l'oxygène. Pourquoi ? Une molécule d'hémoglobine contient quatre chaînes polypeptidiques. L'une de ces chaînes est une succession de 146 acides aminés. Dans le cas de l'AHF, le sixième acide aminé de cette chaîne (l'acide glutamique) est erroné : il a été remplacé par la valine. Pourquoi ? Cet acide aminé a été commandé par un "mot" erroné, lequel était constitué d'une "lettre", d'une base azotée erronée de l'échelle centrale de l'ADN chromosomique. L'anémie à hématies falciformes, aux conséquences bien évidemment graves, est héréditaire ‑ en attendant de pouvoir corriger directement l'ADN des sujets qui la portent.

[10]Chez les bactéries qui ne possèdent de noyau, l'ARNm n'a donc pas besoin de sortir de ce noyau, qui n'existe pas. Ce gain d'étape permet aux ribosomes de commencer à assembler la protéine avant même que l'ARNm ait fini de dupliquer l'ADN.

[11]Il ne faudrait pas croire, bien évidemment, que cette deuxième exigence ait une quelconque origine intentionnelle. "Dieu" n'a pas exigé de ses ribosomes qu'ils photocopient soigneusement l'ADN pour éviter de l'abîmer. C'est la Nature, qui, dans sa sélection, a retenu cette deuxième qualité ‑ associée à la première, ainsi qu'à l'ARN messager ‑ comme étant probablement la plus fiable.

[12]L'ARN ne porte pas de thymine. La thymine (complémentaire de l'adénosine sur l'ADN) est remplacée sur l'ARN par un autre acide aminé complémentaire de l'adénosine : l'uracile.

[13]L'ATP (adénosine triphosphate) est la molécule qui, dans le monde vivant, sert d'apport d'énergie, de "combustible" à la cellule. Les liaisons chimiques reliant les unités de phosphates sont riches en énergie. La cellule consomme cette énergie, puis rejette de l'ADP (adénosine diphosphate) et une unité de phosphate libérée. A titre d'indication, la synthèse d'une protéine nécessite la consommation de 1500 molécules d'ATP. L'organisme est contraint de raffiner et de stocker en permanence de l'ATP à partir des aliments absorbés et de l'oxygène respiré.

[14]La méthionine est "commandée" par le codon AUG sur l'ARNm, lequel codon est donc la duplication du triplet TAC sur l'ADN. On peut donc en déduire facilement que le début de chaque gène, sur la molécule d'ADN, est repérable par le triplet TAC (thymine, adénine, cytosine).

[15]de 1O atomes pour la glycine jusqu'à 27 atomes pour le tryptophane.

[16]4 atomes pour le formaldéhyde et 3 pour l'acide cyanhydrique.

[17]DE ROSNAY Joël, Les Origines de la vie, Points Seuil, 1966, 1977, p.

[18]DE ROSNAY Joël, Op. cit., p.65, p.71.

[19]JACQUARD Albert, Éloge de la différence, La génétique et les hommes, Seuil, 1978, p.13-14.

[20]JACQUARD, Op. cit., p.12.

[21]JACQUARD, Op. cit., p.13-14.

[22]JACQUARD, Op. cit., p.14.

[23]Ce fait, qui concerne aussi tous les êtres vivants, est illustré de façon frappante par le bouturage des plantes, qui permet d'obtenir un nouvel arbre complet à partir d'un simple fragment de ce type d'arbre.(p22)

Pareillement (et même si la chose reste aujourd'hui techniquement impossible), cela est valable aussi pour l'homme : on peut imaginer, à partir d'un cheveu laissé traîner par quelqu'un, de peupler une planète entière d'individus rigoureusement identiques à ce quelqu'un. De même, rien n'empêche théoriquement de pouvoir construire des armées de soldats ou de travailleurs identiques et "taillés sur mesure" (par exemple intelligents, forts et serviles).

Toutefois, il faut se souvenir que l'environnement influence le développement de l'individu et que des environnements différents influant sur des hommes de même génotype produiraient des hommes différents, de phénotypes différents (voir "génotype" et "phénotype"). La différence existant tout de même entre deux jumeaux homozygotes (de même génotype) illustre cette remarque.

[24]Bernard J. et Ruffié J., Hématologie géographique, tome I, Ecologie humaine, caractères héréditaires du sang, Paris, Masson, 1966.

Mourant A.E. et al., The Distribution of the human blood groups and other polymorphisms, Oxford University Press, 1976.

[25]Ainsi, dans le cas de gènes a et b de fréquences respectives 0,2 et 0,8, on aura les fréquences de génotypes (aa) de 0,04 ; (bb) de 0,64 ; et (ab) de 0,16+0,16 = 0,32. On retrouve bien un total de fréquence de tous les génotypes égal à 1.

[26]1 enfant sur 2500 est touché par cette maladie causé par l'association de deux mêmes gènes récessifs. On en déduit la fréquence du gène, soit 1/50 (la racine carrée de 1/2500), puis celle des hétérozygotes, porteurs eux aussi du gène anormal, soit 1/25. 100 enfants sont porteurs du gène "anormal" pour un seul touché par la maladie. Réciproquement, la probabilité d'être porteur du gène (forcément de façon hétérozygote) est de 1/25, donc celle que le spermatozoïde le transmette est de 1/50 (puisque'il qu'il ne transmet que la moitié du génotype). Cette probabilité étant la même pour la femme, la probabilité d'engendrer un enfant malade est bien de 1/50 x 1/50 = 1/2500.

De la même façon, la "phénylcétonurie" ne touche par an, en France, qu'une cinquantaine d'enfants (porteurs homozygotes) mais non moins d'un million de personnes sont porteuses de ce gène.

[27]Jacquard, Op. cit., p.14.

[28]MORIN E., PIATELLI-PALMARINI M., L'Unité de l'homme, Seuil, 74, cité par JP Changeux.

[29]CHANGEUX Jean-Pierre, L'Homme neuronal, Fayard, 1983.

[30]CHANGEUX JP, Op. cit.

[31]8.0 g pour les femmes, 8.3 pour les hommes.

[32]CHANGEUX JP, Op. cit., p. 54.

[33]ROBERT Jacques-Michel, Le Cerveau, Flammarion, Dominos, 1994, pp 23-40.

[34]CHANGEUX JP, Op. cit.

[35]Ce qui nous a été montré "in situ", sur un véritable cerveau humain (!), par M. Jean Caston.

[36]ROBERT JM, Op. cit., p. 41.

[37]CHANGEUX JP, Op. cit.

[38]Tous les mammifères possèdent la même densité de neurones, de 146 000 dans la profondeur d'un mm² de surface corticale. Le nombre total de neurones, pour une espèce donnée, se calcule donc en multipliant cette quantité à la surface de cortex "déplié".

[39]appelées synapses "neuro-myoniques"

[40]comme les acides glutamique, aspartique ou gamma-aminobutyrique ("GABA") (un inhibiteur), notamment.

[41]comprenant, notamment, la noradrénaline (ou "norépinéphrine", suspectée d'implication dans la psychose maniaco-dépressive).

[42]comme l'enképhaline ‑ une sorte de "morphine endogène" ‑, la "substance P" ‑ transmettant des messages douloureux dans la moelle épinière ‑ ou le "LHRH".

[43]suspectée aujourd'hui d'être impliquée dans la schizophrénie (MIALET JP, Les Troubles de l'attention dans la schizophrénie, In Actualités de la schizophrénie, pp 195-226, Pichot, 81 ; BOYER P., Les Troubles du langage en psychiatrie, PUF, 81).

[44]Le neurotransmetteur "dopamine" est soupçonné de jouer un rôle important dans la partie du cerveau où s'élaborent les sensations de plaisir. On pense que ses récepteurs peuvent être rendus déficients à cause d'une anomalie génétique, laquelle déficience pourrait générer l'alcoolisme, l'autisme, la toxicomanie et le "syndrome de Tourette".

[45]30 000 ans de travail seraient nécessaires pour les dénombrer toutes à raison de mille par seconde.

[46]ROBERT JM, Op. cit.

[47]Pour Jean-Pierre Changeux, différemment, la corticalisation s'effectue entre la conception et la seizième semaine du foetus.

[48]CHANGEUX JP, Op. cit.

[49]ROBERT JM, Op. cit.

[50]CHANGEUX JP, Op. cit.

[51]CHANGEUX JP, Op. cit., pp 255-259.

[52]CHANGEUX JP, Op. cit.

[53]"Synapse" : 1924. De l'anglais "synapsis" : 1904. Du grec "sunapsis" : action de joindre, liaison. Dérivé de "sunaptein" : lier, nouer ensemble. Dans la Grèce antique : la broche bouclant la robe.

[54]ROBERT JM, Op. cit.

[55]CHANGEUX JP, Op. cit.

[56]ROBERT JM, Op. cit.

[57]CHANGEUX JP, Op. cit.

[58]ROBERT JM, Op. cit.

[59]On croit, dans le sens commun, que la parole est localisée dans l'hémisphère gauche pour les droitiers, et réciproquement. En réalité, il existe une certaine corrélation entre ces deux expressions, mais sans correspondance systématique pour autant.

[60]BULLIER J., SALIN. P., GIRARD P., La Recherche, n° 246, p. 980, 1992.

[61]Remarque de Jean Caston.

[62]Sujet traité dans W. Bodmer et L. Cavalli-Sforza, Genetic, evolution and man, San Francisco, Freeman, 76.

[63]On exprime par "génique" ce qui est causé par une action directe des gènes. Le terme "génétique" rassemble, de façon plus large, un phénomène ayant une relation avec les gènes. Les pathologies chromosomiques, par exemple, sont d'ordre "génétique", puisque la modification d'un chromosome dans le caryotype entraîne des mofications dans le génotype, mais elles ne sont pas "géniques", parce que l'anomalie de départ est provoquée au niveau des chromosomes. On peut regrouper sous le terme de "génétique" les pathologies "chromosomiques" et "géniques".

[64]ROBERT JM, Op. cit., p. 60.

[65]ROBERT JM, Op. cit., p. 62.

[66]Recherches de GLENNER G.G. et WONG C.W., Université de San Diego, Californie, 1984 et années suivantes.

[67]Cette hypothèse a été confirmée par l'équipe de J. Hardy du Saint Mary's Hospital Medical School en 1991. C'est la fréquence élevée de maladie d'Alzheimer chez les sujets trisomiques 21 qui avait suggéré une responsabilité de ce chromosome. Ce gène, en effet, présent en trois exemplaires chez les trisomiques 21, fabrique l'APP en quantité excessive, d'où la fréquence de maladie.

[68]Voir le film "L'Eveil", réalisé par (?) et interprété par Robin Williams.

[69]ROBERT JM, Op. cit., p. 21.

[70]CHANGEUX JP, Op. cit.

[71]KRAEPELIN E., Psychiatrie, Leipzig, Abel, 1896-1915.

[72]MENDLEWICZ J., Les Facteurs génétiques dans les syndromes dépressifs, Riv. di Psichiatria n°15, 1980, pp 62-73.

[73]qui possèdent exactement les mêmes génotypes, la même constitution génétique.

[74]69,3 % (de 50 à 92,5 %) chez les vrais contre 20 % (de 0 à 38 %) chez les faux.

[75]CHANGEUX JP, Op. cit., p. 223.

[76]qui sont l'absence de vision des couleurs, un déficit en "gluco-6-phosphate désydrogénase" ou le groupe sanguin X.

[77]Les gènes, au moment de la conception du foetus, ne se transmettent pas un par un mais ‑ à haute fréquence ‑ par grappes ("linkage" en anglais).

[78]EGELAND Janice, Etude sur les amishes, Miami University Medical school, Floride.

[79]Equivalent français de l'anglais "norepinephrine".

[80]CHANGEUX JP, Op. cit., p 224.